BFMTV

"Fête à Macron": Jean-Luc Mélenchon lance un appel "au peuple révolutionnaire" 

Le leader de la France insoumise a pris la parole au départ du cortège de la "Fête à Macron" ce samedi pour rendre hommage aux salariés de la fonction publique et appeler à une nouvelle "marée populaire" le 26 mai prochain.

À l'occasion du défilé de la "Fête à Macron" à Paris ce samedi 5 mai, Jean-Luc Mélenchon s'est adressé aux manifestants depuis un bus à impériale se félicitant de voir qu'"un immense élan populaire se dessine":

"Il y a 227 ans jour pour jour s'ouvrait les Etats généraux qui ont jeté à terre l'ancien régime. Et voici à nouveau le peuple tout entier dans sa révolte devenant un peuple révolutionnaire par ses objectifs qui se rassemblent et portent haut et fort les mots de son combat."

Rendre hommage à toute "la fonction publique"

Alors que cette manifestation "pot-au-feu" qui a rassemblé près de 160.000 personnes -chiffre de la France insoumise- porte l'espoir d'une "convergence des luttes", le leader du mouvement a "salué" les différents corps de métier en "lutte", citant en premier lieu les "cheminotes et cheminots". "La France populaire vous aime et vous dit merci pour votre combat au service du pays tout entier et des transports publics."

"Salut aux hommes et aux femmes d'Air France" qui "par leur vote déterminé ont obtenu la victoire du premier référendum révocatoire en entreprise", a-t-il poursuivi faisant référence au vote à la suite duquel, le président de l'entreprise Jean-Marc Janaillac, désavoué par ses salariés, a annoncé sa démission. 

Le personnel hospitalier, les enseignants, les étudiants, les postiers, les avocats, aux magistrats ont également été évoqué par Jean-Luc Mélenchon qui souhaitait ainsi rendre hommage à toute "la fonction publique grâce à laquelle le pays se tient debout."

"Que cela soit dit au moment où l'on nous préparerait un changement de société, une sorte de retour à l'ancien régime où ceux qui ont beaucoup et même plus que tout trouve anormal qu'on leur demande de payer comme hier la noblesse voulait bien que tout le paie sauf eux. Voici les fraudeurs du fisc, les fuyards qui nous narguent après s'être gavés comme des tics", a lancé le tribun sous les applaudissements de la foule. 

"Nous sommes ceux qui croient à l'Etat, nous croyons au bien commun, nous croyons au service public, nous croyons au monopole, notamment le monopole du rail!"

Un nouveau rassemblement le 26 mai 

Rappelant que ce rassemblement se voulait "joyeux" et "souriant", "à l'image du monde que (La France insoumise) veut fonder", l'ancien candidat à la présidentielle a fait référence aux "vitrines brisées" du 1er Mai et a condamné l'usage de la violence tout en rappelant néanmoins l'importance de la "violence sociale" dans un monde "où on a rien à dire pour 500 personnes qui meurent sur leur poste de travail du fait d'un accident du travail".

"Nous sommes le peuple qui veut que sa joie rayonne sur le monde et sur la société toute entière contre cette violence, la violence des 2.000 personnes qui meurent chaque année dans la rue (...) dans un des pays les plus riches du monde", a-t-il encore insisté.

Le leader de la France insoumise a également fait savoir son "inquiétude" quant à la montée "des menaces d'une guerre généralisée" et "l'alignement" d'Emmanuel Macron "derrière monsieur Trump".

"Vous autres, vous êtes le peuple révolté de France, il vous appartient de devenir le peuple révolutionnaire qui va montrer à toute l'Europe et peut-être au monde dans quelle direction il faut s'avancer", a conclu Jean-Luc Mélenchon appelant à un nouvelle "marée populaire" partout en France le 26 mai. 

M.P