BFMTV

L'application qui fait trembler les ministres: comment Macron mesure en temps réel leur efficacité

INFO BFMTV - Le président de la République dispose d'une application inaccessible au public, qui lui permet d'évaluer en temps réel la mise en chantier des réformes du quinquennat, tous domaines confondus.

Zéro pression. Alors que son parti traverse quelques difficultés, principalement liées aux élections municipales, Emmanuel Macron mise sur l'engagement total de ses ministres. Et ce à l'aube d'une rentrée marquée par l'arrivée de plusieurs réformes lourdes, comme l'examen du projet de loi sur la bioéthique, avec en son cœur le dossier de la PMA pour toutes les femmes, ou l'ouverture du processus de concertation de la réforme des retraites.

Comme il l'a déjà montré lors des deux séminaires gouvernementaux qui se sont tenus les 4 et 11 septembre, le chef de l'État tient son équipe en bride courte. En témoigne l'application numérique dont il dispose et dont BFMTV a pris connaissance, qui lui permet de surveiller en temps réel, plusieurs fois par jour, l'évolution des réformes en cours ou leur taux d'effectivité. 

Une appli à usage interne

À l’origine de cette "appli", trois hauts fonctionnaires très proches d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe, dont leur bras droit respectif: Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, et Benoît Ribadeau-Dumas, secrétaire général de Matignon.

Alimentée en temps réel par la direction de la transformation publique, où remontent toutes les données de chaque administration, l'application se décline dans tous les domaines: éducation, assurance-chômage, limitation de la vitesse à 80 km/h...

Ainsi, le président de la République peut savoir, via son téléphone, l'état d'avancement des textes concernés au regard de leur parcours législatif et réglementaire. Ci-dessous un exemple d'interface, en l'occurrence celle du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qui fait d'ailleurs office de "bon élève" au vu du degré de progression, par exemple, du dédoublement des classes de CP.

Évolution des réformes en cours au ministère de l'Éducation nationale, selon l'application mise en place par le gouvernement
Évolution des réformes en cours au ministère de l'Éducation nationale, selon l'application mise en place par le gouvernement © BFMTV

Si l'état d'avancement des réformes de Jean-Michel Blanquer semble satisfaisant, il n'en est pas de même, selon nos informations, pour d'autres ministres. 

L'application est destinée à un usage interne à l'exécutif. En tout cas pour l'instant. Le président de la République a pour l'heure refusé de la rendre accessible au grand public, comme on le lui proposait, pour ne pas bloquer l'équipe gouvernementale.

"Afin d’assurer le suivi de la mise en œuvre des mesures décidées par le gouvernement, des indicateurs intitulés « objets de la vie quotidienne des français » (OVQ) ont été définis", pour permettre "de mesurer le progrès des réformes engagées au service du pays et des Français", explique l'Elysée à BFMTV. Le suivi de ces indicateurs "est un processus de management public parfaitement normal", nous explique-t-on.

"Mise sous tension"

Si la méthode a de quoi surprendre, le dispositif lui-même illustre combien Emmanuel Macron entend répondre à l'exigence de résultats concrets des Français. Il illustre également cette "mise sous tension" donc, exprimée par le chef de l'État lors des récents séminaires gouvernements vis-à-vis de ses ministres. 

"Plusieurs ministres se sont pris un savon car leur réforme ne se voyait pas sur le terrain", a rapporté un participant auprès de BFMTV.

À plusieurs reprises, le président s'est mué en manager: "Cassez les codes! Vous avez carte blanche pour réorganiser vos administrations", leur a-t-il lancé. Une manière de remettre sur la table le "spoil system" promis par le candidat Macron, mais très peu mis en place: durant la campagne, il avait en effet promis de "changer" ou de "confirmer l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique".

"Mes arbitrages ont été détricotés"

Après la crise des gilets jaunes, Emmanuel Macron avait étrenné le diptyque "humanité et proximité". En cette rentrée, le chef de l'État a ajouté un mot à l'attention de ses ministres: "efficacité".

Une autre anecdote en dit long sur l'état d'esprit du président. Un membre du gouvernement se souvient d’un Conseil des ministres en novembre dernier. Revenant de son itinérance mémorielle chahutée dans le Nord-Est, à l'occasion des commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, le président peste: "Mes arbitrages ont été détricotés." 

Il faisait alors référence à la création d’une route nationale à Saint-Quentin, dans l’Aisne. Idem pour la ligne de train reliant Épinal à Saint-Dié-des-Vosges, supprimée en plein débat public sur l’absence de services publics dans les campagnes.

"Si je demande de la proximité, ce n’est pas pour supprimer la ligne Saint-Dié-Épinal. Merci de transmettre à la SNCF" lançait-il en plein Conseil selon un participant .

La nouvelle méthode de "management" d'Emmanuel Macron arrive-t-elle trop tard dans le quinquennat, alors que se profilent plusieurs échéances électorales? Le chef de l'État ne souhaite pas changer d'équipe gouvernementale. Il veut installer ses ministres dans le temps long afin de leur permettre de réformer. Les mauvais élèves le savent néanmoins: si les résultats ne s'améliorent pas, ils risquent la porte.

Camille Langlade avec Jules Pecnard