BFMTV

Hollande dénonce des "actes homophobes" et "violents"

François Hollande  à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle le 18 mars 2013.

François Hollande à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle le 18 mars 2013. - -

Le président de la République s'est exprimé, ce jeudi, à Roissy Charles-de-Gaulle, sur les actes de violences commis par les antis mariage pour tous. La seconde lecture du projet de loi a débuté, ce mercredi, à l'Assemblée nationale entraînant des manifestations.

Les dernières manifestations des anti-mariage pour tous ont connu plusieurs débordements. Lors d'un déplacement à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, François Hollande s'est exprimé, ce jeudi, sur les actions violentes commises par certains opposants au mariage homosexuel au lendemain de la seconde lecture du projet de loi.

"Il y a des actes homophobes, il y a des actes violents qui sont commis", a indiqué le président de la République alors qu'il visitait l'aéroport sur le thème de la sécurité. "Aucune manifestation ne doit dégénérer, aucune ne doit s'en prendre aux biens publics et il ne peut pas y avoir d'actes contre des personnes", a-t-il ajouté, alors que des débordements ont eu lieu à Paris et à Lille mercredi soir.

Laisser travailler les parlementaires

"Il y a des manifestations, qu'elles se déroulent le plus pacifiquement possible", a lancé François Hollande. "Qu'on n'empêche par les parlementaires de faire leur travail", a-t-il poursuivi.

"Je ne peux pas accepter comme président de la République et les actes homophobes et les violences aux biens, dans le cadre des manifestations les mises en cause des forces de l'ordre", a-t-il affirmé.

Des ministres empêchés de faire leur travail

"Je ne peux pas accepter non plus qu'il puisse y avoir des parlementaires qui ne puissent pas s'exprimer dans des débats publics ou des ministres qui lorsqu'ils se déplacent" sont empêchés "de faire (leur) travail", a encore souligné le chef de l'Etat.

Selon lui, les opposants, "ce n'est pas un report qu'ils demandent mais c'est le fait que cette loi ne puisse jamais intervenir. Ça s'appelle la mise en cause d'un principe: la loi doit être respectée".

A LIRE AUSSI:

>> Trois fois plus d'actes homophobes signalés début 2013

>> Valls veut renforcer la sécurité lors des manifs anti-mariage homo

>> Lille: trois blessés dans l'agression d'un bar gay

>> Débordements en marge d'une manifestation anti-mariage homo

>> Mariage homo: Taubira ouvre le débat sur l'air du "Temps des cerises"

E. M. avec AFP