BFMTV

Gilets jaunes: Louis Aliot accuse l'exécutif d'être "ferme avec les faibles et faible avec les forts"

Louis Aliot mardi matin sur BFMTV et RMC.

Louis Aliot mardi matin sur BFMTV et RMC. - BFMTV

Louis Aliot, vice-président du Rassemblement national et député des Pyrénées-Orientales, était ce mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invité mardi matin sur notre antenne, Louis Aliot juge que "le gouvernement ne fait pas le bon diagnostic sur le malheur des gens. En haut de la chaîne, vous avez des gens qui vivent toujours mieux, avec beaucoup d'argent, mais en bas de la chaîne, vous avez les gens qui vivent toujours plus mal, dans la misère, qui ont l'impression de payer toujours plus pour avoir de moins en moins de services publics et d'aides de l'Etat". Ainsi, estime le député des Pyrénées-Orientales, "le gasoil n'a été qu'une goutte qui a fait déborder un vase", et conduit au mouvement des gilets jaunes.

"Griveaux n'a qu'à venir rouler en Zoé au fin fond de la campagne"

A Paris, il y a un état d'esprit parisien: je regardais monsieur Griveaux hier (sur notre antenne ce lundi matin, NDLR), c'est aberrant! Quand il vous sort l'histoire de la Zoé (la voiture électrique de Renault, NDLR), il n'a qu'à venir, lui, rouler en Zoé dans les Pyrénées-Orientales au fin fond de la campagne, et il m'en dira des nouvelles. Faut être inconscient pour raconter des bêtises comme ça! On a l'impression que ce gouvernement est sourd, et la seule chose qu'il manie avec les braves gens, c'est le bâton".

Après les nombreux débordements constatés ce week-end, Louis Aliot se reprend: "S'il y a des violences, elles doivent être évidemment punies, mais il y a une tentative du gouvernement de diaboliser ce mouvement". Le vice-président du Rassemblement national accuse l'exécutif d'être "ferme avec les faibles et faible avec les forts".

"Macron est complètement déconnecté de la réalité"

Louis Aliot estime que le gouvernement a raison de faire évacuer les points de blocage des raffineries, "parce que ça pose des problèmes d'approvisionnement", et admet que "les gilets jaunes doivent trouvent d'autres formes d'action, mais c'est un mouvement qui va durer. Parce que cette contestation ne vient pas des partis politiques, des syndicats, elle vient de la base. C'est un mouvement spontané de contestation, de révolte populaire, contre un système de gouvernement, ils n'en peuvent plus".

Face à l'ampleur du mouvement, l'élu RN exprime des craintes: "Aujourd'hui c'est la rue, j'espère que ça ne débordera pas sur d'autre chose, plus violent". En attendant, Louis Aliot accuse le pouvoir de ne pas prendre la mesure de la contestation: "J'ai l'impression que Macron est complètement déconnecté de la réalité. On n'est plus en monarchie: qu'il se comporte en élu de tous les Français, et qu'il respecte les plus modestes".

A.L.M.