BFMTV

Au lendemain de son université d'été, LaREM perd deux membres de son groupe à l'Assemblée nationale

L'Assemblée nationale (Photo d'illustration).

L'Assemblée nationale (Photo d'illustration). - AFP

Les députées Albane Gaillot (Val-de-Marne) et Michèle Crouzet (Yonne) se contenteront pour l'heure du statut d'apparentées au groupe majoritaire. La seconde a annoncé sur Europe 1 qu'elle quitterait bientôt le parti présidentiel.

Le "campus des territoires" de La République en marche ce week-end, à Bordeaux, n'aura visiblement pas suffi à rasséréner tout le monde. Ce lundi, deux députées LaREM ont annoncé coup sur coup leur souhait de quitter le groupe LaREM à l'Assemblée nationale. Un groupe toujours majoritaire, mais qui n'aura cessé de s'émietter depuis le début de la législature.

Il y a d'abord le cas d'Albane Gaillot, élue dans le Val-de-Marne qui, dans une lettre, affirme que le parti présidentiel fait voter "des lois restreignant les libertés individuelles". Et de citer l'exemple de la proposition de loi anticasseurs. "Face à la colère exprimée par nos (concitoyens et concitoyennes), nous brandissons la violence plutôt que de chercher l'apaisement", écrit-elle. Après avoir annoncé qu'elle quittait la majorité, elle a rectifié en affirmant qu'elle n'y serait plus qu'apparentée.

Une autre élue compte plier bagages et, au-delà du groupe parlementaire, compte quitter le mouvement. Il s'agit de Michèle Crouzet, députée de l'Yonne, qui a évoqué son dépit au micro d'Europe 1.

"Je voulais faire passer le message pour interpeller le président de la République: attention, la colère gronde", a-t-elle déclaré à l'antenne.

Au cœur de ses doléances, la question des municipales et de la manière dont LaREM s'y prépare. Un sujet qui se complique à mesure que les semaines passent et que l'échéance, prévue pour la mi-mars, approche. Candidate à l'investiture à Sens, l'élue a été mise de côté au profit de Claude Vivier-Le Got.

Problème, celle qui a été finalement choisie par la commission nationale d'investiture a été condamnée à deux reprises, dont une fois à un an d’inéligibilité, pour un compte de campagne non conforme en 2014. Michèle Crouzet déclare avoir appelé Stanislas Guerini et Pierre Person, respectivement numéros un et deux d'En Marche, pour les prévenir des soucis que ce passif pourrait poser.

"C'est bon, ça va passer. Ça va faire un peu de bruit mais ça va le faire", lui aurait répondu le délégué général de LaREM. 

"Députés jetables"

Contacté par BFMTV.com, l'entourage de Michèle Crouzet en dit davantage sur son agacement:

"On a prévenu les instances de LaREM maintes fois, ils sont à des années-lumières d'imaginer ce qu'il se passe sur le terrain. Les parlementaires en ont ras le cul, il y a un gros souci d'écoute. C'est un pool de 3-4 personnes qui décident de tout, chez En Marche. Les députés sont devenus des députés jetables."

Ces nouveaux départs surviennent au lendemain d'une université d'été marquée par la difficulté du mouvement macroniste à équilibrer sa verticalité avérée avec l'horizontalité qu'exige une partie des troupes.

"La vraie priorité, c'est de mettre un sévère coup de frein au décollage égocentrique de certains qui entourent le chef de l'État. Ces gens-là plongent la tête de leur collègue sous l'eau en attendant qu'il n'y ait plus de bulle", s'indigne-t-on. 

D'autres départs à craindre?

Une fraction de mutins, qui se sont baptisés "Les Marcheurs libres", a d'ailleurs fait bande à part ce weekend le temps d'un apéritif. Aujourd'hui, les députés qui se revendiquent de cette rébellion laissent entrevoir la possibilité que, à défaut de rejoindre un groupe parlementaire préexistant (Libertés et Territoires ou Agir, par exemple), un 9ème pourrait être amené à voir le jour. Précisons qu'avec huit groupes, l'actuelle législature est déjà la plus pléthorique de l'histoire de la Ve République.

"Entre être un groupe 'officieux' et l'envie de devenir, il n'y a qu'un pas. Ça couperait l'herbe sous le pied des instances parisiennes. À l'Elysée ils ne s'en rendent pas compte, mais Macron prend le risque de perdre sa majorité. Chez LaREM, ils sont dans l'euphorie du pouvoir", accuse un proche de Michèle Crouzet. Et de prédire que ces départs "sont les premiers d'une longue série" avec, en bout de course, l'idée de tendre la main aux autres groupes modérés afin qu'ils se rejoignent. On en est encore loin, mais le bruit médiatique généré par ces défection risque bien de polluer la rentrée du parti présidentiel.
Jules Pecnard