BFMTV

Macron recadre une journaliste française qui lui reproche son interview exclusive à CNN

Emmanuel Macron recadre une journaliste de LCI lors d'une conférence de presse aux Nations unies.

Emmanuel Macron recadre une journaliste de LCI lors d'une conférence de presse aux Nations unies. - BFMTV

Pendant la conférence de presse qui a suivi son intervention mardi à la tribune des Nations unies, le Président, interrogé sur le fait d'avoir donné une interview à CNN, a regretté que ne soient pas plutôt abordées les "questions de fond".

"Pourquoi avoir fait ce choix d'une interview à un média américain avant de vous adresser à un média français?", a demandé Alison Tassin, journaliste à LCI, à la fin de la conférence de presse qui a suivi le discours d'Emmanuel Macron à la tribune des Nations unies mardi.

Le chef de l'Etat, après avoir précisé la position française sur les problèmes de la Syrie, de la Corée du Nord et du nucléaire iranien, a fraîchement accueilli la question de la journaliste.

"Je vous remercie pour cette question de fond", a d'abord ironisé Emmanuel Macron. Et de préciser aussitôt: "Parce que, peut-être, les médias français s'intéressent trop à la communication et pas assez au contenu. Je m'exprimerai devant les médias français. Mais quand je vois le temps passé depuis quatre mois à ne commenter que mes silences ou mes dires, je me dis que ça devient un système totalement narcissique."

"Je continuerai à m'exprimer auprès de la presse française"

Le président s'est ensuite justifié d'avoir accordé la primeur d'une interview à CNN. "Je suis aujourd'hui aux Nations unies avec une journaliste qui a proposé de faire une interview sur la politique diplomatique que j'entends conduire, je l'ai faite. Je vous rassure j'ai donné plusieurs interviews à des journalistes français, au Point, au Figaro, à Ouest France, entre autres. Ils sont journalistes tout autant que vous. Et je continuerai à m'exprimer auprès de la presse française."

Comme une antienne déjà entendue dans la bouche du Président, Emmanuel Macron a ensuite appelé la presse à se préoccuper d'abord de la vie réelle des gens:

"Mais compte tenu de tous les sujets que nous évoquons depuis le début, parlons de la vie de nos concitoyens, parlons de la vie de la planète, mais arrêtons de manière circulaire (le président fait un moulinet avec les bras, NDLR) de la communication."

David Namias