BFMTV

Sexisme en politique: polémique après une chronique de Libération

Des femmes participent, le 22 mai 2011 à Paris, à un rassemblement, pour protester contre le "sexisme" en pleine affaire DSK

Des femmes participent, le 22 mai 2011 à Paris, à un rassemblement, pour protester contre le "sexisme" en pleine affaire DSK - Bertrand Langlois-AFP

Tempête de réactions indignées sur Twitter après la publication ce mardi dans Libération d'une chronique sur l'affaire Denis Baupin. Le journaliste Luc Le Vaillant défend une "exception française" et regrette qu'il faille "défiler devant huissier pour se dragouiller". Les internautes dénoncent la culture du viol sous-jacente à ce billet.

"La complainte du mâle aimé". Une chronique de Luc Le Vaillant publiée ce mardi dans Libération soulève une polémique. Le journaliste du quotidien national est accusé de sexisme, misogynie et d'entretenir la culture du viol.

Le billet fait suite à l'affaire Denis Baupin, ce sénateur écologiste accusé de harcèlement sexuel envers plusieurs de ses collaboratrices. Egalement vice-président à l'Assemblée nationale, il a dû démissionner de ces fonctions face au scandale.

"Depuis l'affaire Baupin, je parie que chacun de vous, hommes principalement hétéros, se remet en cause et se passe à la question. Comme moi, vous devez vous demander si vous n'avez pas eu l'éloge vicieusement flatteur pour une personne du sexe qu'on préfère, l'accolade un peu toucheuse sous prétexte de bourrade amicale et le commentaire très alléché par des perspectives moins professionnelles qu'énoncé", affirme l'auteur de la chronique, défenseur de "l'exception française".

"En tout cas, cela sape les fondations d'un mélange des genres dont s'enorgueillissaient les travailleuses et les travailleurs, les coquelets et les poulettes, ravis de badiner sur leur tas de fumier, fiers de ne pas avoir à défiler devant huissier pour se dragouiller. Il est probable que l'après-Baupin permette d'en finir avec les abus que cachait ce gentleman’s agreement qui semblait pourtant ne pas déplaire aux femmes", insiste le chroniqueur.

Tempête de réactions

L'article a suscité une levée de boucliers sur la toile, le sujet s'invitant dans les thématiques les plus discutées sur Twitter. Les utilisatrices et utilisateurs du réseau social ont largement dénoncé le sexisme de cette chronique.

Ce n'est pas la première fois que le journaliste suscite la polémique par l'un de ses écrits. En décembre dernier, sa chronique "La femme voilée du métro", billet d'humeur sur ses réactions alors qu'il se trouvait dans une rame face à une femme en "abaya couleur corbeau", avait soulevé une tempête de critiques. Certains étaient allés jusqu'à dénoncer le "racisme" et "l'islamophobie" de son auteur. Face à la controverse, Laurent Joffrin, le directeur de la publication du quotidien, avait dû publier un billet pour s'expliquer.

Céline Hussonnois Alaya