BFMTV
en direct

EN DIRECT - Darmanin promet d'être "le ministre du quotidien des policiers"

Après avoir répondu à Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC, le nouveau Premier ministre se lance dans l'arène parlementaire, avec les séances de questions au gouvernement.

Dupond-Moretti ministre de la Justice: "On a envie de dire chiche", déclare le Syndicat de la magistrature

Le chef du gouvernement a rendu hommage aux qualités du nouveau ministre de la Justice, une "très grande personnalité du monde de la justice", qui "incarne cette volonté" de l'exécutif "de faire de ce sujet une priorité", après leur visite au Tribunal de Bobigny.

"Le Premier ministre nous a assuré que si un ministre de caractère avait été nommé, c'était effectivement pour défendre la justice. On a envie de dire chiche", a réagi auprès de l'AFP Sophie Combes, magistrate et déléguée du Syndicat de la magistrature.

"Le Premier ministre nous a dit qu'il devrait y avoir une augmentation du budget de la justice, on l'espère conséquente", a-t-elle ajouté. Le budget 2020 de la Justice, voté en 2019, s'établissait à plus de 7,5 milliards d'euros et en hausse de 4%. Une augmentation conséquente, mais toutefois inférieure à la trajectoire fixée dans la loi de programmation budgétaire 2018-2022.

Le gouvernement veut "augmenter les moyens de la Justice"

Le ministre de la Justice et le Premier ministre ont plus tôt dans la journée de mercredi effectué un déplacement au tribunal de Bobigny. "Nous souhaitons augmenter les moyens de la Justice et amplifier les efforts entrepris en la matière par le précédent Gouvernement", a par la suite tweeté Jean Castex.

"Une loi de programmation a été votée par l'actuelle majorité : nous allons en accélérer la mise en œuvre à compter de 2021".

Darmanin exprime "la reconnaissance du gouvernement" aux policiers

Après avoir rencontré des représentants de la police mercredi soir, le nouveau ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a "exprimé toute la reconnaissance du gouvernement pour leur beau métier", dans un message posté sur Twitter.

"Ils peuvent compter sur moi, je serai le ministre du quotidien des policiers", écrit-il.

Les policiers rencontrent Darmanin: "Les mots ne suffisent plus", déclare Alliance Police

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a rencontré des représentants de la police mercredi soir. "Le ministre a dit qu'il nous soutiendrait, qu'il aurait un discours de fermeté et un soutien indéfectible", raconte sur BFMTV Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance Police nationale.

Mais "ça reste des mots, la colère n'est pas passée, le malaise est toujours aussi grand, et on lui a dit 'attention on vous attend au tournant'", déclare-t-il. "Les mots ne suffisent plus, ca fait des années qu'on entend des mots, nous on veut des actes forts et rapides".

Les syndicats réclament notamment une amélioration de leurs conditions de travail.

Selon Onesta, Castex a une "capacité à réunir les gens"

L'ancien entraineur de l'équipe de France de handball Claude Onesta a cotoyé Jean Castex dans le cadre de l'Agence nationale du sport. Interrogé sur BFMTV mercredi, il décrit:

"Quelqu'un qui a beaucoup de capacité à réunir les gens, des gens pas très alignés au départ il a vraiment capacité à trouver la solution partagée. Il est habité par la logique de l'esprit collectif et de la demarche d'interet général".

Il explique échanger quelques messages et "quelques coups de fil" de temps en temps avec Jean Castex. Mais "je n'ai pas la prétention de donner des conseils à un Premier minstre de la France", déclare Claude Onesta. "Il n'a pas besoin de moi pour savoir comment il va devoir mener sa barque".

Pour Darmanin, l'islam politique est "un ennemi mortel pour la République"

Le nouveau ministre de l'Intérieur a jugé mercredi que "l'islam politique" était un "ennemi mortel pour la République", appelant à lutter "contre toute forme de communautarisme", sans cependant tomber dans les caricatures, a déclaré Gérald Darmanin, au Sénat, lors de la séance des questions au gouvernement.

Gérald Darmanin qui, à la tête du ministère de l'Intérieur gère aussi les cultes, a cependant mis en garde la sénatrice Jacqueline Brinio-Eustache, (LR, Val d'Oise) qui l'interrogeait: "La laïcité n'est pas la négation de (la) liberté des cultes".

Larcher: le Sénat soutiendra les mesures "utiles à la relance"

Le Sénat "soutiendra les mesures qui lui paraîtront utiles à la relance économique et pour éviter, ou atténuer, la crise sociale", a affirmé mercredi son président Gérard Larcher (LR), qui a vu là "deux enjeux majeurs des prochains mois".

"Vous trouverez le Sénat à vos côtés chaque fois qu'il s'agira de défendre les intérêts de notre pays", a déclaré Gérard Larcher à l'adresse du nouveau gouvernement, en préambule à la séance de questions d'actualité.

Remaniement: Macron place des proches dans les ministères

Plusieurs personnalités, jusque-là employées à l'Élysée ou considérées comme proches du chef de l'État, ont mis les voiles sur Matignon, la place Beauvau ou encore la place Vendôme.

Notre article à lire ICI.

Dupond-Moretti interrogé sur la radicalisation terroriste en France

Interrogé sur le sort des personnes radicalisées en France, notamment des personnes en liberté, le ministre de la Justice a assuré être "préocuppé bien sûr par la sécurité des Français", "mon ministère est très proche de toutes ces questions là".

Selon ses données, il y a aujourd'hui en France "508 détenus prévenus ou condamnés pour terrorisme, 550 de droit commun suivis au titre de la radicalisation dont 74 ayant obtenu une libération anticipée"

"Ces mesures post pénales sont au coeur de mes préocuppations" a assuré Eric Dupond-Moretti au Sénat, rappelant qu'il préparait une "proposition de loi sur les mesures de sureté pour les sortants de prison radicalisés"

"Laissez-moi apprendre mon administration", demande Dupond-Moretti

Depuis ce matin, Eric Dupond-Moretti découvre les usages dans les chambres parlementaires, tels que le temps limité, les interruptions et le brouhaha ambiant. "Laissez-moi apprendre mon administration", a-t-il déclaré, en demandant aux parlementaires de l'aider dans cette tâche.

"Monsieur le garde des Sceaux il faudra un tout petit peu achever, vous êtes pris par le temps", l'a d'ailleurs interrompu Gérard Larcher, président du Sénat.

Dupond-Moretti souhaite "une justice plus proche, plus humaine"

"Une justice plus proche, plus humaine". Eric Dupond-Moretti a été interrogé sur ses ambitions pour la justice française lors des questions au Sénat. "Ce que je veux par exemple c'est une justice de proximité. Il y a le budget mais il y a aussi les hommes, l'humanité ça ne coute rien", a déclaré le garde des Sceaux.

Il a ensuite parlé de "remettre au coeur de la Justice la présomption d'innoncence, éviter des enquêtes préliminaires qui ne sont plus préliminaires et qui s'éternisent, sans aucun contradictoire", ou encore du problème des "victimes qui parfois ne sont même pas reçues par le juge d'instruction, ça c'est très simple à mettre en oeuvre".

Réforme des retraites: "les organisations syndicales viendront discuter avec moi" lance Castex

Le Premier ministre a été interrogé au Sénat, sur la continuité de la réforme des retraites, qui avait suscité d'importantes manifestations avant la crise sanitaire du coronavirus.

Jean Castex a assuré que le gouvernement allait "rouvrir le dialogue et nous nous mettrons d'accord sur une méthode et un calendrier", avec les syndicats. Le Premier ministre souhaite accueillir de nouveau les partenaires sociaux après la crise sanitaire car "il serait déraisonnable de ne pas tenir compte de cet élément nouveau", qu'est le coronavirus.

Mais refuser de réformer les retraites "serait irresponsable", a déclaré Jean Castex.

"Cette réforme des retraites est irresponsable et elle est injuste", a martelé la sénatrice Eliane Assassi (parti communiste), rappelant qu'il "y a eu moult rencontres avec les syndicats" auparavant.

"Je suis un homme de dialogue" assure Castex au Sénat

Pour sa première prise de parole au Sénat, Jean Castex a été interrogé sur la capacité du gouvernement à dialoguer avec le Sénat. "Je suis un homme de dialgoue", a-t-il assuré.

Il a rappelé que "les priorités sont fixées par le président de la République, elles seront déclinées devant vous dans le cadre de la déclaration de politique générale que je prononcerai la semaine prchaine", le 15 juillet à 15h.

Le Premier ministre a souligné la nécessité d'avoir une France "la plus unie" possible, pour surmonter la crise sanitaire du coronavirus "exceptionnelle qui n'est pas finie, et une crise économique et sociale qui a déjà commencé".

Le gouvernement Castex face au Sénat

Après la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le nouveau gouvernement, mené par le Premier ministre Jean Castex, se retrouve devant les parlementaires du Sénat.

La Déclaration de politique générale de Castex prévue le 15 juillet à 15h

Le Premier ministre Jean Castex prononcera sa déclaration de politique générale le mercredi 15 juillet à 15h, selon des sources parlementaires à BFMTV.

"Mou", "à deux à l'heure": Castex pointé du doigt pour sa lenteur

"Il parle à deux à l'heure pour dire des banalités", a déclaré le leader LFI Jean-Luc Mélenchon, à la sortie des Questions au gouvernement, pour la première intervention de Jean Castex.

Une opinion partagée par d'autres parlementaires, des "C'est mou!" et "accélère" ont été entendus dans l'hémicycle pendant la séance. "Allez, allez", entendait-on alors que Jean Castex prenait son temps.

"Il a pour mission de nous endormir!", a raillé Patrick Hetzel (LR) sur Twitter.

Mélenchon: "il n'y aura pas de conflit de personne entre Dupond-Moretti et moi"

Jean-Luc Mélenchon a été interrogé mercredi à l'Assemblée nationale sur sa relation avec le nouveau ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. L'ex-avocat avait défendu des policiers contre le leader LFI, après des altercations pendant la perquisition des locaux du parti d'extrême gauche.

Mais "il n'y aura pas de conflit de personne entre Dupond-Moretti et moi", a assuré Jean-Luc Mélenchon mercredi. "Il exerce une fonction, celle de Garde des Sceaux, et c'est comme tel que je l'aborde. Il introduit dans ces fonctions une sensibilité qui m'intéresse, qui est celle de l'avocat."

Barbara Pompili: "je mesure complètement l'immensité de la tâche"

"Je sais que je suis très attendue par tout le monde". Barbara Pompili s'est exprimée ce mercredi à l'Assemblée à l'occasion des questions au gouvernement. La nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire dit mesurer "l'immensité de la tâche, l'attente, les obstacles mais aussi l'immense volonté que j'ai de faire bouger les choses".

Roselyne Bachelot: "le gouvernement n'est pas resté inactif pour la Culture"

La nouvelle ministre de la Culture a répondu à une première question sur la situation des festivals, annulés pour la plupart en raison de la crise sanitaire.

"Le gouvernement n'est pas resté inactif dans ce domaine", a déclaré Roselyne Bachelot qui a salué l'action de Franck Riester. en complément des 5 milliards d'euros débloqués pour le secteur culturel "c'est 1,6 milliards d'euros qui seront mobilisés dans la prochaine loi de finance rectificative", a-t-elle détaillé.

Pour Royal, la nomination de Darmanin, visé par une plainte pour viol, est "un problème"

A l'instar des organisations féministes, Ségolène Royal estime que la nomination au ministère de l'Intérieur de Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viol, est "un problème".

"Est-ce qu'une enquête judiciaire sur un ministre pour emploi fictif aurait empêché la nomination de ce ministre?", s'est-elle interrogée dans les "Grandes gueules" de RMC. "C'est évident. Donc une enquête judiciaire pour viol est considérée comme moins grave qu'une enquête judiciaire pour emploi fictif."

"Là il va être l'autorité hiérarchique des policiers qui vont enquêter sur son cas, c'est ça qui trouble", a-t-elle poursuivi.

Eric Dupond-Moretti: "je mesure l'ampleur de la tâche"

Le nouveau ministre de la Justice a fait part de "sa fierté devant la représentation nationale" d'occuper ce poste. "Je mesure l'ampleur de la tâche et l'embrasse avec beaucoup d'humilité", a déclaré Eric Dupond-Moretti devant les députés.

Le garde des Sceaux souhaite "une justice de proximité. Cela a un sens. Il y a un certain nombre de pistes: la durée de l'enquête préliminaire, la présomption d'innocence, les violations du secret de l'enquête..."

"J'ai besoin de vous, à la fois pour me guider et pour la contradiction que vous m'apporterez. Rien n'est plus important que le contradictoire, qu'il s'agisse d'une décision de justice ou d'une décision politique", a affirmé Eric Dupond-Moretti.

"Quel ennui!", se désole Jean-Luc Mélenchon

Le leader de la France insoumise a réagi sur Twitter aux premières réponses du Premier ministre Jean Castex aux questions des députés.

Eric Dupond-Moretti: "vous me jugerez sur les faits"

Le nouveau garde des Sceaux, qui assiste à sa première séance à l'Assemblée nationale, a répondu aux critiques sur sa nomination au ministère de la Justice.

"On ne juge pas des hommes sur des a-priori. Vous me jugerez sur ce que j'ai fait, quand je l'aurai fait. [...] Ma parole a été celle d'un homme libre, ma parole sera celle d'un homme de ce gouvernement. Je veux travailler avec vous tous, députés de la majorité comme de l'opposition. L'idée qu'on se fait de la Justice transcende les clivages" a déclaré le ministre de la Justice.

Jean Castex: "un gouvernement de combat, de dialogue et des territoires"

Le Premier ministre répond ce matin aux question adressées par les députés. Un gouvernement qui prend sa fonction "dans un contexte particulier. Une crise sanitaire d'une ampleur exeptionnelle qui vous le savez n'est pas terminé. Une crise économique et sociale qui a déjà commencé et qui s'annonce comme étant sans doute comme la plus difficile que la France,l'Europe et le Monde auront à affronter depuis la crise de 1929", souligne Jean Castex.

Le Premier ministre a fait part de son "honneur de diriger ce gouvernement qui sera un gouvernement de combat, tourné vers l'efficacité, de dialogue, des territoires". "Santé, chômage, retraites. Tout sera mis sur la table", a-t-il prévenu.

La nouvelle équipe gouvernementale à l'Assemblée à 11h

Le nouvel exécutif sera ce matin à l'Assemblée nationale où il répondra aux questions des députés avant de retrouver les sénateurs cet après-midi à 15h. Un rendez-vous à suivre dans ce direct.

Jean Castex n'exclut pas la nomination de François Bayrou comme Haut-commissaire au plan

Selon une information du Canard Enchaîné, François Bayrou, tout juste réélu maire de Pau, pourrait être prochainement nommé au poste de Haut-commissaire au plan.

Ce poste, créé au lendemain de la dernière guerre, pour relever l'économie par le général de Gaulle, va de nouveau être institué selon Jean Castex: "je pense qu'il faut rééclairer l'action publique d'une vision de long terme. Des outils de perspective et de planification".

Jean Castex n'a cependant pas confirmé le nom de François Bayrou, ni infirmé d'ailleurs. "Nous verrons, pourquoi pas", s'est contenté de répondre le Premier ministre.

Un projet de loi sur les 146 propositions de la convention pour le climat? "S'il le faut bien sûr"

Jean Castex n'écarte pas un projet sur les 146 propositions adoptées par convention citoyenne pour le climat. Le Premier ministre souhaite notamment aborder la question de l'écologie "sur le terrain. Territoire par territoire. On va bâtir un plan extrêmement concret où l'Etat va mettre les moyens. Pistes cyclables, isolation thermique des bâtiments énergies renouvelables..."

Réforme des retraites: Jean Castex veut "rouvrir le dialogue"

Le nouveau chef du gouvernement recevra dès cette semaine les syndicats et représentants du patronat sur le dossier de la réforme des retraites.

Il annonce la réouverture des négociations sur le volet universel de la réforme et réunira l'ensemble des partenaires sociaux d'ici le 20 juillet prochain.

Jean Castex se rendra en Guyane ce dimanche

Le Premier ministre annonce sur BFMTV-RMC se rendre ce dimanche en Guyane, région française la plus touchée à l'heure actuelle par l'épidémie de coronavirus. Le territoire ultra-marin fait face à une hausse du nombre de cas de contaminations depuis plusieurs semaines.

Jean Castex: "Un plan de reconfinement est prêt"

Le Premier ministre n'a pas écarté l'hyothèse d'un reconfinement en cas de deuxième vague. Celui-ci sera néanmoins différent de celui mis en place en mars dernier.

"On ne va pas faire un éventuel reconfinement comme celui du mois de mars" qui a entraîné des conséquences humaines et économiques. "On ne supporterait plus un reconfinement total et absolu comme nous l'avons vécu."

Darmanin à l'Intérieur: "j'assume totalement cette désignation"

Le Premier ministre défend le choix de Gérald Darmanin, visé par une plainte pour viols, en tant que ministre de l'Intérieur. "Il bénéficie de la présomption d'innoncence", a-t-il commenté.

Gérald Darmanin a été accusé de viol par une femme en 2017. Classée sans suite dans un premier temps, la procédure a été relancée par la cour d'appel de Paris qui a demandé début juin de nouvelles investigations.

Nomination d'Eric Dupond-Moretti: "l'idée du Président de la République"

Le Premier ministre explique que c'est Emmanuel Macron qui a eu l'idée de nommer Éric Dupond-Moretti au poste de ministre de la Justice. "Le président a eu l'idée, je l'ai reçu, et j'ai fait la proposition, c'st un homme formidable", a affirmé Jean Castex au micro de Jean-Jaques Bourdin, annonçant au passage une hausse du budget de la Justice.

"Nous n'avons pas nommé un garde des Sceaux haut en couleurs, solide, costaud pour s'en prendre aux magistrats", a-t-il poursuivi, en référence aux inquiétudes de la profession sur le profil du médiatique avocat. "On l'a nommé pour défendre la justice."

Jean Castex est l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC

Nouveau gouvernement, troisième du quinquennat d'Emmanuel Macron, relance économique... Le Premier ministre répond ce matin aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

L'Insee publie des prévisions (un peu) plus optimistes que le gouvernement sur la crise

Le gouvernement va-t-il devoir gérer une situation économique un peu moins dramatique que prévu? Le recul du PIB en France n'atteindrait "que" 9% en 2020, selon la note de conjoncture publiée par l'Insee ce matin. L'exécutif tablait lui sur un effondrement de 11% et la Banque de France de 10%.

Après s'être contracté de 5,3% au premier trimestre puis de 17% au deuxième en raison de la pandémie de coronavirus, le PIB rebondirait de 19% au troisième trimestre puis de 3% au quatrième, précise l'Institut national des statistiques.

Macron place des proches dans les cabinets des nouveaux ministres

C'est "une migration qui accrédite un peu plus l'hypothèse d'une mainmise du chef de l'État sur le nouveau gouvernement", écrit Le Monde. Le journal recense ce matin les nominations de plusieurs membres de l'équipe d'Emmanuel Macron dans les cabinets des ministres du nouveau gouvernement.

Et le quotidien de lister: Nicolas Revel, ex-secrétaire général adjoint de l'Élysée sous François Hollande, où il avait cotôyé Emmanuel Macron, devient le directeur de cabinet de Jean Castex. Mathias Ott, ancien conseiller cohésion des territoires et logement à l'Élysée, est le chef de cabinet du Premier ministre.

Le chef de cabinet d'Emmanuel Macron à l'Élysée, François-Xavier Lauch, devient directeur de cabinet adjoint de Gérald Darmanin à l'Intérieur. Et Jean Gaborit, conseiller d'Emmanuel Macron chargé de ses déplacements privés, rejoint l'équipe d'Éric Dupond-Moretti à la Justice.

"Il y a une frustration managériale du président, qui voudrait que le choses aillent plus vite, qu'on soit plus efficace", commente un proche d'Emmanuel Macron auprès du Monde. "Laisser partir des conseillers ailleurs est un moyen d'essaimer cette culture de l'efficacité."

Un gouvernement d'inspiration sarkozyste?

L'ombre de Nicolas Sarkozy plane-t-elle sur le remaniement? C'est la question que se pose ce matin Le Parisien - Aujourd'hui en France, qui voit "un petit air" de ressemblance entre Emmanuel Macron et l'ancien président de la République, après la promotion de Gérald Darmanin à l'Intérieur ou l'arrivée à Matignon de Jean Castex, son secrétaire général adjoint à l'Élysée.

"Il y a un rapprochement entre le macronisme et le sarkozysme", avait déjà commenté ce mardi sur BFMTV-RMC Camille Pascal, ancienne plume de l'Élysée. Au point que ce dernier a envoyé un petit mot à Nicolas Sarkozy après l'annonce du nouveau gouvernement, lui disant: "Je suis quand même étonné que personne ne m’ait dit que vous étiez revenu"

Malgré tout, l'entourage de Nicolas Sarkozy relativise auprès du Parisien son influence auprès du président. "Gérard Darmanin rêvait de l'Intérieur depuis longtemps, il a envoyé plein de messages ces derniers mois", assure-t-on. "Ce n'est donc pas Nicolas Sarkozy qui a éclairé le choix du chef de l'État." "C'est l'écume des jours", a commenté l'intéressé, selon le journal.

La une du "Parisien - Aujourd'hui en France" du 8 juillet 2020.
La une du "Parisien - Aujourd'hui en France" du 8 juillet 2020. © LE PARISIEN / AUJOURD'HUI EN FRANCE

Le Premier ministre doit encore convaincre, selon un sondage

En plus de convaincre les parlementaires, Jean Castex va devoir aussi se faire un nom face aux Français. Ces derniers semblent partagés et indécis au sujet de la composition de son gouvernement, à en croire les résultats d'un sondage Elabe pour BFMTV publié ce matin.

Selon cette enquête, plus d'un tiers des Français (36%) ne sont pas satisfaits par la nouvelle équipe menée Jean Castex. Un autre tiers (31%), lui, se dit plutôt satisfait par ce renouvellement. Enfin, les 33% restants ne savent qu'en penser et ne se prononcent pas.

Une indécision encore plus forte quand on interroge les sondés sur le Premier ministre lui-même. 29% d'entre eux voient la nomination de Jean Castex à Matignon d'un bon œil, mais 24% la considèrent comme un mauvais point. Surtout, 47% des sondés ne se prononcent pas, ne le connaissant pas assez.

Castex dans l'arène médiatique et parlementaire

Bonjour à tous et bienvenue dans ce direct consacré à l'installation du nouveau gouvernement. Jean Castex poursuit son entrée dans l'arène médiatique et politique ce mercredi.

Avant de se confronter pour la première fois aux parlementaires sur leur terrain, à l'occasion de deux séances de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale et au Sénat, le nouveau Premier ministre sera l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC à 8h30. Une interview que nous vous ferons vivre dans ce direct.

BFMTV