BFMTV

Les jeunes socialistes en week-end de discussions à Soustons

Six cents participants venus de toute la France doivent participer, selon le MJS, à cette réunion.

Six cents participants venus de toute la France doivent participer, selon le MJS, à cette réunion. - -

Des centaines de militants du Mouvement des Jeunes Socialistes se réunissent un an après l'élection de François Hollande. Six ministres sont attendus.

Quelques centaines de militants du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) ont entamé samedi matin à Soustons, dans les Landes, un week-end de discussions et de débats. Ils se réunissent un an après la victoire de François Hollande, où sont attendus six ministres.

Six cents participants venus de toute la France doivent participer, selon le MJS, à cette réunion, qui, initialement, devait être clôturée dimanche par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, avant qu'il n'y renonce pour cause de préparation du séminaire du gouvernement lundi à l'Elysée.

Les six ministres qui ont annoncé leur venue sont Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des droits des Femmes et porte-parole du gouvernement, la garde des Sceaux Christiane Taubira, le ministre à l'Economie solidaire, Benoît Hamon, le ministre chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, et le ministre délégué chargé de la Ville, François Lamy.

L'emploi des jeunes et l'écologie

Le premier secrétaire du Parti Socialiste, Harlem Désir, doit prendre la parole dimanche en fin de matinée à la fin des travaux.

Benoît Hamon et Alain Vidalies ont ouvert samedi la première des trois tables rondes, axée autour de l'emploi des jeunes et le défi écologique.

"Rien que cette semaine, il y a eu deux choses qui ne se seraient jamais passées sous la droite", affirme Benoît Hamon.

La première, souligne-t-il sous les applaudissements, est d'avoir empêché que Dailymotion soit racheté par Yahoo! "Le gouvernement a décidé de protéger ce qu'il considérait comme les intérêts de la France. On se protège comme les Américains se protègent. On se protège comme les Chinois se protègent (...)"

"Il n'y a que les béats, les libéraux pour considérer qu'aujourd'hui, ne pas se protéger devrait relever du bon sens économique. Oui, dans une économie mondialisée, poser un certain nombre d'exigences, quand on a une pépite comme Dailymotion (...), c'est une exigence élémentaire pour les pouvoirs publics. Nous avons exercé ce devoir et ce droit. L'économie française et ses pépites ne pourront plus être pillées comme elles l'étaient hier", ajoute le ministre.

Le changement de doctrine de la Commission européenne

Benoît Hamon s'est félicité aussi que la Commission européenne ait donné vendredi deux années supplémentaires à la France pour atteindre ses objectifs de réduction des déficits publics, à 3% du PIB.

"Il y a un changement de doctrine de la Commission européenne sous la double pression des faits, l'austérité mène à la récession (...) et d'un rapport de forces politiques. Nous avons enregistré une victoire politique hier contre les conservateurs européens", assure Benoît Hamon, très applaudi.

"La Commission européenne accepte enfin le verdict des faits. Il faut donner davantage de temps pour rétablir la croissance", insiste-t-il.


A LIRE AUSSI: >> Une année à l'Elysée: les Jeunes socialistes attendent des explications

>> L’UMP lance sa campagne pour la première année de Hollande à l’Elysée

>> Le timide anniversaire de François Hollande à l'Elysée