BFMTV

Hulot: "il existe d’autres alternatives" à Notre-Dame-des-Landes

Le nouveau "ministre de la Transition écologique" s’en est toutefois remis à la "médiation" censée régler le problème de l’aéroport du Grand Ouest.

Invité du 20h de France 2 ce jeudi, au lendemain de sa nomination surprise au gouvernement, Nicolas Hulot a estimé qu’il existait "d’autres alternatives" à Notre-Dame-des-Landes. Sans se prononcer toutefois clairement sur le devenir du projet d’Aéroport du Grand Ouest.

Questionné sur le fait de savoir s’il avait obtenu l’abandon du projet en échange de sa participation à l’exécutif, le nouveau "ministre de la Transition écologique" a d’abord botté en touche. "On va sortir de la confrontation et on va rentrer dans la concertation sur ce sujet, et sur beaucoup d’autres", a-t-il commenté.

"Ma conviction, c’est qu’il existe d’autres alternatives", a toutefois estimé Nicolas Hulot. "La médiation qui va démarrer en fera probablement la démonstration", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

"Satisfaire les intérêts des uns et des autres"

Relancé, l’ex-animateur d’Ushuaïa a répété qu’il existait "probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres".

Nicolas Hulot s’était prononcé contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes par le passé. Contrairement à Edouard Philippe.

Ce jeudi, le Premier ministre a confirmé la nomination d’un médiateur dans le dossier.

"Il y aura un médiateur qui va permettre de mettre l’ensemble des choses sur la table, d’étudier l’ensemble des options, et ensuite nous prendrons une décisions qui sera assumée, qui sera claire", a-t-il promis sur France inter.

G. de V.