BFMTV

Crise à LFI: soupçonné de jouer sa partition, Ruffin assure que Mélenchon ne l'"étouffe pas"

Invité de notre antenne, le député de la Somme a réitéré son soutien au chef de file des insoumis, mis en difficulté au sein de son mouvement depuis les élections européennes.

Au départ, la formulation laisse songeur. "J'espère qu'il ne va pas me piquer ma place", a déclaré François Ruffin sur notre antenne ce jeudi au sujet de Jean-Luc Mélenchon. Interrogé sur la crise que traverse La France insoumise depuis la déroute des élections européennes, le député de la Somme a voulu balayer le sujet, estimant qu'il est secondaire. 

Excédé par la culture du chef dont est imprégnée la scène politique française, François Ruffin a toutefois réitéré son soutien au député des Bouches-du-Rhône, mis en difficulté par une partie de ses propres troupes. "Il a une place importante dans la vie politique française. (...) Moi, il ne m'étouffe pas", a tonné l'élu picard.

"C'est bien, je fais ce que je veux!"

Et d'enchaîner avec cet espoir un peu sibyllin, que Jean-Luc Mélenchon ne lui "pique" pas sa "place". "Moi c'est bien, (...) je fais ce que je veux! Je veux faire un film, je fais un film, je veux faire un livre, je fais un livre", égrène-t-il ensuite, se félicitant de pouvoir cultiver une réelle autonomie vis-à-vis du mouvement et de son leader. Le référendum d'initiative partagée sur la privatisation d'Aéroports de Paris est une nouvelle illustration de cette liberté selon François Ruffin, l'une des figures de proue de cet épisode parlementaire. 

D'après le réalisateur de Merci patron!, cette manie de se focaliser sur l'actualité des chapeaux à plume découle du fonctionnement de nos institutions: 

"Je pense que c'est une conséquence de la Ve République, qui fait qu'il faut déjà penser à 2022. (...) Il doit y avoir de la place dans ce pays pour qu'il y ait 30, 40, 50 têtes qui émergent, qui portent des voix différentes, dans des styles différents, avec des choses à dire qui soient bien différentes."

Au sein de LFI, les voix se sont multipliées récemment pour réaffirmer l'importance de Jean-Luc Mélenchon pour la pérennité du mouvement. Après les critiques exprimées à maintes reprises par la députée Clémentine Autain, les fidèles - Alexis Corbière, Eric Coquerel, Adrien Quatennens - ont été contraints de remettre de l'ordre dans la boutique. Avec en ligne de mire, quoi qu'en pense François Ruffin, l'élection présidentielle de 2022.

Jules Pecnard