BFMTV

Pour Macron, la Shoah ne peut être utilisée pour "justifier" la "division" ou la "haine"

À l'occasion de son déplacement en Israël, le chef de l'État a prononcé un discours lors des commémorations du 75ème anniversaire de la libération du camp nazi d'Auschwitz.

Moment d'émotion au mémorial de Yad Vashem ce jeudi, à Jérusalem. Alors que s'achève bientôt son déplacement de 48 heures en Israël, Emmanuel Macron a participé aux commémorations du 75ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau. Un "moment de sidération de l'humanité", a rappelé le chef de l'État lors de son discours.

"Nul n'a le droit de convoquer ses morts pour justifier quelque division ou quelque haine contemporaine", a-t-il déclaré, condamnant "l'innommable, l'impensable, l'impardonnable" commis par le régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale. 

"Défendre la démocratie et l'humanisme"

Devant un parterre d'officiels, parmi lesquels le vice-président américain Mike Pence et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, Emmanuel Macron a exhorté les jeunes générations "à défendre la démocratie et l'humanisme, si fragiles et toujours à reconquérir".

"Puissions nous ici, tous ensemble, inspirer un peu notre jeunesse afin qu'elle trouve ce courage, et afin qu'à son tour, (...) elle puisse dire, sachant tout ce qu'elle aura vu, vécu et compris, 'plus jamais ça'", a déclaré le président de la République.
dossier :

Emmanuel Macron

Jules Pecnard