BFMTV

François Hollande face aux Français sur France 2

François Hollande

François Hollande - -

François Hollande a tenté de lancer lors de cette émission de 90 minutes une énième et périlleuse opération de reconquête de l'opinion. Assurant suivre depuis quatre ans un "fil conducteur", il a promis de poursuivre "jusqu'au bout" les réformes engagées.

Confronté à des sondages catastrophiques, François Hollande a proclamé jeudi soir que la France "va mieux", annonçant qu'il dévoilerait en fin d'année ses intentions sur une éventuelle candidature, tout en recadrant l'ambitieux Emmanuel Macron. "Oui, ça va mieux", a lancé d'emblée le chef de l'Etat, affirmant qu'il y avait désormais "plus de croissance, moins de déficits, moins d'impôts et plus de compétitivité", sur le plateau de l'émission spéciale "Dialogues citoyens" sur France 2.

L'essentiel :

François Hollande a annoncé qu'il réformera "jusqu'au dernier jour" de son mandat

Le chef de l'Etat a désavoué Manuel Valls sur le voile à l'université et recadré Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat espère la création de 150.000 emplois en 2016

>> Ce direct est maintenant terminé.

22h03 - L'émission se termine sur une confession de François Hollande

L'émission est terminée pour François Hollande qui a clos son intervention en affirmant qu'être président de la République, c'était "vivre en permanence avec la tragédie". 

Il a tenu à saluer la mémoire des trois soldats français morts au Mali cette semaine dans l'explosion de leur véhicule. Il a par ailleurs affirmé qu'il ne pouvait "pas rester insensible" à la souffrance des français et aux "déceptions" que certains peuvent ressentir face aux promesses faites en 2012.

22h00 - François Hollande recadre Emmanuel Macron

Interrogé sur une éventuelle candidature de son ministre de l'Economie en 2017, François Hollande a tenu à doucher les espoirs de son protégé. "Il sait tout ce qu'il me doit" a tempéré le chef de l'Etat, affirmant qu'Emmanuel Macron "faisait partie de (son) gouvernement, de (son) équipe". 

21h53 - "C'est bien que la politique se fasse en dehors des partis"

A propos du mouvement "Nuit Debout", François Hollande a salué que la politique "se fasse en dehors des partis", tout en réaffirmant que "le meilleur système politique est le système représentatif". 

Le président a par ailleurs affirmé qu'il déciderait de sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 "à la fin de l'année 2016". François Hollande a toutefois déclaré que "si le quinquennat ne durait que quatre ans, il y aurait une difficulté pour aller vers" une nouvelle candidature aujourd'hui.

21h52 - A Paris, la "Nuit Debout" regarde François Hollande sur grand écran

21h46 - Hollande face à un électeur de gauche, partisan de Nuit Debout

François Hollande, interpellé sur sa demande de candidat de n'être jugé que sur les améliorations apportées à la jeunesse, a estimé que le niveau de vie des jeunes avait évolué sous son mandat. 

"400.000 jeunes vont accéder à la prime d'activité" a rappelé le chef de l'Etat, qui a "voulu, pour ceux qui n'ont pas de formations, qu'on puisse introduire la garantie jeune". Un dispositif qui "donne un revenu aux jeunes, à peu près 500 euros, et une formation". 

-
- © -

21h43 - "Bachar al-Assad ne peut pas être la solution" à la crise syrienne

François Hollande a redit son opposition à toute négociation avec le dictateur syrien, estimant qu'il ne pouvait "pas être la solution". Il a par ailleurs fustigé l'intervention russe "qui soutient le régime en écrasant l'opposition".

21h35 - Pas de loi sur le voile à l'université

Il n'y aura pas d'interdiction du port du voile dans les universités" selon François Hollande contredisant ainsi Manuel Valls. "L'université est un lieu de liberté religieuse", en revanche on ne peut pas "avoir de prosélytisme au sein de l'université" a par ailleurs affirmé le président. 

21h31 - Hollande a peur que le FN ne "tue" le malade qu'est la France

Face à un électeur du Front national, François Hollande a mis en garde contre le vote d'extrême-droite. "Attention à ne pas prendre un médecin qui pourrait tuer le malade" a alerté le président, alors que son interlocuteur lui expliquait son choix par sa "colère" face à une "France malade". 

21h16 - Un électeur du Front national face à François Hollande

"Nous avons proposé à une partie des migrants qui ne pourront pas aller en Angleterre de retourner chez eux ou de faire valoir le droit d'asile s'ils le peuvent" a expliqué François Hollande, interpellé sur la situation de Calais. Le chef de l'Etat s'est par ailleurs félicité du démantèlement de la "jungle" de Calais.

Le chef de l'Etat a annoncé un prochain voyage en Jordanie et au Liban. La France devrait y "sélectionner" des réfugiés pour leur faire bénéficier du droit d'asile en France. 

-
- © -

21h05 - "Ne laissons pas penser que la pauvreté induit la radicalisation"

Le président a tenu à nuancer les propos tenus sur le plateau. Il a expliqué que "des jeunes se retrouvent embrigadés sur internet", immédiatement contredit par Véronique Roy dont le fils a été radicalisé par un ami. François Hollande a tenu à expliquer que les jeunes radicalisés ne venaient pas tous de milieux défavorisés. 

20h57 - Une femme dont le fils a disparu en Syrie interroge François Hollande 

Véronique Roy a perdu son fils en Syrie, qui a rejoint l'organisation Etat islamique en Syrie. Hollande rappelle d'abord que 170 Français sont morts au jihad en Syrie et en Irak, et que 2.000 autres sont en voie de radicalisation. 

20h44 - "J'ai tout fait pour lever le verrou de l'emploi" 

Interviewé par la première citoyenne présente, cheffe d'entreprise, le président a répété qu'il avait "tout fait pour lever le verrou" qui empêche les entrepreneurs d'embaucher plus de salariés. Il a par ailleurs loué la Loi Travail, qui permet à chaque entreprise de "trouver des accords" au cas par cas. Le chef de l'Etat a par ailleurs avancé la création de 150.000 emplois en 2016.

-
- © -

20h30 - "Je poursuivrai jusqu'au bout"

François Hollande a annoncé qu'il "poursuivrait jusqu'au bout" les réformes engagées, notamment sur le droit du travail. Il recadre par la même occasion Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, qui a estimé plus tôt jeudi qu'il fallait arrêter les réformes. "Discuter, concerter, ce n'est pas céder à la rue" a par ailleurs estimé le président à propos des manifestations et des modifications apportées à la Loi Travail. 

20h24 - François Hollande comprend la révolte de la jeunesse

"Je ne vais pas me plaindre qu'une partie de la jeunesse préfère inventer le monde de demain que de regarder avec nostalgie le monde d'hier"' a déclaré le président, conscient qu'il pouvait y avoir un rejet de "la politique telle qu'elle est faite aujourd'hui'".

20h15 - L'émission commence 

Les profils des quatre Français qui seront face à François Hollande ce soir sont présentés. 

19h54 - Un groupe de manifestants au Trocadéro pour rencontrer François Hollande

19h27 - Mesures de sécurité exceptionnelles autour du plateau de France 2

19h25 - Qui sont les quatre Français présents sur le plateau ?

Ils devaient être six, mais ils ne seront finalement que quatre, après que France 2 a écarté une syndicaliste et un agriculteur. Sur le plateau seront finalement présents un électeur du Front national, une patronne de PME, un étudiant et une mère dont le fils a disparu après avoir rejoint la Syrie. Trois thèmes majeurs seront évoqués: l'économie, le terrorisme et la sécurité.

Paul Aveline