BFMTV

Loi travail: initiatrice d'une pétition à succès, Caroline de Haas réclame "le retrait, pas un report"

A l'origine d'une pétition contre le texte porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri, la militante féministe fait état de 780.000 signatures ce lundi. "Ce que (ces) personnes demandent, c’est le retrait de cette loi, pas un report", insiste-t-elle.

Invitée de BFM Story ce lundi, Caroline de Haas, à l'origine d'une pétition à succès contre le projet de loi travail, a une nouvelle fois demandé un retrait du texte.

"Ce que les 780.000 personnes (qui ont signé la pétition, Ndlr) demandent, c’est le retrait de cette loi. Ça n’est pas un report. Ce ne sont pas trois semaines qui vont fondamentalement changer la philosophie de ce projet de loi", a déclaré la militante féministe sur le plateau de BFMTV.

Quelques heures plus tôt, évoquant "un certain nombre d'incompréhensions" et "toute une série de fausses informations", le Premier ministre Manuel Valls avait annoncé le report d'une quinzaine de jours de la date de présentation du texte de Myriam El Khomri en conseil des ministres.

Valls "fait une erreur" en parlant d'"incompréhensions"

"Je pense que Manuel Valls fait un erreur quand il explique qu’il y a des incompréhensions. Les signataires comprennent très bien la philosophie et le contenu de ce projet de loi. Ça s’appelle des désaccords", a-t-elle estimé.

"Si on veut lutter contre le chômage, imaginer le monde du travail qui sera dans 20 ans, dans 30 ans, pour nos et enfants nos petits-enfants, il faut bien autre chose qu’un projet de loi qui est juste l’application du programme du Medef. C’est pour ça que la pétition demande le retrait."
"Ils nous prennent juste pour des imbéciles"

Interrogée sur le nouveau nom du projet de loi, désormais intitulé "avant-projet de loi sur les nouvelles protections pour les entreprises et les salariés", Caroline de Haas a vivement dénoncé ce changement d'appellation:

"J'ai juste envie de dire 'Mais lol'! Changer le nom du projet de loi en nous faisant croire qu'on va changer de contenu… Mais ils nous prennent juste pour des imbéciles!".

Selon elle, le problème fondamental de ce projet de loi est sa philosophie "qui vise à réduire le droit des salariés en expliquant que ça va réduire le chômage. C'est un mythe, c'est un mensonge".

V.R.