BFM Business

Griveaux: "Il faut se désintoxiquer du tout-pétrole

Invité de BFMTV et RMC ce lundi, le porte-parole du gouvernement a une nouvelle fois tenté de convaincre les gilets jaunes du bien fondé des hausses de taxes.

Après un week-end marqué par la mobilisation des gilets jaunes, le gouvernement s'efforce de désamorcer la grogne née de la hausse des taxes dites "vertes". Mais si l'exécutif semble avoir entendu "la souffrance sincère de Français qui n'en peuvent plus", comme l'a répété son porte-parole Benjamin Griveaux sur BFMTV et RMC, le cap sera maintenu.

Pour certains concitoyens, "les difficultés s'accumulent", a-t-il reconnu, citant "les services publics publics (qui) ne vont pas bien", ou "un taux de chômage un peu élevé là où ils habitent". D'autres "ont le sentiment que la promesse de la République n'est pas tenue".

"On a mal fait notre boulot"

Cependant, l'augmentation de la fiscalité écologique est "la bonne décision", selon Benjamin Griveaux. "Si dans 18 mois, les pays producteurs de pétrole décident" d'augmenter le prix du baril, cela se répercutera sur le portefeuille des Français, a-t-il fait valoir. "Il faut se désintoxiquer du tout-pétrole".

Le porte-parole du gouvernement a enfin signalé que "560.000 personnes n'avaient pas demandé le chèque énergie" (actuellement de 150 euros en moyenne, Ndlr) . Mais "s'ils ne le savaient pas, c'est qu'on a mal fait notre boulot", a-t-il reconnu.

Y.D.