BFMTV

Front National: la justice tranche en appel sur l'exclusion de Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen le 27 janvier 2016 à Paris

Jean-Marie Le Pen le 27 janvier 2016 à Paris - JOEL SAGET, AFP/Archives

Ce vendredi la cour d'appel de Versailles doit statuer sur le cas de Jean-Marie Le Pen, après que le Front national ait demandé son exclusion du parti en 2015.

La justice se prononce à nouveau vendredi sur l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national, une affaire ayant opposé l'ancien président à sa fille Marine, au moment où le parti d'extrême droite tente d'amorcer une "refondation".

Un long contentieux

La cour d'appel de Versailles doit sanctionner un long contentieux entre l'actuelle direction du FN et le cofondateur du parti en 1972. Le dossier remonte à août 2015. Après une nouvelle salve de provocations - propos réitérés sur les chambres à gaz "détail" de l'Histoire, qui lui ont valu d'être condamné par la justice, le bureau exécutif du FN exclut Jean-Marie Le Pen.

Sur l'exclusion même, le tribunal de grande instance de Nanterre rend en novembre 2016 un jugement contrasté. Il intime au FN de conserver Jean-Marie Le Pen comme président d'honneur, tout en confirmant son exclusion en tant que membre.

Jean-Marie Le Pen lors d'une audition devant la cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg, le 23 novembre 2017
Jean-Marie Le Pen lors d'une audition devant la cour de justice de l'Union européenne à Luxembourg, le 23 novembre 2017 © JOHN THYS, AFP/Archives

Pas de craintes pour Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen, 89 ans, "n'a pas beaucoup de craintes" concernant l'arrêt de la cour d'appel, assure Lorrain de Saint Affrique, son conseiller. Cette décision, mais aussi la réaction du Front National, détermineront sa présence ou non au Congrès du parti les 10 et 11 mars à Lille, a-t-il précisé.

A cette occasion, les adhérents s'exprimeront sur la suppression du poste de président d'honneur, une suppression actée par le bureau politique du FN le 23 janvier. Ce vote, pour lequel Marine Le Pen a souhaité "une belle unanimité", pourrait ainsi rendre rapidement caduque la décision de la justice à Versailles concernant ce poste honorifique.

Avant l'échéance de vendredi, un autre rendez-vous judiciaire attend Jean-Marie Le Pen mercredi: il est jugé à Paris pour provocation à la haine ou à la violence envers les homosexuels, ainsi que pour injure publique, après des propos tenus en 2016 et 2017. Mais le procès devrait être reporté à une date ultérieure.

M. F. avec AFP