BFMTV

Affaire Benalla: l'occasion pour Macron de régler ses comptes avec la haute fonction publique

-

- - JAVIER SORIANO / AFP

Durant la campagne, le candidat Macron avait promis de "changer" ou de "confirmer l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique". Un serment jusqu'ici partiellement mis en œuvre mais qui pourrait être réactivé par le scandale autour d'Alexandre Benalla.

L'affaire Benalla, un moyen pour Macron de reprendre enfin la main sur la haute fonction publique? Depuis le début du scandale, la communication du chef de l'Etat mais aussi du ministre de l'Intérieur montre du doigt ces grands serviteurs de l'Etat, accusés de porter une part de responsabilité dans le "dysfonctionnement" Benalla. Et en premier chef le directeur de cabinet de l'Elysée Patrick Strzoda, agent à la carrière sans faille pris en faute pour ne pas avoir saisi la justice après avoir pris connaissance de la vidéo montrant Benalla frapper un manifestant. 

Interrogés longuement par la commission d'enquête parlementaire, ces hauts fonctionnaires n'hésitent pas à renvoyer l'exécutif à ses responsabilités dans une passe d'armes emblématique du climat de défiance qui oppose gouvernement et fonction publique, à l'aube de la réforme de l'administration prévue pour la rentrée.

"Spoil system" à la française

Car, pour beaucoup d'observateurs, cette affaire est le prétexte que Macron attendait pour purger la haute fonction publique de certains éléments dont il doute de la loyauté et mettre en oeuvre l'une de ses promesses de campagne.

En marge de plusieurs propositions pour réformer la fonction publique et réduire le déficit, le candidat Macron se prenait à rêver d'un "spoil system" à la française - ce système américain qui permet au président de changer les directeurs d'administration après son élection. En début de mandat, fait rare, les 180 hauts fonctionnaires nommés par le gouvernement avaient d'ailleurs été conviés à des réunions de travail à l'Elysée. Un moyen pour la présidence de s'assurer de sa mainmise sur la haute administration. 

"Il va falloir s'en occuper"

Cette promesse de "changer" ou de "confirmer l'intégralité des postes de direction dans la fonction publique" n'a jusqu'ici été réalisée que partiellement - avec quelques changements effectués au sein de l'Education nationale, notamment. 

"Jusqu'à présent, nous nous sommes montrés plutôt conciliants, assure un proche d'Emmanuel Macron au Figaro. En arrivant, nous avons laissé aux hauts fonctionnaires le choix de rester travailler avec nous ou de partir si cela leur posait des problèmes. Apparemment, certains qui avaient des problèmes sont restés. Il va falloir s'en occuper."

Dans la foulée de la polémique, l'exécutif a d'ores et déjà chargé le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, de la réorganisation du Palais présidentiel pour parer à tout "nouveau dysfonctionnement".

C.R.