BFMTV

Quand Hollande refuse de répondre sur sa vie privée

François Hollande lors de sa conférence de presse avec David Cameron vendredi.

François Hollande lors de sa conférence de presse avec David Cameron vendredi. - -

François Hollande a refusé sèchement de répondre à une question d'un journaliste anglais sur sa vie privée, lors d'une conférence de presse franco-britannique vendredi.

François Hollande était en visite vendredi au Royaume-Uni. Lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre britannique, le Président français a assuré que la révision des traités européens voulue par Londres n'était "pas une priorité". Il s'est aussi exprimé sur des sujets franco-français comme les manifestations de dimanche, les rumeurs à l'école ou les djihadistes enrôlés en métropole ou encore sa vie privée.

> Des rumeurs "totalement infondées" à l'école

Au sujet de la nouvelle Manif pour tous qui se tiendra dimanche à Paris, François Hollande a réaffirmé que le droit de manifester était une "liberté fondamentale" et "légitime" tout en appelant à la "vigilance". Répondant au climat français autour de ces manifestations anti-mariage entre personnes du même sexe, des rumeurs sur la "théorie du genre" ou des slogans antisémites entendus lors de la manifestation de dimanche dernier à Paris, il a considéré que ce serait un "paradoxe" de penser que le gouvernement était responsable. Il a d'ailleurs qualifié ces différents mouvements de "très minoritaires".

"Les rumeurs sont totalement infondées et lancées par des personnes qui sont dans l'utilisation des peurs et la manipulation des esprits", a-t-il ajouté.

> Pas de réponse sur sa vie privée

Alors que la presse britannique suit avec attention l'évolution de la vie privée de François Hollande, le président français n'a pas souhaité répondre à une question d'un journaliste sur sa vie privée.

"Monsieur le président, un sujet sensible pour vous. Est-ce que l'affaire sur votre privée a contribué à décrédibiliser la France à l'international. Avez-vous toujours une relation avec Julie Gayet et auriez-vous souhaité qu'elle soit ici aujourd'hui?", a demandé Christopher Hope, journaliste du sérieux Daily Telegraph.

"Je ne vous répondrai pas", a répondu sèchement le président français.

La question du journaliste lui a valu des critiques de ses confrères anglais sur le plateau de la chaine Sky news notamment.

> 600 à 700 jihadistes français

Au sujet des jihadistes français, François Hollande a estimé que le Royaume-Uni et la France étaient devant une situation similaire avec "600 à 700 jeunes concernés" dans chacun des deux pays. "Donc nous allons mettre en place une coopération pour que ces jeunes ne puissent être touchés par cette propagande et en même temps surveiller les allers-et- venues et agir tant qu'il est possible de le faire", a-t-il ajouté.

> Soutien au pacte de compétitivité et humour anglais

Contrairement à la presse angalise conservatrice qui multiplie le "french bashing", David Cameron a "applaudi" les mesures prises par la France pour réduire les dépenses publiques, estimant que François Hollande a choisi "la bonne voie pour augmenter les investissements et créer des emplois" avec son pacte de responsabilité."Chacun peut avoir sa politique et c'est bien légitime mais nous devons avoir le même objectif pour avoir les même résultats, que la croissance soit plus forte", a souligné le président français.

Le locataire de l'Elysée a tenu à souligner qu'il y avait un excédent commercial favorable à la France entre les deux pays. Réagissante à cette pique par l'humour, David Cameron a blagué sur le "petit déficit" anglais qui rattrape son retard sur le vin et le fromage.

Karine Lambin