BFMTV

Fabius: "nous ne pouvons accepter qu'un pays en envahisse un autre"

Laurent Fabius met en garde Moscou contre des sanctions de l'UE

Laurent Fabius met en garde Moscou contre des sanctions de l'UE - -

Le président François Hollande est l'hôte mercredi d'une réunion de ministres sur le Liban - avec le Russe Sergueï Lavrov et l'Américain John Kerry -, qui devrait être dominée en coulisses par la crise russo-occidentale sur l'Ukraine. Avant cette réunion, Laurent Fabius était l'invité de BFMTV et RMC.

Avant une réunion avec le Russe Sergueï Lavrov et l'Américain John Kerry, Laurent Fabius était l'invité, mercredi matin de BFMTV et RMC. Au menu la crise ukrainienne et aussi les rumeurs de remaniement. Voici ce qu'il fallait retenir de cette interview:

# Le commentaire: "l'invasion d'un pays par un autre"

"La Russie est un pays partenaire avec lequel nous avons beaucoup de relations. Mais, nous - en tant que communauté internationale - ne pouvons accepter qu'un pays en envahisse un autre", a expliqué Laurent Fabius.

"La France doit être très ferme avec la Russie", a-t-il indiqué, précisant qu'il ne pouvait y avoir de solution militaire.

# L'annonce: "La France et l'Allemagne ont mis au point un plan de sortie de crise"

L'Union européenne est prête à imposer jeudi de nouvelles sanctions à la Russie si cette dernière n'engage pas la désescalade en Ukraine en acceptant notamment un groupe de contact pour une sortie de crise, a également indiqué Laurent Fabius. "Demain, il y a un Conseil européen spécial, des sanctions peuvent être votées s'il n'y a pas une désescalade", a assuré le chef de la diplomatie française.

Ces sanctions, qui s'ajouteraient à la suspension de la préparation du G8 de Sotchi, concerneraient "les visas, les discussions économiques, les avoirs d'un certain nombre d'oligarques".

"L'Allemagne et la France ont mis au point une espèce de proposition de plan de sortie. On va voir s'il est accepté qu'il soit discuté", a-t-il dit. Cette initiative reprend des éléments du plan du 21 février : gouvernement d'union, retrait russe, dissolution des milices extrémistes, mise en oeuvre de la Constitution ukrainienne de 2004, organisation d'une élection présidentielle...

L'Ukraine, a souligné Laurent Fabius, "doit travailler à la fois avec la Russie et avec l'Union européenne, ce n'est pas ou l'un ou l'autre, c'est les deux".

# Le point remaniement: "un gouvernement resserré est souhaitable"

Les rumeurs persistantes de remaniement sont-elles justifiées? "Un gouvernement resserré est souhaitable", a répondu Laurent Fabius. "C'est ce qu'ont beaucoup de nos voisins".

"Il faut travailler avec de grandes fonctions, surtout en période de crise", a-t-il détaillé, "notamment à l'économie. C'est un ministère que j'ai occupé, qui est difficile".

Laurent Fabius se voit-il Premier ministre? "Je suis très bien où je suis. Je ne demande rien d'autre", a-t-il botté en touche.

Hélène Favier