BFMTV

Laurence Rossignol huée à l'Assemblée alors qu'elle dénonce les inégalités hommes-femmes

A l'Assemblée ce mardi, Laurence Rossignol est revenue sur les inégalités de salaires entre hommes et femmes, dénoncées la veille autour de l'heure symbolique de 16h34. Alors qu'elle s'exprimait, des députés ont commencé à huer la ministre, forçant Claude Bartolone à intervenir pour faire revenir le calme. En vain.

Ce n'est pas la première fois qu'une femme, ministre ou députée, est huée à l'Assemblée nationale. Cécile Duflot avait été sifflée pour une robe bleue et blanche. Ce mardi, Laurence Rossignol, la ministre des Droits des femmes, a été chahutée, interrompue par un brouhaha incessant. Comble de l'ironie, la ministre évoquait précisément les inégalités hommes-femmes, dénoncées en particulier durant la journée d'hier.

Plusieurs organisations féministes avaient appelé les femmes à arrêter le travail à 16h34, considérant que du fait des écarts de salaires avec leurs collègues masculins, elles n'étaient plus payées jusqu'à la fin de l'année.

Intervention de Claude Bartolone

C'est une comparaison qui a semblé tout déclencher. Pour illustrer les différences de salaires entre hommes et femmes, la ministre a cité les métiers du bâtiment, très majoritairement occupés par des hommes, et ceux des soins, occupés en grande partie par des femmes.

"Les compétences des femmes sont souvent bien moins rémunérées que celles des hommes. Par exemple, soulever des malades ou des personnes âgées est bien moins rémunéré que de soulever des sacs de ciment, et pourtant, la charge est la même", a déclaré la ministre, alors que les premières réactions sonores commençaient à se faire entendre.

"Incroyable droite qui vocifère"

"Les femmes sont moins promues que les hommes, et plus on monte dans la fonction d’encadrement, et moins les femmes sont présentes", a-t-elle poursuivi. Ensuite, Laurence Rossignol a tenté de continuer à s'exprimer, non sans difficultés du fait de l'agitation ambiante, et ce malgré les tentatives répétées de Claude Bartolone, le président de l'Assemblée, de faire revenir le calme. 

Quelques instants après cet épisode, la ministre a dénoncé ces agissements, qui venaient selon elle de députés de la droite, sur son compte Twitter. Elle a été suivie par plusieurs femmes, conseillères ou collaboratrices parlementaires.
Charlie Vandekerkhove