BFMTV

L'Elysée réagit au tweet de Trump sur Macron, en évoquant une incompréhension

Donald Trump a dénoncé ce vendredi dans un tweet les propos "insultants" de son homologue français sur la création d'une armée européenne. Selon l'Elysée, le clan américain aurait mal compris les propos d'Emmanuel Macron.

L'Élysée tente de détendre l'atmosphère à quelques minutes de la rencontre entre Emmanuel Macron et Donald Trump. Vendredi, le président américain s'en est pris à son homologue français dans un tweet, alors qu'il venait à peine d'atterrir sur le sol français, où il doit participer aux commémorations de la fin de la Grande guerre.

"Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les États-Unis, la Chine et la Russie. Très insultant mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'OTAN que les États-Unis subventionnent largement!", s'est-il insurgé son son réseau social favori.

Des propos mal rapportés par les conseillers de Trump?

Pour l'Elysée, cette critique résulte simplement d'une incompréhension de la part des Américains. Le palais présidentiel explique ce samedi qu'Emmanuel Macron ne parlait pas d'armée européenne lorsqu'il déclarait en début de semaine qu'il fallait protéger les Européens "à l’égard de la Chine, de la Russie et même des Etats-Unis". Mais qu'il évoquait le "cyberespace". 

"Je comprends que l'enchaînement des sujets dans l'interview puisse créer de la confusion mais ce sont bien deux sujets différents, le traité INF (sur les armes nucléaires à portée intermédiaire, duquel les Etats-Unis souhaitent se retirer, NDLR) et ce sujet d'une force de défense des Européens où il y a des travaux en cours", a souligné la présidence française auprès de la presse.
Emmanuel Macron "n'a jamais dit qu'il fallait créer une armée européenne contre les Etats-Unis", a-t-on ajouté. Mais dans la mesure où le retrait du traité INF "concerne la sécurité de l'Europe, il faut que l'Europe puisse être associée au dialogue sur ce sujet", précise l'Elysée. 

Les conseillers de Donald Trump auraient mal rapporté les propos du président français, entraînant une incompréhension entre les deux partis. Les deux chefs d'Etat vont s'entretenir lors d'un tête-à-tête ce samedi à partir de 11 heures à l'Elysée, pour discuter entre autres de la "situation en Syrie et la menace posée par l'Iran", selon une source proche de l'exécutif. L'ambiance s'annonce d'ores et déjà électrique.

Céline Penicaud avec Mathieu Coache et AFP