BFMTV

Emmanuel Macron: "Faire avancer mon offre pour qu'elle gagne en 2017"

-

- - AFP

Le ministre de l'Economie, pas officiellement candidat à la présidence de la République, continue de brouiller les pistes mais l'affirme: il veut que ses idées gagnent en 2017.

Difficile de savoir ce que fera Emmanuel Macron en 2017. Le ministre de l'Economie et leader d'"En Marche!", son mouvement politique, cultive le mystère et, dans une interview aux Echos, ajoute encore une dose d'incertitude. 

Un "diagnostic" rendu fin septembre

C'est l'idée phare du pensionnaire de Bercy. Le ministre compte rendre un "diagnostic du pays" à la fin du mois de septembre, et en tirer ses propositions pour 2017. 

"Ce travail d’intérêt général doit être fait, et il doit être fait de manière libre et exigeante, afin d’appréhender tous les sujets importants" estime Emmanuel Macron.

Pour le ministre de l'Economie, un diagnostic est différent d'un programme politique. Emmanuel Macron entend ainsi proposer un "plan de transformation du pays", fondé sur les résultats de ce diagnostic. Un plan qu'li juge plus "étayé" qu'un simple programme politique. 

"A la différence d’un programme, qui comprend beaucoup de mesures et peu d’explications, il s’appuiera sur une vision étayée du pays, un nombre limité de propositions fortes avec le détail de leur mise en oeuvre" promet le ministre.

"Je veux travailler au service de mon pays"

Après le lancement en grande pompe de son mouvement "En Marche!", Emmanuel Macron semblait officiellement lancé dans la course à la présidence de la République. Aujourd'hui le ministre se fait moins pressant et tempère ses ambitions. Le ministre de l'Economie affirme ainsi qu'il ne démissionnera pas, et qu'il "respecte l'autorité" de François Hollande. 

"Je respecte simplement le bon fonctionnement de nos institutions, la solidarité gouvernementale et l’autorité du président de la République" affirme le ministre.

Alors, candidat ou pas Emmanuel Macron? Une simple formule laisse penser que oui, même s'il pourrait tout aussi bien choisir de rallier François Hollande au dernier moment, lui qui a déjà cédé aux sirènes de son ancien conseiller spécial. 

"Je serai pour ma part constant sur ma ligne. Je vais construire et faire avancer cette offre progressiste, pour qu’elle gagne en mai 2017" affirme Emmanuel Macron.

P.A.