BFMTV

Louis Aliot juge "pathétiques" les propos de Jean-Marie Le Pen sur sa fille

Invité ce mercredi matin sur BFMTV et RMC, le vice-président du Front national a déclaré avoir "pitié" de Jean-Marie Le Pen après que ce dernier a taclé sa fille et la façon dont elle gère le parti.

Invité ce mercredi sur notre antenne, le vice-président du Front national, Louis Aliot, s'est exprimé sur les récentes sorties de Jean-Marie Le Pen à l'égard de sa fille, Marine Le Pen. Dans un entretien accordé au Point, le président d'honneur du parti frontiste déclare avoir "un peu honte du comportement de sa fille", ajoutant qu'elle lui inspire de la "pitié".

"En arriver à cette aigreur par rapport à sa fille et par rapport à la direction du mouvement, je trouve ça pathétique. Je le regrette profondément. C’est pour ça que je ne lui parle plus depuis un certain nombre d’années. Parce que je veux garder de lui l’image que j’ai toujours eue, celui d’un héros à la française, qui a eu une vie magnifique et qui termine malheureusement sa carrière politique avec des mots qui sont blessants et, à mon avis, inutilement blessants", a déploré Louis Aliot.

Selon lui, Jean-Marie Le Pen "n'a cessé de mettre des bâtons dans les roues" de sa fille. "C'est sa manière de faire. En fait, il ne voulait pas lâcher le mouvement", explique-t-il.

Jean-Marie Le Pen pas le bienvenu au congrès du FN

Affirmant avoir "pitié de lui", le député de la deuxième circonscription des Pyrénées-Orientales décrit aujourd'hui Jean-Marie Le Pen comme un "homme qui a traversé le siècle, qui a traversé les fractures françaises et qui explique sa vision de sa propre vie, de son existence", alors que le président d'honneur du parti s'apprête à publier le premier volume de ses mémoires.

Louis Aliot assure que Jean-Marie Le Pen "ne sera pas accueilli au congrès" des adhérents du Front national. S'il a ajouté vouloir qu'il fasse la "paix familiale" avec sa fille, il a expliqué qu'il y avait "un désaccord fondamental sur la politique et on ne peut vivre à la fois politiquement et familialement".

Paul Louis