BFMTV

Régionales: Xavier Bertrand menacé dans les Hauts-de-France, d'après un dernier sondage

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, en campagne pour sa réélection, le 3 mai 2021 à Maubeuge

Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, en campagne pour sa réélection, le 3 mai 2021 à Maubeuge - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI, Xavier Bertrand et le candidat RN seraient au coude-à-coude dans l'éventualité d'un deuxième tour à quatre listes pour les élections régionales en Hauts-de-France.

La victoire aux élections régionales n'est pas certaine pour l'actuel président des Hauts-de-France. D'après une enquête Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI, Xavier Bertrand est donné en tête au premier tour avec 34% des intentions de vote contre 32% pour la liste Rassemblement national.

Mais au deuxième tour, la position du candidat ex-Les Républicains pourrait être menacée dans le cas où les listes portées par le secrétaire d'État Laurent Pietraszewski (LaREM) et par Karima Delli (candidate de l'union de la gauche, LFI-PCF-PS-EELV) seraient présentes. Selon le sondage, ces dernières recevraient respectivement 10% et 20% des intentions de vote. Xavier Bertrand est alors donné à égalité à 35% avec le candidat RN Sébastien Chenu.

L'absence d'une liste LaREM serait favorable à Xavier Bertrand

Ce scrutin est important pour Xavier Bertrand qui a lié sa candidature à l'élection présidentielle à une victoire aux régionales. Sur notre antenne en mai dernier, il a affirmé ne vouloir "pas d'arrangement, pas de confusion" après la controverse sur l'accord annulé entre Renaud Muselier et la liste LaREM en PACA.

"J'ai la conviction que nous pouvons gagner et que nous allons gagner seuls", a affirmé le président de la région Hauts-de-France.

Mais l'absence d'une liste LaREM au deuxième tour des régionales serait synonyme d'une large victoire pour Xavier Bertrand avec 43% des intentions de vote contre 35% pour le RN.

"Face à la possibilité d'une victoire du RN, des électeurs macronistes et des électeurs de gauche pourraient en effet se mobiliser pour Bertrand", explique à nos confrères du Figaro Frédéric Dabi, le directeur général de l'Ifop.

Marine Langlois