BFMTV

François de Rugy sur BFMTV-RMC: "Je n'ai absolument pas de raison de démissionner" 

Assailli par les révélations de la presse, le ministre de la Transition écologique et ex-président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, est venu s'expliquer sur BFMTV-RMC ce vendredi matin.

François de Rugy est venu ce vendredi matin sur BFMTV-RMC pour répondre aux questions de Jean-Jacques Bourdin. Il devait s'expliquer sur les différentes révélations parues à son sujet dans la presse ces derniers jours.

"Je n'ai absolument pas de raison de démissionner", a d'abord clamé le ministre de la Transition écologique. "Et le Premier ministre ne me l'a pas demandé", a-t-il poursuivi. Il a également affirmé avoir le soutien du président de la République. 

"Mais on peut penser tout abandonner quand on est attaqué matin midi et soir et que tous les jours sortent des choses fausses. On peut avoir envie de rester chez soi. Je ne le ferai pas et je suis très en colère", a déclaré François de Rugy.

"Victime d'une tricherie" 

Pointant des "mensonges" à son encontre, il a lancé: "Une machine est lancée pour m’attaquer. Aujourd'hui, et demain, il y aura des choses forcément puisqu’on en est à inventer des chose". 

Évoquant la dernière révélation en date, selon laquelle qu'il est locataire d'une habitation à loyer modéré en Loire-Atlantique, il a nié avoir cherché à louer un logement social. Il s'est présenté: comme "victime d'une tricherie" de la propriétaire et de l'agence immobilière. Il envisage par ailleurs de poursuivre certains médias pour "dénonciation calomnieuse". 

"Je déteste le champagne, je n'aime pas le caviar" 

S'agissant des dîners à l'hôtel de Lassay, résidence qu'il occupait lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, François de Rugy a réfuté l'idée selon laquelle ceux-ci rassemblaient des amis et des proches, parlant plutôt de rencontres de travail, "thématiques". Il a seulement concédé: "Ces dîners, ce sont des dîners où on peut être amené à inviter quelqu’un avec son conjoint."

Il est allé jusqu'à préciser: "J’ai une intolérance aux crustacés, au homard. Je n'en mange pas. Je n’aime pas les huîtres, le champagne. Il me donne mal à la tête. Je déteste le caviar."

"Qu'on me montre ce sèche-cheveux!"

Le Parisien a fait état d'autres dépenses litigieuses, relevant notamment l'achat d'un un "sèche-cheveux doré à la feuille d'or". Là encore, le ministre a exprimé sa colère: "On raconte que j’ai fait acheter un sèche-cheveux plaqué or c’est n’importe quoi. Qu’on me montre ce sèche-cheveux!"

François de Rugy a dit se sentir méprisé pour son nom aristocratique et s'est écrié que certains articles dépeignaient sa femme comme une "Marie-Antoinette". "On veut couper la tête à ceux qui gouvernent!" a-t-il avancé. 

Robin Verner