BFMTV

Loi Travail: Valls confirme le report de la présentation en conseil des ministres

Le Premier ministre confirme le report d'une "quinzaine de jours" de la présentation du projet de loi El Khomri en conseil des ministres.

Le début d'un recul? Le gouvernement va annoncer un report de la présentation du projet de loi Travail en conseil des ministres, selon des sources gouvernementales.

"Ce report devrait être annoncé par le Premier ministre Manuel Valls. Ca va permettre de faire bouger le texte sans revenir sur ses grands principes. Le projet de loi El Khomri sera présenté en Conseil des ministres dans quelques semaines, courant mars", ont indiqué ces sources.

La ministre du Travail a expliqué sur Twitter que ce report permettait: "Une marge supplémentaire pour approfondir le dialogue avec les partenaires sociaux et enrichir la loi Travail".

Valls rejette l'idée d'un "recul"

En visite au Salon de l'agriculture lundi, Manuel Valls a confirmé le report de la présentation d'une "quinzaine de jours" - plus précisément le 24 mars, selon une source gouvernementale. Mais "cela ne change pas, sans doute, le calendrier initial", a-t-il ajouté, évoquant "une présentation, comme prévu, au Parlement au printemps". 

"Donnons-nous quelques jours de plus. Nous avons toujours que nous étions ouverts à la discussion. C’est par la discussion, le dialogue qu’on fait avancer les choses. (…) Je veux aussi marquer la très grande détermination du gouvernement pour faire avancer ce texte", a poursuivi Manuel Valls.

Pas question pour le chef du gouvernement d'accepter le terme de "recul": "Le recul, ce serait d'abandonner le texte". Mais il "veut lever les incompréhensions: il y a des corrections à apporter", selon lui. 

Ce projet de loi est très contesté au sein de la majorité et des syndicats, et fait l'objet d'une pétition en ligne réclamant son retrait: plus de 775.000 personnes l'ont signée depuis sa création le 22 février dernier. Parmi les contestataires, Benoît Hamon voit dans ce report "l'échec du passage en force".

A. K. avec AFP