BFMTV

"Make our planet great again": quand Macron défie Trump en anglais

Le président de la République a profité de son allocution dans la langue de Shakespeare vendredi pour engager une épreuve de force avec le président américain, qui a décidé de sortir de la Cop 21.

C’est une première. Sitôt l’annonce par Donald Trump du retrait américain de l’accord de Paris sur le climat, Emmanuel Macron a réagi depuis l’Elysée dans une allocution en français et une autre… en anglais. 

Emmanuel Macron avait certes déjà fait montre de ses capacités à manier la langue de Shakespeare. Comme à l’occasion d’un discours à l’université Humboldt de Berlin, en janvier (qui avait déclenché la fureur du FN). Ou lors d’un échange sans traducteur avec Barack Obama, pendant sa campagne.

Mais jamais un chef de l’Etat français ne s’était ainsi adressé au monde en anglais, depuis le siège de la présidence.

Mais le président de la République ne s’est pas contenté d’un "coup de com’". Le fond du message d’Emmanuel Macron a sonné comme un défi à son homologue américain, avec qui il s’était entretenu quelques minutes auparavant au téléphone.

Un appel aux ingénieurs américains

"A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens responsables qui ont été déçus par la décision du président des Etats-Unis, je veux dire qu’ils trouveront en France une deuxième patrie. Je leur lance un appel: venez et travaillez ici avec nous, pour trouver des solutions concrètes pour protéger le climat", a lancé le locataire de l’Elysée.

Profiter de la décision de Donald Trump pour renforcer la recherche française? Emmanuel Macron assume ce que d’aucuns outre-Atlantique pourraient juger comme une provocation.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’il a recours à cet argument. Après le Brexit, en 2016, celui qui était alors ministre de l’Economie avait invité "les banques, les talents, les académiciens et les chercheurs" basés à Londres à venir s’installer dans l’Hexagone.

Isoler Donald Trump

Dans son allocution jeudi, Emmanuel Macron s’est également posé en chef de file des nations engagées dans la défense de l’environnement:

"Dans les heures qui viennent, j’aurai l’opportunité de parler avec nos principaux partenaires, pour définir une stratégie commune et lancer de nouvelles initiatives. Je sais déjà que je peux compter sur eux".

Détournement

Mais ce qui aura sans doute fait le plus vriller les oreilles de Donald Trump sont les mots de conclusion du chef de l’Etat:

"Make our planet great again (“restaurer la grandeur de notre planète”)".

Un détournement du propre slogan du locataire de la Maison blanche lors de sa campagne victorieuse contre Hillary Clinton (Make America great again, "Rendre sa grandeur à l’Amérique").

Emmanuel Macron en a même fait un visuel au dégradé bleu-vert, publié quelques heures après sur son compte Twitter personnel.

Pour Christophe Barbier, éditorialiste BFMTV, la volonté d’Emmanuel Macron d’engager l’épreuve de force avec son homologue est claire. "C’est la poignée de main qui continue, en quelque sorte. Elle est devenue un bras de fer", a-t-il jugé ce vendredi matin sur notre antenne.

Une allusion à la poignée de main virile (et prolongée) entre Emmanuel Macron et Donald Trump, le 25 mai à Bruxelles. Un geste que le président français avait lui-même expliqué ainsi auprès du JDD:

"Il faut montrer qu’on ne fera pas de petites concessions, même symboliques".

Ghislain de Violet