BFMTV

Trois fois plus d'actes homophobes signalés début 2013

"Homophobes, on vous attend", sur une des pancartes de la manifestation contre l'homophobie du 10 avril.

"Homophobes, on vous attend", sur une des pancartes de la manifestation contre l'homophobie du 10 avril. - -

Selon SOS homophobie, les actes homophobes ont de nouveau augmenté sur les premiers mois de 2013, une tendance qui avait commencé au début du débat sur le "mariage pour tous".

Réunis le 10 avril devant l'Hotel de ville de Paris, 5.000 personnes ont répondu à l'appel d'associations qui dénoncent la montée de l'homophobie en France. Violences physique, insultes, discriminations au travail, dans la famille ou dans le voisinage: les raisons d'appeler ont triplé, selon SOS homophobie. Entre janvier et février, l'association a reçu autant d'appels qu'en un semestre en 2012.

"A Noël, les actes homophobes sont toujours plus nombreux avant de baisser en janvier, mais pas cette année. En janvier, ils ont continué à augmenter et nous avons reçu quatre fois plus d'appels que le même mois en 2012", déclare Elisabeth Ronzier à BFMTV.com.

La présidente de SOS homophobie ajoute: "Nous avons observé une baisse des appels juste après le débat à l'Assemblée sur le mariage pour tous puis ça a repris en mars, où ils ont triplé par rapport à 2012."

"Une conséquence du climat actuel autour du mariage pour tous"

Pour autant, les actes homophobes en eux-mêmes n'ont pas forcément triplé ces derniers mois. "Ils ont augmenté, c'est sûr", affirme Elisabeth Ronzier, "mais c'est aussi une conséquence du climat actuel, autour du mariage pour tous, qui pousse davantage de victimes à témoigner, elles en ont besoin. C'est très dur d'entendre que les homos ne sont pas capables d'élever des enfants, qu'ils ne sont pas normaux et qu'ils mènent à la fin de la société", raconte la présidente de l'association.

Contacté par BFMTV.com, l'Office national de la délinquance ne peut pas attester de l'augmentation des violences physiques à caractère homophobe, faute de recul sur un temps si court.

Six fois plus de demandes au Refuge sur un an

Mais le Refuge note également une augmentation des demandes. Frédéric Gal, le directeur général de cette association d'aide à des jeunes majeurs victimes d'homophobie et de rejet familial, avait constaté une forte augmentation des demandes de logement au court de l'année 2012. Des demandes qui restent fortes en 2013.

"Nous avons reçu 460 demandes de jeunes homosexuels rejetés en janvier 2013 contre environ 70 en janvier 2012", compare ainsi Frédéric Gal qui explique ces chiffres: "Cette hausse est en partie due au débat sur le mariage pour tous qui fait rejaillir des tas de propos que l'on n'entendait pas avant."

Dans l'attente de la fin du débat

"Beaucoup de gens vivent très mal ce qu'ils entendent à la télévision, ce que disent des personnalités publiques", confirme Elisabeth Ronzier à BFMTV.com. "Les homophobes ont eu carte blanche", regrette-t-elle.

"Aujourd'hui, de nombreux hétéros nous appellent pour nous signaler des propos qu'ils ont entendu à la télévision ou dans la rue. Avant c'était ponctuel mais depuis que ce débat s'éternise, c'est de plus en plus fréquent", explique Elisabeth Ronzier avant de conclure: "On s'attend à une diminution des actes homophobes après le débat parlementaire, comme pour le Pacs il y a dix ans. Même s'il on ne reviendra pas au niveau d'avant le débat sur le mariage pour tous".

A LIRE AUSSI:

>> EN IMAGES - Plusieurs milliers de personnes à Paris contre l'homophobie

>> Agressés à Paris: "c'est le visage de l'homophobie"

>> Trois fois plus d'agressions homophobes en 2012 qu'en 2011

>> Mariage homo : "Le discours homophobe fait mal"

>> Mariage homo : quand les hétéros s'engagent

Pour éviter tout débordement, cet article a été fermé aux commentaires. Merci de votre compréhension

|||sondage|||728

|||>> En chiffres:

• Internet est le 1er espace où se manifeste l'homophobie

• L'injure est la 1ère forme d'homophobie

• Triplement des actes homophobes en décembre 2012, janvier 2013 et mars 2013 comparé au même mois l'année précédente.

Marc Pédeau