BFMTV

Accord de Paris sur le climat: Trump veut un texte plus favorable aux Etats-Unis

Emmanuel Macron s'est entretenu en tête à tête avec Donald Trump ce lundi, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. Le chef de l'État veut persuader le président américain de ne pas se retirer de l’accord de Paris.

Emmanuel Macron est à New York ce mardi pour l’Assemblée générale des Nations Unies. Le président de la République tente de convaincre son homologue américain de rester dans l’accord de Paris sur le climat.

Emmanuel Macron a notamment mis en avant les créations d’emplois que peuvent apporter les énergies renouvelables. Réponse de Donald Trump: il acceptera de négocier si les accords changent.

Tout en se disant ouvert au dialogue, M. Macron a redit au président américain qu'une remise en cause des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre était exclue, selon une source proche de l’Élysée.

"On peut toujours espérer le convaincre"

"Il faut que la pression internationale soit forte et que nous n'arrêtions pas la mise en œuvre de l'accord", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ce lundi. "Nous notons les déclarations du président (Donald) Trump sur son intention de ne pas le respecter, pour l'instant aucun acte n'a été posé, on peut toujours espérer le convaincre", a-t-il ajouté.

Cet accord, arraché en décembre 2015 et signé par 195 pays pour limiter la hausse du réchauffement climatique, a été le premier sujet de la rencontre bilatérale ce lundi après-midi entre Emmanuel Macron et Donald Trump.

Si les deux chefs d'État n'ont rien dit de leurs échanges, le président français a appelé à nouveau son homologue américain à agir, faisant valoir que "se retirer tout simplement de l'accord était une impasse", selon une source proche de l'Élysée. 

Des accords "plus favorable" aux États-Unis

Plus tôt dans la journée, Gary Cohn, le conseiller économique de Donald Trump, avait réaffirmé "très clairement" la position américaine. A savoir que les États-Unis "se retirent de l'accord, à moins que des termes plus favorables puissent être trouvés pour les États-Unis".

Une déclaration qui a relancé les espoirs d'un assouplissement de la position de Washington. D'autant que les États-Unis viennent d'être frappés par les ouragans Harvey et Irma, dont les scientifiques ont souligné qu'ils avaient été rendus plus violents par le réchauffement climatique.

Amélie Petitdemange