BFMTV

François Hollande au Vatican : un entretien "chaleureux" avec le pape

François Hollande et le pape François au Vatican le 17/08/16

François Hollande et le pape François au Vatican le 17/08/16 - Osservatore romano -AFP

François Hollande est au Vatican ce mercredi où il a rencontré le pape, trois semaines après l'assassinat du père Jacques Hamel. Au cours de leur entretien, les deux hommes ont aussi évoqué le sort des chrétiens d'Orient, loin des crispations post-mariage gay.

Resserrer les liens. C'était le maître-mot de la visite de François Hollande au Vatican, ce mercredi, après des mois de tensions diplomatiques et à la suite de l'assassinat du père Jacques Hamel, le 26 juillet, à Saint-Etienne-du-Rouvray. 

Accompagné de Bernard Cazeneuve en sa qualité de ministre de l'Intérieur et des Cultes, le déplacement du chef de l'Etat a commencé par un moment de recueillement à la mémoire des victimes du terrorisme à Saint-Louis-des-Français, l'église française situé dans le cœur historique de Rome.

"Lors de ce long entretien chaleureux, le pape a réaffirmé son soutien et son affection à l'égard de la France -comme il l'avait fait au téléphone le 26 juillet et dans ses différentes interventions après les attentats", a-t-on dit dans l'entourage de François Hollande. "L'importance des valeurs de dialogue et de cohésion, partagées par la France et le Vatican, a également été soulignée", a-t-on ajouté de même source.

"La République profanée"

Il est "très important que je vienne dire au pape combien nous étions sensibles aux paroles qui ont été prononcées et à l'action qui a été la sienne et qui conforte notre vision de l'humanité", avait déclaré François Hollande, peu avant sa rencontre avec Jorge Bergoglio.

Lorsqu'une "église est touchée, un prêtre est assassiné, c'est la République (française) qui est profanée", a réaffirmé mercredi François Hollande. La laïcité à la française, parfois mal comprise à l'étranger et au Vatican en particulier, est aussi là pour "protéger les cultes", a-t-il insisté. "Ce message de la laïcité n'est pas un message qui peut blesser, mais un message qui peut réunir et rassembler", a ajouté le président français.

Devant la presse, François Hollande avait précisé qu'il comptait évoquer avec le pape la situation des chrétiens d'Orient, dont les deux hommes s'étaient déjà entretenus au téléphone le 26 juillet.

Un déplacement qui signe finalement le réchauffement des relations entre François Hollande et le pape, loin de la froideur de leur première rencontre en janvier 2014 et des frictions dues à l'adoption de la loi sur le mariage pour tous.

Marie-Caroline Meijer avec AFP