BFMTV

Écoles, déplacements, vaccination... Ce qu'il faut retenir des annonces de Macron

Confronté à une inquiétante troisième vague d'épidémie de Covid-19, le chef de l'État a notamment annoncé la fermeture des collèges et lycées pendant quatre semaines sur tout le territoire.

Cela faisait quatre mois qu'il n'avait pas fait d'allocution solennelle consacrée à l'épidémie de Covid-19. Ce mercredi, Emmanuel Macron a pris la parole à la télévision pour annoncer un nouveau tour de vis, alors que le pays est confronté à une inquiétante troisième vague. La campagne vaccinale française, qui souffre de la comparaison avec le Royaume-Uni ou les États-Unis, ne permet pour l'instant pas de juguler la crise.

Écartant un confinement strict de la France, tel qu'elle l'a vécu il y a un an, le président de la République a opté pour une solution consistant à accentuer les restrictions là où elles peuvent l'être afin de freiner la propagation du coronavirus. Notamment dans le secteur scolaire, que le gouvernement a essayé de sanctuariser autant que possible. BFMTV.com fait le point sur les principales annonces d'Emmanuel Macron.

· Les établissements scolaires fermés 3 semaines

C'est la mesure phare du nouveau dispositif. Elle consiste à fermer les établissements scolaires et les crèches pendant 3 semaines. La semaine prochaine, à partir de mardi donc (puisque le lundi sera férié), les cours en maternelle, école primaire, collège et lycée se feront à distance.

Les deux semaines suivantes, dans les trois zones de la carte scolaire nationale, les enfants, tous âges confondus, seront en vacances. Le décalage qu'il y a habituellement entre zones A, B et C n'aura pas lieu. Enfin, durant la quatrième semaine de ce bloc, la dernière du mois d'avril, les élèves de maternelle et du primaire retourneront en classe.

"Je sais que cette réorganisation implique de changements profonds pour les parents d'élèves et pour les familles, mais c'est la solution la plus adaptée pour freiner le virus, tout en préservant l'éducation et donc l'avenir de nos enfants", a plaidé le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée.

Les élèves du collège et du lycée, qui requièrent moins de surveillance de la part de leurs parents, reprendront leurs cours à distance la dernière semaine d'avril. Ils retrouveront leur salle de classe au mois de mai, "le cas échéant avec des jauges adaptées".

· Restrictions sur tout le territoire

Ces derniers mois, plutôt que de reconfiner, l'exécutif a mis en œuvre une stratégie "territorialisée". Jusqu'à aujourd'hui, 19 départements "en vigilance renforcée" étaient concernés par des mesures de restriction dures, notamment le couvre-feu à 19 heures. Dès samedi soir, les restrictions sont étendues à tout le territouire métropolitain.

Ces mesures, déjà en place en Île-de-France et dans les Hauts-de-France, comportent la fermeture de certains commerces et l'interdiction de se déplacer à plus de 10 kilomètres, a précisé le chef de l'État au cours de son allocation aux Français.

Il ne s'agit, dixit Emmanuel Macron, de ne pas "s'enfermer" mais "limiter au maximum les contacts et les rencontres". "Le télétravail sera systématisé", a ajouté le chef de l'État.

Il n'y aura toutefois pas d’attestation requise pour circuler en journée dans le rayon des 10 kilomètres. "L’irresponsabilité de quelques-uns ne doit pas ruiner les efforts de tous", a déclaré Emmanuel Macron. "Nous faisons le choix de la confiance, nous faisons le choix de la responsabilité, et si je puis dire de la respiration", a-t-il ajouté.

· Déplacements inter-régions autorisés ce week-end

Cette nationalisation du couvre-feu et des restrictions est destinée à freiner la propagation du virus. Pour éviter l'engorgement que le pays a pu connaître lors des serrages de vis précédents, ceux qui souhaitent "changer de région pour aller s'isoler" pourront le faire durant ce week-end de Pâques, a annoncé Emmanuel Macron.

"Les Françaises et les Français de l'étranger qui veulent rentrer en France pourront aussi le faire à tout moment", a-t-il précisé.

Cela laisse ainsi un battement de quelques jours pour les familles qui iront sur la route pour s'installer ailleurs durant le mois d'avril. De quoi permettre par là même aux villes de se désengorger le temps de ces nouvelles restrictions.

· "Renforts" en réanimation

Le président a également a annoncé des "renforts supplémentaires" en réanimation pour faire face à l'afflux de malades graves du Covid-19 et passer "dans les prochains jours" à plus de 10.000 lits, contre une capacité de 7665 actuellement.

"Je veux ici remercier les étudiants en médecine, les retraités, le service de santé des armées, tous les volontaires de la réserve sanitaire. Tous sont mobilisés, seront mobilisés de manière accrue pour porter dans les prochains jours, notre capacité à un peu plus de 10.000 lits", a-t-il déclaré, évoquant l'ouverture de nouvelles capacités d'accueil dans certains hôpitaux parisiens, pour éviter notamment de "trop déprogrammer" des opérations chirurgicales.

· Calendrier pour la vaccination

Après des retards patents dans son déploiement, la vaccination contre le Sars-CoV-2 sera élargie à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans à partir du 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai, a annoncé Emmanuel Macron.

Les personnes de moins de 50 ans suivront mi-juin et "d'ici à la fin de l'été, tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une allocution télévisée.

· Réouverture à partir de mi-mai

Emmanuel Macron a annoncé la réouverture à partir de mi-mai de certains lieux de culture, ainsi que des terrasses de bars et restaurants, une réouverture que permettra la "tenaille" conjuguant l'impact de la vaccination et "les efforts d'avril" face au Covid-19.

"Dès la mi-mai, nous recommencerons à ouvrir avec des règles strictes, certains lieux de culture, nous autoriserons sous conditions l'ouverture de terrasses et nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l'été, un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, les loisirs, l'événementiel et nos cafés et restaurants", a-t-il précisé.

· Les dispositifs d'aide prolongés

L'ensemble des dispositifs d'aide aux salariés et aux entreprises actuellement en vigueur seront prolongés, a annoncé le chef de l'État.

"Comme depuis un an, l'accompagnement économique et social sera au rendez-vous, les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel, et pour les salariés et les commerçants, les indépendants, les entrepreneurs et les entreprises, tous les dispositifs actuellement en vigueur seront prolongés", a détaillé Emmanuel Macron prolongeant ainsi le fameux "quoi qu'il en coûte" érigé en doctrine il y a plus d'un an.
Jules Pecnard Journaliste BFMTV