BFMTV

Edouard Philippe "passe le relais" au Havre, non sans un "sérieux pincement au cœur"

Edouard Philippe après sa démission de la mairie du Havre, le 20 mai 2017.

Edouard Philippe après sa démission de la mairie du Havre, le 20 mai 2017. - BFMTV

Avec une certaine "émotion", le Premier ministre a salué son ancienne équipe municipale. Il déclare abandonner son "mandat de maire, mais pas sa ville".

Comme le veut la règle de non-cumul imposée par le président Macron aux membres du gouvernement, le Premier ministre a démissionné de son mandat de maire du Havre ce samedi, poste qu'il occupait depuis 2010.

"Je passe le témoin, parce que la tâche dont m'a chargé le président exige de s'y consacrer à temps plein. C'est sans hésitation, mais avec un sérieux pincement au cœur que je démissionne", a déclaré Edouard Philippe.

Une première semaine en tant que Premier ministre "intense"

Il décrit "le lien entre un maire et sa ville comme le lien le plus particulier dans le monde politique". A propos de sa succession, l'ancien élu affirme que la nomination de son remplaçant est du ressort du conseil municipal de la ville.

Concernant ses débuts à la tête du gouvernement, Edouard Philippe parle d'une "semaine intense" et d'une "confiance très grande à la fois avec le président de la République et avec ceux qui l'ont rejoint". Il annonce aussi son intention de "vouloir faire sortir la France d'un clivage bipartisan qui appartient au passé" pour aborder les législatives avec "optimisme, espérance". "On peut se saisir de ce moment historique pour faire avancer le pays", plaide-t-il encore.

D. N.