BFMTV

EN DIRECT- 14-Juillet: la mise en garde de François Hollande à Emmanuel Macron

François Hollande en interview

François Hollande en interview - Capture France 2

Dernier défilé du 14 juillet pour François Hollande, comme président de la République, l'événement est placé sous le signe de la jeunesse et de l'engagement. Mais également en rapport avec la lutte contre le terrorisme.

Armée de terre, troupes aériennes ou encore armée de mer... les troupes françaises sont réunies sur les Champs-Elysées pour le traditionnel défilé du 14 juillet. Pour ce dernier passage en revue des troupes du quinquennat de François Hollande, l'événement est placé sous le signe de la jeunesse et de l'engagement à une période où les militaires sont particulièrement sollicités en période de menace terroriste.

L'ESSENTIEL

 3.200 militaires et civils vont défiler sur les Champs-Elysées, 55 avions, 30 hélicoptères et 212 véhicules

Les armées australiennes et néo-zélandaises sont les invités d'honneur de ce défilé

Pour la première fois, depuis près de 100 ans, les douanes françaises participent à ce 14-Juillet

Après le défilé, François Hollande donnera une traditionnelle interview à 13 heures

 3.200 militaires et civils vont défiler sur les Champs-Elysées, 55 avions, 30 hélicoptères et 212 véhicules

Les armées australiennes et néo-zélandaises sont les invités d'honneur de ce défilé

  • Pour la première fois, depuis près de 100 ans, les douanes françaises participent à ce 14-Juillet

Après le défilé, François Hollande donnera une traditionnelle interview à 13 heures

14h32 - Florian Philippot étrille Emmanuel Macron et François Hollande

Interrogé sur le recadrage opéré par François Hollande face à son minsitre Emmanuel Macron, Florian Philippot (FN) a durement critiqué le ministre de l'Economie:

"J'ai l'impression que la scène de ménage entre Messieurs Valls et Macron se poursuit et que François Hollande est spectateur et ne peut pas faire grand chose" a regretté le vice-président du FN. 

"C'est navrant, on attendrait du ministre de l'Economie qu'il travaille sur le pouvoir d'achat, et non pas à faire ses coups de pub personnels. On attendrait autre chose" a encore regretté Florian Philippot.

14h02 - Fin de l'interview

Merci de l'avoir suivie avec nous !

13h59 - François Hollande conseille son successeur 

"Etre président, c'est être confronté à la mort, à la tragédie, au drame" a estimé François Hollande appelant son successeur à "être préparé, pour être à la hauteur de la France". 

13h54 - "Je ne me suis pas fait élire à gauche toute"

Revenant sur sa campagne de 2012, François Hollande a affirmé qu'il n'avait pas "trahi" ses discours de candidat, notamment celui, jugé très à gauche à l'époque, du Bourget. 

"En 2017, il va falloir que le pays tienne debout, se lève" a estimé le président de la République. "Je ne me laisserai pas dominer par, ni la peur, ni la menace extérieure. Je ferai en sorte que le pays puisse avoir confiance en lui" a promis François Hollande dans un discours de quasi-candidat.

13h51 - "L'idée majeure qui m'anime, c'est que la France soit maîtresse de son destin"

Interrogé sur un éventuel projet pour 2017, François Hollande a affirmé que le principal enjeu de la prochaine élection présidentielle serait la "cohésion". Rejetant le programme de "crispation autour de l'identité" porté par le Front National, le chef de l'Etat a appelé à plus d'unité et de solidarité. 

Citant le Brexit ou Donald Trump, François Hollande a rappelé que les populismes progressaient partout. "Je ne désespère pas de convaincre les électeurs" a martelé François Hollande interrogé sur les scores du Front National en France.

13h46 - L'état d'urgence sera bien suspendu le 26 juillet

"Cet état d'urgence, j'ai considéré qu'il fallait le prolonger jusqu'à ce que la loi nous donne les moyens de prévenir la menace terroriste avec efficacité" a déclaré François Hollande qui a par ailleurs confirmé que l'état d'urgence serait levé le 26 juillet. 

"On ne peut pas le prolonger éternellement ça n'aurait aucun sens" a rappelé le président. "Est-ce que la menace est là? Oui" a par ailleurs affirmé le chef de l'Etat, rappelant les menaces régulières envoyées à la France par les organisations terroristes qui sévissent au Moyen-Orient.

13h39 - François Hollande répond sur ses frais de coiffure

"Le budget de l'Elysée a baissé, mon salaire a baissé de 30%, et on viendrait me chercher sur un sujet dont je ne suis pas le premier responsable?" s'est interrogé François Hollande. 

"On peut me faire tous les reproches, sauf celui-là" s'est agacé le président de la République qui n'a pas répondu sur le salaire de son coiffeur personnel.

13h37 - "Moins de déficit, moins d'impôts" 

"Je vais laisser une situation où il y aura moins de déficit et moins d'impôts, et j'aurai permis à notre pays une meilleure situation qu'en 2012" a estimé François Hollande.

13h32 - François Hollande veut appliquer la loi Travail "immédiatement"

Interrogé sur la loi Travail, le président de la République a annoncé que les "décrets d'application vont être pris immédiatement". Tout en affirmant "comprendre" les inquiétudes, le chef de l'Etat a de nouveau vanté les avantages de cette loi qui a causé des dizaines de manifestations dans toute la France.

"Cette loi est bonne pour le pays, elle est conforme à mes valeurs" a-t-il par ailleurs déclaré, avant de s'"inscrire" dans la démarche du Front Populaire.

13h25 - "Nous aurons une baisse du chômage à la fin de l'année"

Alors qu'il avait promis de ne pas se représenter si le chômage ne baissait pas, François Hollande est revenu sur cette affirmation. Le président a promis une "baisse du chômage à la fin de l'année", et affirmé que son prédécesseur n'avait pas fait mieux sur ce point, même s'il a reconnu que le chômage "restera trop élevé" à la fin de son quinquennat.

"Je pense que les choix que j'ai fait étaient les bons. Je pense que la stratégie que j'ai choisie pour le pays (...) c'était le bon cap, et je pense qu'il faut le suivre" a par ailleurs déclaré le président, affirmant qu'il fallait "continuer cette action", sans nommément évoquer 2017.

13h21 - "Oui, ça va mieux"

Interrogé sur son bilan à la tête de l'Etat, François Hollande a répété son mantra depuis quelques mois. "Ca va effectivement mieux" selon lui. "J'ai tenu mes promesses" a estimé le président de la République, qui a tempéré ce "mieux" en rappelant qu'une dégradation de la situation pouvait venir de l'étranger, citant l'exemple du Brexit.

13h15 - François Hollande répond à Emmanuel Macron 

"Etre une équipe, c'est être ensemble pour le bien du pays. Je n'en dirai pas davantage sur ce sujet, chacun est informé" a déclaré le président de la République. "Ne pas respecter les règles d'un gouvernement, c'est le quitter" a ajouté François Hollande en réponse au meeting d'Emmanuel Macron.

12h30 - Jean-Yves Le Drian exprime sa "fierté"

Le ministre de la Défense a exprimé sur BFMTV sa "fierté" à la fin du défilé du 14 juillet au cours duquel 3.200 hommes ont descendu les Champs-Elysées. "C’est une fierté de voir la qualité et la force de cette armée, a confié le ministre de la Défense. Notre pays est un grand pays."

Interrogé sur le déploiement des militaires à la fois en terrain extérieur mais aussi à l'intérieur du pays, en raison des menaces terroristes, le ministre a assuré que "les contraintes sont lourdes mais l'efficacité a été au rendez-vous". Se félicitant par la suite du service militaire volontaire, proposant un parcours d'insertion aux jeunes, qui va se poursuivre avec 1.000 nouvelles recrues en début d'année prochaine.

12 heures - François Hollande salue les familles des militaires morts

Le président de la République a salué, à la fin du défilé, les familles des militaires et des policiers tués sur le terrain. 

-
- © -

11h50 - 450 lycéens entonnent la Marseillaise

Un choeur de 450 lycéens d'Ile-de-France et de Nantes, accompagnés de jeunes du service militaire volontaire, entonnent la Marseillaise face à la tribune d'honneur où sont installés le président de la République et le gouvernement. Des jeunes sourds et muets les accompagnent en interprétant l'hymne national avec le langue des signes.

-
- © -

11h45 - Nouveau défilé aérien pour clôturer le défilé militaire

Pour clôturer ce défilé du 14 juillet, les hélicoptères défilent dans le ciel de Paris au dessus des Champs-Elysées. Pour la première fois, un avion ravitailleur participe à ce défilé, démontrant la capacité des hélicoptères Caracal à se ravitailler en vol. Une compétence jusqu'alors réservé aux avions militaires.

-
- © -

11h40 - Premier défilé militaire en quad

Pour la première fois, des militaires ont défilé en quad sur les Champs-Elysées. Ces véhicules sont notamment utilisés par les forces spéciales pour effectuer des repérages en zones sensibles et préparer des opérations plus importantes, au Sahel notamment.

-
- © -

11h35 - Début du défilé des troupes montées

La Garde républicaine a ouvert le défilé des troupes montées avec 241 chevaux. Présents devant les institutions culturels notamment, qui représentent des cibles pour les terroristes, les hommes de la Garde républicaine sont particulièrement sollicités ces derniers mois, notamment pendant l'Euro de football.

-
- © -

11h30 - Avec un pas plus lent, la Légion étrangère défile

Une barbe, une hache et un tablier. La Légion étrangère a défilé sur sa propre musique au rythme de 88 pas par minute, bien mois rapide que les 120 pas par minutes des autres troupes. La Légion étrangère est composée de 7.800 hommes de 159 nationalités différentes.

-
- © -

11h20 - La police nationale, en deuil, descendent les Champs-Elysées

Particulièrement éprouvés après le double meurtre de Magnanville, les policiers défilent lors de ce 14-Juillet. Ces services rencontrent un engouement particulier notamment depuis les attentats du 13 novembre. 36.000 candidats se sont présentés cette année au concours d'entrée à la police nationale.

-
- © -

11h15 - Le détachement de l'opération Sangaris participe au défilé

Des militaires de l'opération Sangaris défilent sur les Champs-Elysées. Mercredi, le président de la République a annoncé la fin de la présence militaire française en Centrafrique en octobre prochain. La France va envoyer plus de soldats pour conseiller les forces irakiennes en lutte contre Daesh et redéployer le porte-avions Charles de Gaulle au Moyen-Orient, à l'automne, au sein de l'opération Chammal.

-
- © -

11 heures - Des guerriers maoris sur les Champs-Elysées

Huit guerriers maoris ont descendus les Champs-Elysées en tenue traditionnelle. 

-
- © -

10h55 - Les troupes australiennes et néo-zélandaises en tête du défilé

Après le Mexique l'an dernier, l'Australie et la Nouvelle-Zélande sont à l'honneur de ce 14-Juillet. Les troupes des deux pays ont ouvert le défilé sur les Champs-Elysées. La France souhaite rendre hommage à ces troupes qui étaient présentes en 1916 lors de la bataille de la Somme. Les drapeaux brandis n'étaient pas sortis du pays depuis 100 ans, il a fallu l'autorisation de la Reine Elisabeth II.

Au total, 140 Australiens et 85 Néo-Zélandais descendent les Champs-Elysées.

-
- © -

10h45 - Le défilé aérien vient de débuter

Attendu par le public, le défilé aérien vient de débuter au dessus des Champs-Elysées. Rafale, Mirage ou encore Alphajet survolent l'avenue parisienne laissant des traces tricolores. Le pilotage de ces avions nécessitent des heures et des heures de formations, certains volant à seulement 5 mètres d'espace.

Des Falcon participent également au défilé aérien.

-
- © -

10h30 - 3.000 policiers et gendarmes mobilisés pour assurer la sécurité

Dispositif renforcé au sein du public. 3.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour assurer la sécurité du défilé à Paris. Des fouilles de sacs sont organisés avant de pouvoir accéder aux trottoir des Champs-Elysées.

Au total, ce sont 11.500 hommes qui vont être déployés pour cette journée de Fête nationale à Paris et en Ile-de-France.

10h25 - La première Marseillaise jouée par la fanfare de la Garde républicaine

Après avoir passé en revue les troupes, la fanfare de la Garde républicaine ont joué l'hymne national. "C'est vraiment les armées qui saluent leur chef", explique un capitaine de frégate sur BFMTV.

La Marseillaise sera une nouvelle entonnée par une chorale de 450 jeunes collégiens et lycéens.

10h15 - François Hollande commence le passage en revue des troupes

Dans un véhicule militaire, escorté par la Garde républicaine, François Hollande débute le passage en revue des troupes militaires réunies sur les Champs-Elysées. Il est accompagné notamment du chef des armées, le général de Villiers.

-
- © -

10h10 - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est présent

John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, est présent à l'occasion de ce défilé du 14-Juillet. Les Etats-Unis, aux côtés de la France, participent à la grande coalition qui lutte contre Daesh en Irak et en Syrie.

-
- © -

10h05 - François Hollande quitte l'Elysée

Le président de la République vient de quitter l'Elysée pour rejoindre l'avenue de Friedland avant de passer en revue les troupes.

9h55 - Le gouvernement commence à s'installer

Stéphane Le Foll, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem... tous les ministres du gouvernement prennent place dans la tribune installée au pied de l'obélisque place de la Concorde.

Dans un contexte particulièrement tendu entre les deux hommes, Manuel Valls et Emmanuel macron ont affiché une entente de façade. A l'arrivée du ministre de l'Economie, le Premier ministre lui a fait la bise main sur l'épaule.

-
- © -

9h50 - Des douaniers qui vont se donner à "200%"

Pour la première fois depuis 1919, les douaniers français vont défiler sur les Champs-Elysées. Ils seront 49 alors que ce service est particulièrement sollicité dans la lutte contre le terrorisme notamment quand les contrôles aux frontières ont été rétablis. Depuis le mois de mai, les douaniers se sont entraînés, eux qui n'ont jamais appris à défiler. 

"C’est un défi, confie à BFMTV le douanier Laurent. Nous avons eu un temps limité de préparation. Pendant trois semaines, c’était intense. Il y a eu quelques blessures, il a fallu soigner les bobos. Mais on a un supplément d’âme. On a tous conscience qu’on vit un moment historique pour la douane, qu’on représente énormément de choses pour nos collègues et pour l’administration."

9h45 - La météo risque de perturber le défilé

De la pluie est annoncée par Météo France à partir de 10 heures, soit au moment où le président de la République, François Hollande, doit débuter depuis la place de l'Etoile jusqu'à la place de la Concorde le passage en revue des troupes accompagné notamment du chef des armées, le général Pierre de Villiers.

9h30 - "Tout est prêt", promet le chef d'Etat des armées

"Tout est prêt, assure le chef d'Etat des armées. Les derniers réglages ont été fait hier soir pour que ce matin tout le monde soit au rendez-vous et que nous puissions nous présenter de la meilleure manière." Le général Pierre de Villiers exprime sur BFMTV sa "très grande fierté" et "la fierté de voir la fierté des jeunes qui vont défiler". 

"Il nous est apparu important cette année de mettre à l’honneur la jeunesse qui s’engage", poursuit-il, que ce soit sous l'uniforme militaire, policier, des pompiers, des douanes, de l'administration pénitentiaire.

-
- © -
J.C.