BFMTV
Rassemblement national

Législatives: l'alliance de Jean-Marie Le Pen investit un candidat face à deux cadres du FN

Jean-Marie Le Pen le 21 janvier 2017 à Palavas-Les-Flots.

Jean-Marie Le Pen le 21 janvier 2017 à Palavas-Les-Flots. - PASCAL GUYOT / AFP

L'Union des patriotes, qui scelle l'alliance entre Jean-Marie Le Pen, Carl Lang (Parti de la France) et Alain Escada (Civitas) présente un candidat aux législatives face à Jean-Lin Lacapelle, ténor du FN, et Gilbert Collard, député Rassemblement Bleu Marine-FN du Gard.

En vue des législatives, Jean-Marie Le Pen orchestre une opposition au FN à plusieurs vitesses. Le co-fondateur et président d'honneur du parti d'extrême droite a scellé une alliance avec d'autres formations afin de faire concurrence au Front national lors du scrutin de juin. A la tête des comités Jeanne, Jean-Marie Le Pen s'est associé au mouvement d'extrême droite catholique Civitas d'Alain Escada, et au Parti de la France de Carl Lang, tous réunis sous l'étiquette d'"Union des patriotes".

Le Siel, petit parti présidé par le conseiller régional Karim Ouchikh, qui a rompu son alliance avec le Front national au sein du Rassemblement Bleu Marine, figure aussi dans la liste, mais pour un "accord technique", comme l'a précisé Karim Ouchikh lui-même au moment où l'alliance a été scellée, mi-mai.

156 candidats sous l'étiquette Union des patriotes

Il y a encore quelques jours, l'Union des patriotes expliquait vouloir présenter entre 150 et 200 candidats aux législatives, souvent en concurrence avec le FN. Mais alors que les investitures sont officielles depuis ce lundi, le résultat final est moins élevé que prévu, comme le rapporte Le Figaro. Dimanche, Lorrain de Saint-Affrique, grand fidèle de Jean-Marie Le Pen et secrétaire général des comités Jeanne, expliquait au quotidien que 156 candidatures définitives étaient déposées.

Parmi eux, deux candidats sont présentés face à des cadres du FN, et pas des moindres: Jean-Lin Lacapelle, secrétaire nationale des fédérations et à l'implantation du parti, se retrouvera face à Jacques Clostermann dans la 12ème circonscription des Bouches-du-Rhône, à Marignane. Dès le début du mois d'avril, Jean-Marie Le Pen avait annoncé son "appui sans réserve" à Jacques Clostermann, cette autre ancienne figure du Rassemblement Bleu Marine.

Figure de proue du FN, Jean-Lin Lacapelle, parfois surnommé le "nettoyeur" ou le "DRH", a été notamment chargé de gérer le renouvellement des cadres locaux du parti. Il a écarté certains cadres sulfureux, dont un certain nombre hérités de l'ère de Jean-Marie Le Pen. Contacté par BFMTV.com, il n'a pas souhaité commenter ce duel à venir. 

Pas de candidate face à Marine Le Pen

L'autre figure proche du FN qui se retrouve pris dans un duel fratricide est Gilbert Collard, l'un des deux seuls députés siégeant à l'Assemblée pour le FN. Candidat à sa réelection dans le département du Gard pour le Rassemblement Bleu Marine, il devra affronter Christèle Mediavilla, responsable des comités Jeanne dans la région Occitanie. 

Malgré la symbolique de ces deux duels annoncés, la portée de la contestation portée par Jean-Marie Le Pen et ses alliés est moindre que prévu. Depuis que Marine Le Pen a officialisé sa candidature dans le Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont, la candidate de l'Union des patriotes, étiquetée Parti de la France et pressentie pour la même circonscription, s'est retirée, sur demande de Jean-Marie Le Pen.

A Béziers, Emmanuelle Ménard, l'épouse de Robert Ménard, n'aura pas non plus de candidat soutenu par Jean-Marie Le Pen face à elle. Le député Jacques Bompard, qui a conclu une alliance avec le Parti de la France, et Hervé de Lépineau, qui succède à Marion Maréchal-Le Pen dans le Vaucluse, seront eux aussi épargnés.

Alliance technique et financière

Au total, parmi les 156 candidats définitifs de cette Union des patriotes, 58 sont issus du Parti de la France de Carl Lang, 48 du Siel de Karim Ouchikh, 32 des Comités Jeanne et 14 de Civitas. Des contingents et des rapports de force bien différents de ceux annoncés il y a quelques jours: 60 des Comités Jeanne, 60 du Parti de la France, environ 25 de Civitas et entre 70 et 80 pour Siel.

Cette alliance d'extrême droite permettra en tout cas à ces différentes formations d'obtenir un financement public, ce qui est possible dès que 50 candidats ont obtenu plus de 1 % des suffrages exprimés au premier tour des législatives.

Charlie Vandekerkhove