BFMTV

Confessions, déplacements, œuvres caritatives: Brigitte Macron dans les pas de Bernadette Chirac

Brigitte Macron.

Brigitte Macron. - François Nascimbeni - AFP

Depuis la fin de la crise des gilets jaunes, la première dame endosse un rôle politique plus affirmé qu'en début de quinquennat.

Elle est entrée de plein pied dans la campagne, même si elle s'en défend mordicus. En déplacement à Marseille puis à Lyon ces derniers jours, Brigitte Macron a bien pris soin de faire montre de cordialité vis-à-vis des vieux briscards qui pilotent encore leur ville, Jean-Claude Gaudin et Gérard Collomb. Le visage avenant d'un palais de l'Élysée qui veille au grain.

Ces prises de contact n'ont rien d'anodin à neuf mois d'élections municipales cruciales pour La République en marche, le mouvement fondé par son époux. Tout comme son long entretien accordé à RTL mercredi, au cours duquel la première dame a habilement joué la carte de la franchise, feinte ou non.

Sens politique

Étonnement face à l'ampleur de l'affaire Benalla, "certainement minimisée" par le pouvoir, crise des gilets jaunes, "petites phrases" d'Emmanuel Macron... Entre mea culpa et pugnacité, Brigitte Macron s'est faite la meilleure avocate du chef de l'État, en pleine entame d'un deuxième acte de mandat qui s'annonce très politique. 

À cette aune, l'importance de la première dame dans le dispositif n'ira que croissante. Comme l'ont expliqué plusieurs sources élyséennes au Parisien, l'entourage du président compte beaucoup miser sur le flair et le sens politique de Brigitte Macron, dont les réseaux sont nombreux et qui jouit d'une bonne image en particulier dans l'électorat de droite. Une mise en avant d'autant plus facilitée que la garde rapprochée d'Emmanuel Macron a été chamboulée ces derniers mois. La première dame y compte désormais moins d'adversaires ou, à tout le moins, de rétifs à son influence.

En 2002, Jacques s'appuie sur Bernadette

Tout cela aboutit à une partition qui ressemble furieusement à celle jouée par un autre couple présidentiel français. Après avoir été contrainte à tenir un rôle plutôt effacé durant le premier septennat de son mari, Bernadette Chirac devient un atout considérable en vue de l'élection présidentielle de 2002.

Elle cajole les maires de droite, parcourt les territoires et prend le pouls de la popularité de Jacques Chirac, pourtant dégradée à cause des affaires. Son livre-confession co-écrit avec Patrick de Carolis et publié en octobre 2001, Conversation, dans lequel elle va jusqu'à évoquer les infidélités de son époux, fait un tabac en librairie. Une fois Jacques Chirac réélu face à Jean-Marie Le Pen, Bernadette Chirac fait partie de ceux qui militent ardemment pour qu'il nomme le provincial et modéré Jean-Pierre Raffarin à Matignon. Le résultat d'un diagnostic, en tout cas à l'époque: celui d'une France en besoin de stabilité et d'apaisement. 

Passage de témoin

Autre détail qui assimile les destins de Bernadette Chirac et Brigitte Macron, le fait que la seconde ait repris l'association de la première, la Fondation des hôpitaux de Paris. Comme l'avait révélé Le Parisien, c'est par courrier que l'épouse de Jacques Chirac a formulé cette proposition, tirant sa révérence après 25 ans de travail caritatif. 

"Ces deux dernières années, Madame Bernadette Chirac a eu l'occasion de mesurer et d'apprécier la volonté et l'engagement de Madame Brigitte Macron au service des Français et notamment à l'égard des plus vulnérables d'entre eux", précisait encore le communiqué.

Même s'il recèle une teneur avant tout symbolique, ce passage de témoin donne une indication du rôle que peut occuper l'actuelle première dame d'ici là fin du quinquennat d'Emmanuel Macron. 

dossier :

Brigitte Macron

Jules Pecnard