BFMTV

Emmanuel Macron sermonne un adolescent qui l’avait appelé "Manu"

Le président de la République a sèchement recadré un jeune qui avait utilisé ce surnom pour l’interpeller, ce lundi au Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine, lors des commémorations du 18-Juin 1940.

Recadrage opéré par le président de la République. En déplacement ce lundi au Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine, pour les commémorations du 18-Juin 1940, Emmanuel Macron n’a pas apprécié de se faire familièrement interpeller par un adolescent. Le jeune homme, entouré d’une foule amassée derrière une grille, a essuyé une remontrance présidentielle.

Alors que le président serrait les mains des personnes présentes, le jeune homme s’est d'abord mis à entonner L’Internationale. "C’est bien", s’est d’abord enthousiasmé Emmanuel Macron, avant de se raviser en entendant l’adolescent lui demander "Ça va Manu?". "Non, non", répond Emmanuel Macron. Le jeune homme a à peine le temps de prononcer un "Désolé, monsieur le président", que ce dernier le reprend:

"Tu es là, dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Tu peux faire l’imbécile, mais aujourd’hui c’est La Marseillaise et Le Chant des partisans. Tu m’appelles 'Monsieur le président de la République' ou 'Monsieur'."

"Tu apprends d'abord à avoir un diplôme"

Et de poursuivre: "Le jour où tu veux faire la révolution, tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même, d’accord? À ce moment-là tu iras donner des leçons aux autres."

Echange sur le brevet des collèges

L'Elysée est revenue sur l'épisode dans la soirée. Le compte Twitter d'Emmanuel Macron a d'abord publié le message suivant: "Le respect, c’est le minimum dans la République – surtout un 18 juin, surtout en présence des compagnons de la Libération. Mais cela n’empêche pas d’avoir une conversation détendue – regardez jusqu’au bout." Bruno Roger-Petit, porte-parole de la présidence de la République a, sur le même réseau social, a renchéri de son côté: "La politesse, première des vertus du futur citoyen en société. D’autant plus requise un 18 juin, au Mont Valérien, quand sont célébrés des Héros français ayant combattu le Nazisme."

Mais visiblement, Emmanuel Macron et son entourage tenaient surtout à faire passer l'idée que le chef de l'Etat n'avait pas seulement disputé un collégien. Le président de la République a donc diffusé une vidéo montrant la suite de son échange avec l'adolescent, inscrit en classe de troisième. Alors que ce dernier lui disait qu'il était certain de décrocher son brevet aux points, Emmanuel Macron a cherché à le pousser à mettre les bouchées doubles pour s'assurer une mention.

"Il faut penser à la suite et ne pas se contenter de passer la barre, et être un exemple. Les gens que tu es venu honorer aujourd’hui, ils ne se sont pas contentés de la barre. Sinon ils se seraient restés comme beaucoup à l’époque chez eux. Ils se seraient dit pourquoi faire la guerre ? Il faut se demander vers quel idéal on veut aller. Chacun peut avoir le sien."
B.P.