BFMTV

Remaniement: annoncé sur le départ pour préparer les municipales, Griveaux temporise

En concurrence notamment avec Mounir Mahjoubi et Cédric Villani pour l'investiture LaREM à Paris, le porte-parole du gouvernement a réitéré qu'il annoncerait sa candidature "au printemps", sans préciser de date butoir.

"Je n'ai pas varié depuis un an", assure-t-il. Ce mercredi matin, à l'issue d'un Conseil des ministres qui a vu celle chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, faire ses adieux au gouvernement, Benjamin Griveaux a été interrogé sur ses propres ambitions. À savoir, être investi par La République en marche pour concourir aux municipales de 2020 à Paris. Un souhait que partage l'un de ses ambitieux collègues, le secrétaire d'État au Numérique Mounir Mahjoubi.

De quoi inciter Emmanuel Macron et Édouard Philippe à profiter de l'imminent remaniement pour les exfiltrer? "J'ai dit que je donnerai ma décision [de candidater ou non à Paris] au printemps. Le printemps a commencé il y a quelques jours et il se poursuit [...] jusqu'au 21 juin", a d'abord répondu Benjamin Griveaux.

"J'ai dit que si je devais être candidat, je démissionnerais immédiatement de mes fonctions. Je n'ai rien d'autre à ajouter", a-t-il poursuivi.

"Attachement à mon territoire"

Il en a pourtant été contraint, les rumeurs de son départ pour préparer la campagne étant ce qu'elles sont. Relancé sur le thème de la compatibilité entre l'agenda d'un ministre et celui d'un "élu de terrain" en campagne dans une métropole comme Paris, Benjamin Griveaux a affirmé que d'"avoir des ministres qui s'intéressent aux territoires, ça évite d'avoir des ministres déconnectés". Il a également rappelé être (comme Mounir Mahjoubi) député de la capitale. 

"J'ai donc un attachement particulier à mon territoire d'élection et à ceux qui m'ont fait confiance", a-t-il affirmé. À la semaine prochaine donc, pour le point-presse hebdomadaire?

"Je ne rentrerai pas dans ce petit jeu", s'est amusé le porte-parole du gouvernement. 
Jules Pecnard