BFMTV

François Hollande et la gestion de ses déplacements

BFMTV

En visite ce jeudi matin à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle sur le thème de la sécurité, François Hollande tente de réaffirmer son autorité et tourner la page de l'affaire Cahuzac.

Depuis plus d'un mois, l'ombre de l'affaire Cahuzac plane sur tous les déplacements de François Hollande. Le président de la République s'est rendu, ce jeudi matin, à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle sur le thème de la sécurité après les attentats de Boston. Comme pour ses dernières sorties, il tente de maîtriser sa communication.

Début mars, dans un climat de pression médiatique et d'impopularité record pour le président français, et après des sorties chahutées comme à Dijon, ses conseillers renoncent à un déplacement de deux jours en Ardèche. Ils privilégient un retour aux sources à Tulle, en Corrèze, pour le week-end du 7 avril.

Un voyage a priori moins risqué, cependant le président n'échappe pas aux critiques. "On veut du boulot, pas du mariage homo", pouvait-on lire sur les banderoles de militants contre le mariage pour tous venus à sa rencontre. Plus tard, un jeune Corrézien l'interpelle: "Bonjour. Il ne faudrait pas oublier d'être de gauche monsieur Hollande".

Difficultés à échapper à la pression médiatique

Début avril, lors de sa visite d'Etat au Maroc en pleine affaire Cahuzac, le président Français espère échapper à la pression des médias. Mais au lendemain des aveux de son ancien ministre du Budget, il est contraint de se justifier: "je ne connais rien de ses activités. Si elles ne sont pas conformes à la loi fiscale, je demande que l'administration s'en empare", explique-t-il.

La visite de ce jeudi à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle sur le thème de la sécurité, qui ne figurait pas à l'agenda présidentiel officiel, était un bon moyen de sortir de l'affaire Cahuzac.


À LIRE AUSSI:

>> Sécurité: visite surprise de Hollande et Valls à Roissy