BFMTV

Une année à l'Elysée: les Jeunes socialistes attendent des explications

Le mouvement des jeunes socialistes se réunit ce week-end dans les Landes

Le mouvement des jeunes socialistes se réunit ce week-end dans les Landes - -

Cinq ministres devraient venir expliquer aux jeunes du parti, qui se réunissent ce week-end, les réformes en cours et la politique gouvernementale à la veille de l'anniversaire de l'élection du président de la République.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait pourtant promis de venir... avant de se rétracter pour cause de 20 heures, dimanche soir sur TF1. Les Jeunes Socialistes (MJS), réunis dans les Landes pour un week-end, feront le point, sans lui, sur l'action engagée depuis l'élection de François Hollande.

Cinq ministres viendront toutefois répondre à leurs questions: la Garde des Sceaux Christiane Taubira, le ministre à l'Economie solidaire, Benoît Hamon, la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, et enfin le ministre délégué chargé de la Ville, François Lamy.

Surtout, cette réunion du MJS se tiendra à la veille d'un séminaire gouvernemental, lundi, date anniversaire de l'élection de François Hollande, où le président et le Premier ministre prépareront "les mois qui viennent".

L'avenir plus que le bilan que feront leurs jeunes successeurs.

"Ce n'est pas assez rapide"

Les ministres devraient répondre aux "interrogations" ou aux "impatiences" des Jeunes Socialistes, à l'occasion de trois tables-rondes thématiques, samedi: l'emploi "en relevant le défi écologique", la République et la lutte contre les discriminations, faire en sorte que les jeunes "vivent mieux en 2017 qu'en 2012".

"Il y a des sujets, on voit que ça avance mais ce n'est pas assez rapide. Je pense à la lutte contre le contrôle au facies", a commenté Thierry Marchal-Beck, le président du MJS.

De même, selon lui, "si on veut une sortie de crise, on ne peut pas avoir un budget de l'UE en baisse", alors que l'Union comprend 25 millions de chômeurs, dont de très nombreux jeunes.

Désir à l'heure de Mélenchon

Le premier secrétaire du Parti Socialiste, Harlem Désir, doit prendre la parole dimanche en fin de matinée à la fin des travaux, au moment même où Jean-Luc Mélenchon, le coprésident du Parti de gauche, défilera avec ses alliés du Front de gauche à Paris "contre l'austérité et la finance". Mais aussi contre la politique menée par le gouvernement.

Harlem Désir plaidera pour l'unité des socialistes, "à ne rien céder à la droite" et à "être fiers de nos réalisations et à mieux les expliquer". Il s'agira aussi pour lui de "promouvoir le bilan du président" et aussi de lancer un "appel à la mobilisation pour que la gauche réussisse".

S. A. avec AFP