BFMTV
Politique
en direct

Présidentielle: pour Pécresse, Macron se "dérobe au débat" parce que son bilan est un "boulet"

Présidentielle: pour Pécresse, Macron se "dérobe au débat" parce que son bilan est un "boulet"

La candidate à la présidentielle Valérie Pécresse, le 9 mars 2022 à Paris

Il ne reste plus que trois semaines avant le premier tour de la présidentielle. Alors que la journée de ce samedi sera marquée par les commémorations des 60 ans du cessez-le-feu en Algérie après les accords d'Evian, la campagne s'intensifie.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

Marine Le Pen: “Il faut s’attendre à un carnage social” si Emmanuel Macron est réélu

En déplacement dans le Loiret, Marine Le Pen a répondu aux questions de BFMTV. La candidate du RN a qualifié les mesures économiques d’Emmanuel Macron d’”injustes et injustifiées”.

“La retraite à 65 ans, ça va entraîner à terme la baisse des pensions d’environ 10%.”, dit craindre la candidate.

Pour cette troisième participation à l’élection présidentielle, elle fustige l’absence d’intégration du pouvoir d’achat des Français dans le programme du candidat Emmanuel Macron.

Les mesures prises comme la remise carburant de 15 centimes par litre, à partir du 1er avril sont “des mesurettes transitoires” face à la hausse des prix de l’énergie, juge Marine Le Pen.

Celle qui se voit au second tour parce que [sa] candidature à du sens”, s’oppose frontalement au locataire de l’Elysée, qu’elle désigne comme son probable adversaire le 24 avril prochain.

“Il faut s’attendre, si par malheur il était réélu, à un carnage social”, pense Marine Le Pen.

Leïla Slimani envoie une fin de non-recevoir au gouvernement putatif de Valérie Pécresse

Leïla Slimani répond à Valérie Pécresse. A 13h, la candidate LR a cité l’auteure de “Chanson Douce” parmi les personnalités publiques qu’elle aimerait voir entrer dans son gouvernement.

“J’aimerais voir entrer le général Pierre de Villiers à la Défense, Teddy Riner à la jeunesse, Leïla Slimani à la francophonie”, a-t-elle déclaré au micro de France 2.

Une proposition lancée sans avoir prévenu la lauréate du prix Goncourt 2016.

Contactée par BFMTV, Leïla Slimani répond: “Non je n’ai absolument pas été prévenue ou appelée ou contactée. Rien du tout! Et ça ne m’intéresse pas du tout. Je suis ROMANCIÈRE.”

Selon un journaliste de France TV, Teddy Riner a répondu lui…par un smiley qui pleure de rire.

Quant au général Pierre de Villiers, il n’a pas réagi directement. Mais son frère Philippe, soutien d’Eric Zemmour, affirme qu’il n’a pas été prévenu. Il dénonce des “procédés déloyaux”.

Valérie Pécresse: "Le bilan d'Emmanuel Macron est son boulet, c'est pour cela qu'il se dérobe au débat"

En marge de son déplacement à Vannes, où elle tient un meeting, Valérie Pécresse a répondu aux questions de BFMTV. La candidate LR s’en est pris au locataire de l’Elysée.

"Le bilan d'Emmanuel Macron est son boulet, c'est pour cela qu'il se dérobe au débat”, a-t-elle lancé.

Le président-candidat ne souhaite pas participer à des débats avec les 12 candidats à la présidentielle.

A trois semaines du premier tour, Valérie Pécresse souhaite parcourir “la France, pour révéler aux Français l’état [du pays] et la nécessité d’un plan de reconstruction de la puissance française”.

Parmi les sujets abordés par la candidate: la sécurité, l’immigration, le travail et les services publics.

Emmanuel Macron “assume” les gestes mémoriels sur la guerre d’Algérie

Le candidat à sa réélection a tenu un discours à l’occasion des commémorations du 60è anniversaire des accords d’Evian. Il est revenu sur “cette main tendue” à l’Algérie qu’il assume.

Il a rappelé toutes les initiatives prises depuis 2017 pour "apaiser" la mémoire de cette guerre qui, avec "ses non-dits", a "été la matrice de nombreux ressentiments" en France comme en Algérie.

Au cours de cette cérémonie à l’Elysée, Emmanuel Macron s’est dit persuadé qu'"un jour viendra où l'Algérie fera ce chemin" mémoriel.

Eric Zemmour veut “mettre fin à la repentance” de la France en Algérie

Dans une tribune au Figaro, l’ancien chroniqueur du journal profite des commémorations du 60è anniversaire des accords d’Evian pour livrer sa vision des liens que doivent entretenir la France et l’Algérie.

Eric Zemmour dénonce l’attitude des dirigeants français qui ont battu “la coulpe” du pays “devant des dirigeants algériens souvent arrogants” et permis de “faciliter l’immigration massive” des Algériens en France.

Le candidat de Reconquête! affirme vouloir établir une relation “de respect et non de repentance” avec l’Algérie.

Dans son programme, il propose de conditionner les aides financières et l'octroi de visas “à la coopération contre l'émigration clandestine, à la réadmission des immigrés illégaux expulsés de France et à des accords permettant que les petites peines de prison puissent être effectuées dans les pays d'origine des délinquants étrangers.”

Villiers, Riner, Slimani... Pécresse esquisse ce qui pourrait être son gouvernement

Interrogée sur les personnalités publiques qu’elle aimerait voir entrer dans son gouvernement, Valérie Pécresse a répondu au micro de France 2:

“J’aimerais voir entrer le général Pierre de Villiers à la Défense, Teddy Riner à la jeunesse, Leïla Slimani à la francophonie”.

La candidate LR, en meeting cet après-midi à Vannes, s’est expliquée sur ces choix.

“Ces personnalités, par leur rayonnement, par leur connaissance des Français (...) seraient extrêmement, précieux pour le gouvernement que je veux former, le plus large possible”.

Présidentielle: le Printemps républicain soutient Emmanuel Macron

Le collectif du Printemps républicain, qui prône un discours “républicain universaliste” sur la laïcité notamment, affirme qu’Emmanuel Macron a évolué sur ses questions et décide de lui apporter son soutien pour la présidentielle.

Le président du collectif affirme que dans un contexte “où l'extrême droite est à plus de 30% et la gauche est en ruines”, le Printemps républicain pense “avoir à apporter une voix au sein de la majorité présidentielle”, déclare Amine El Khatmi.

Ce soutien pourrait aller au-delà de l’élection à venir. Le Printemps républicain évoque un accord possible en juin prochain.

"Nous aurons vocation à proposer des candidats aux élections législatives, nous verrons dans quelles conditions ce sera discuté dans la majorité présidentielle", ajoute son président.

"C’est moi face aux Français, point": Pécresse évoque le silence de Sarkozy sur sa candidature

Interrogée par les lecteurs de Midi-Libre sur la possibilité d’un ralliement de Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron, la candidate LR minimise.

“J’ai besoin du soutien des Français, je ne suis pas une candidate sous tutelle. Je suis une femme, les femmes tracent leur route. Les ressources c’est en moi-même que je dois les trouver”.

Valérie Pécresse, qui espérait obtenir le soutien de l’ancien président, semble désormais prendre ses distances avec l’ancien locataire de l’Elysée et chef de parti.

“J’ai été très fière d’être ministre de Nicolas Sarkozy, j’ai beaucoup appris avec lui, mais aujourd’hui, c’est moi face aux Français, point.”, conclut la candidate, en meeting à Vannes ce samedi après-midi.

“Zemmour, le trou d’air”: le nouvel épisode du “Service politique”

Dans ce nouvel épisode du podcast de BFMTV, le service politique évoque la campagne du candidat de Reconquête!, à trois semaines du premier tour de la présidentielle. Une dynamique en perte de souffle depuis plusieurs semaines, raconte notre journaliste Léopold Audebert.

Valérie Pécresse regrette son meeting “raté” au Zénith

La candidate LR poursuit sa campagne à un rythme soutenu. Valérie Pécresse sera en meeting à Vannes à 14h30. Avant cela, elle a accordé un entretien au quotidien Midi-Libre, face aux lecteurs, paru ce matin.

Interrogée sur son meeting parisien “raté” qui devait relancer sa campagne, la candidate déclare:

“J’ai eu un meeting raté au Zénith. Je le regrette. Mais on a détourné ce que je voulais dire. Je voulais dire que je ne me résigne ni au grand déclassement avec Macron, ni au grand remplacement avec Zemmour, qu’il y avait une troisième voie, celle de la droite républicaine. Mais un meeting raté, ça n’efface pas vingt ans d’engagement politique, ça ne change pas une identité politique”, promet-elle.

Marine Le Pen: “Il est urgent de baisser massivement les taxes sur le carburant”

En déplacement dans le Loiret, la candidate du Rassemblement National, a échangé avec des commerçants sur un marché. Marine Le Pen a évoqué notamment les prix de l’énergie.

“Il faut que ça baisse beaucoup (...) ça met en difficulté majeure des millions de gens”, a-t-elle répondu à une commerçante inquiète, qui assure “ne gagner que le SMIC”.

Dans un tweet, la candidate RN a réaffirmé sa volonté de “baisser massivement les taxes sur le carburant et sur l’énergie”. “Il faut rendre leur argent aux Français”, conclut-elle.

Philippe Poutou écrit aux candidats de gauche et réclame un débat à 12

Philippe Poutou a écrit à cinq de ses concurrents de gauche. A Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon et Nathalie Arthaud, le candidat du NPA demande de s’unir pour obtenir l’organisation d’un débat avec tous les candidats.

“Pour l'instant, pas de réponse mais cela va certainement venir parce que l'on a un intérêt commun à ce qu'il y ait un véritable débat, une véritable confrontation", a déclaré Philippe Poutou sur France Inter.

Le candidat du NPA regrette qu’aucun débat n'ait pu être organisé pour l’instant, à trois semaines du premier tour.

"C'est quand même plus intéressant que des prises de parole à la queue leu leu. A travers un débat, il y a des propositions. Mais c'est vrai que ça ne s'arrête pas à là, il faut arriver à défendre un programme”, a ajouté Philippe Poutou

Le Pen plutôt que Zemmour ou Pécresse: Aliot appelle les électeurs au "vote utile"

Louis Aliot, maire Rassemblement national de Perpignan était notre invité ce samedi matin. Il a lancé un appel aux électeurs envisageant un vote en faveur d'Eric Zemmour ou Valérie Pécresse.

"A ceux qui seraient tentés de voter pour madame Pécresse ou monsieur Zemmour, je leur dis de voter utile", a-t-il lancé, arguant: "la seule candidate aujourd'hui qui est capable de rivaliser avec monsieur Macron et même de le battre, c'est Marine Le Pen".

Les sympathisants du RN forment un public poreux vis-à-vis de l'abstentionnisme. "Le droit de vote est un droit mais aussi un devoir", a lâché l'élu du RN qui a enchaîné, faisant référence à la guerre en Ukraine: "Surtout quand on voit ce qu'il se passe à nos portes".

BFMTV