BFMTV

Royal pressentie pour succéder à Fabius au quai d'Orsay

Ségolène Royal le 16 juillet 2014 à la sortie d'un conseil des ministres.

Ségolène Royal le 16 juillet 2014 à la sortie d'un conseil des ministres. - Patrick Kovarik - AFP

La ministre de l'Ecologie aurait les faveurs de François Hollande pour remplacer Laurent Fabius, donné partant après la COP21.

Laurent Fabius sur le départ? Le ministre des Affaires étrangères est donné partant du gouvernement après la COP21 qu'il doit présider en décembre, et pourrait prendre la tête du Conseil constitutionnel en mars prochain à la place de Jean-Louis Debré. Qui alors pour le remplacer? Hubert Védrine aurait été approché, selon Le Parisien, mais aurait refusé le poste. Lui dément tout contact.

Laurent Fabius, de son côté, verrait d'un œil favorable l'arrivée d'Elisabeth Guigou, présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Celle qui fut plusieurs fois ministre a pourtant un sérieux handicap, rappelle L'Opinion: son poids politique faible. Alors que la présidentielle de 2017 approche, ce handicap pourrait devenir un réel inconvénient aux yeux de François Hollande.

Aubry, Delanoë et Lang cités pour le poste

Un autre nom circule avec insistance: celui de Ségolène Royal. La ministre de l'Ecologie et de l'environnement bénéficierait des faveurs de François Hollande, et passerait ainsi de numéro 3 à numéro 2 du gouvernement. Mais au Quai d'Orsay, on se méfie: car en diplomatie, chaque mot compte et Ségolène Royal a marqué les esprits par des prises de position parfois directes et inattendues. "Imaginez l'effet d'une déclaration dans le style Nutella sur un dossier moyen-oriental...", note un connaisseur interrogé par L'Opinion.

Pour le quotidien, d'autres candidats sont en lice: Martine Aubry par exemple, qui n'a que peu de poids à l'étranger mais en a davantage sur la politique française. Et le Quai d'Orsay serait un moyen pour François Hollande de l'éloigner des dossiers français trop brûlants, tout en la contraignant à la solidarité gouvernementale. Mais encore faut-il que l'ancienne ministre du Travail accepte le poste. Bertrand Delanoë et Jack Lang seraient eux aussi intéressés. Des anciens fidèles de Mitterrand, loin d'une idée de renouvellement de la classe politique.

A. K.