BFMTV

"Le FN est le parti de la haine", assure Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale - Capture écran BFMTV

Invitée de BFM Politique, la ministre de l'Education nationale est revenue sur les enjeux des élections départementales avec pour mot d'ordre de faire barrage au Front national.

A une semaine du premier tour des élections départementales, et face à la menace du Front national, tout le gouvernement se mobilise. A coup de formules choc ou sur le terrain, Manuel Valls mène cette campagne.

Invitée de l'émission BFM Politique, Najat Vallaud-Belkacem est venue poursuivre le combat. La ministre de l'Education nationale s'est dite "inquiète" face à la montée du FN dans les sondages. "Quand je vois la façon dont des millions de Français pourraient être tentés par un vote Front national, quand je vois l'importance des compétences qui sont celles des conseils départementaux, je suis très inquiète de ce que ça peut donner et je fais campagne", a assuré la ministre de l'Education nationale.

"Non programme attrape-tout"

Poursuivant sur la question de la "peur" du parti frontiste, Najat Vallaud-Belkacem a martelé qu'il fallait "dénoncer le FN pour ce qu'il est". "Le Front national est un parti qui ne porte pas de solutions aux préoccupations des gens", insiste la ministre de l'Education. 

Dénonçant le "non programme attrape-tout" du Front national, Najat Vallaud-Belkacem assure qu'"il faut dire aux Français que le FN est le parti de la haine". L'ancienne porte-parole du gouvernement se félicite de l'engagement de Manuel Valls "dans ce combat", rappelant que "l'abstention fait arithmétiquement monter le FN".

Sarkozy "impresario du FN"

Alors qu'un sondage Ifop publié ce week-end montre que 73% des habitants des communes gérées par le FN sont satisfaits de cette gestion, Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé le manque de "cohérence" du parti de Marine Le Pen, qui va "grappiller" des réponses chez tous les autres partis. "C'est le temps qui démontrera si la gestion par le FN est une bonne gestion, on l'a connu dans le passé à chaque fois ça c'est terminé devant les tribunaux", tient à rappeler la ministre. 

Pour elle, la droite est également responsable de cette montée du FN. Elle a dénoncé notamment le fait que les paroles de Gérald Darmanin "faisait sauter les digues avec le FN". Se disant "atterrée" par les propos du député-maire UMP du Tourcoing qui avait qualifié Christiane Taubira de "tract ambulant pour le FN", la ministre a assuré que "le meilleur impresario du FN depuis 2007, c'est Nicolas Sarkozy".

J.C.