BFMTV

Finkielkraut se targue du "soutien de Hollande"

Alain Finkielkraut a été nommé à l'Académie Française.

Alain Finkielkraut a été nommé à l'Académie Française. - -

Nommé jeudi à l'Académie Française, Alain Finkielkraut a expliqué ses ambitions sur le plateau de BFMTV. Il souhaite notamment lutter contre l'appauvrissement de la syntaxe. Il a également estimé que François Hollande lui avait apporté son soutien en interdisant les portables lors des conseils des ministres.

Alain Finkielkraut a réagi ce jeudi à sa nomination à l'Académie Française, sur le plateau de BFMTV. Celui qui occupera le fauteuil numéro 21 de l'Académie française a exprimé son émotion d'être désormais un Immortel et a expliqué les combats qu'il entend mener grâce à sa nouvelle fonction.

# Un Immortel "tourneboulé"

Alain Finkielkraut a appris sa nomination avec un "sentiment de plaisir mêlé d'inquiétude". Il n'a pas peur de se "retrouver Immortel", mais plutôt de devoir "préparer un discours". "Je suis une grande personne mais je reste un petit garçon qui a peur de l'obstacle", a expliqué le philosophe.

"Je suis un peu tourneboulé par ce qui m'arrive", a-t-il expliqué, ajoutant que cela était pour lui un "bonheur". Malgré les nombreuses critiques dont il a fait l'objet, Alain Finkielkraut jure qu'il n'a "aucune revanche à prendre".

# Le combat de Finkielkraut: la syntaxe

"Il est difficile de marquer son empreinte à l'Académie Française", a d'abord expliqué Alain Finkielkraut. Cependant, le nouvel Immortel souhaite évidemment défendre la langue française, un combat "d'actualité". Le philosophe a assuré que si "tout le monde célèbre le changement", la langue française peut "s'appauvrir" et "c'est ce qui se passe sous nos yeux".

Alain Finkielkraut voit deux combats majeurs à mener: "la syntaxe s'effondre [et] le vocabulaire [qui] se rabougrit."

# Le soutien d'Hollande sur les portables

Le nouvel Immortel a également assuré qu'il défendra ses idées en son "nom propre" afin de ne pas embarasser ses pairs avec ses positions jugées parfois excessives. "Je n'importerai pas à l'intérieur de l'Académie mes combats", a insisté Alain Finkielkraut.

Revenant sur les oppositions à sa nomination, il a affirmé regretter "qu'il se soit agit d'une campagne politique" avec un argumentaire "indigent". Alain Finkielkraut est également revenu sur le qualificatif de "réactionnaire", dont il est souvent affublé, insistant sur le fait qu'il venait de recevoir le "soutien de François Hollande". En effet, selon le philosophe, qui souhaite interdire les portables aux enfants, le Président en fait de même avec les membres du gouvernement puisque ceux-ci sont désormais interdits "à l'intérieur du conseil des ministres"...

Maxence Kagni