BFMTV

Présidentielle: Mélenchon ne "votera pas FN" mais ne donne pas de consigne

"Mais pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire", a-t-il ajouté, sous-entendant qu'il voterait lui-même pour Emmanuel Macron au deuxième tour.

Dans un message vidéo publié sur sa chaîne Youtube ce vendredi, Jean-Luc Mélenchon a réaffirmé qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le deuxième tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

"Mais franchement, est-ce qu’il y a une seule personne qui doute du fait que je ne voterai pas Front national? (...). Le doute n'existe pas sur ce que va être mon vote", a toutefois précisé le candidat de la France insoumise. Manière de sous-entendre, sans le formaliser explicitement, qu'il votera pour Emmanuel Macron.

"Ce ce que je vais voter, je ne vais pas le dire. Mais il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire", a-t-il encore ajouté.

"Je ne suis pas un gourou"

Jean-Luc Mélenchon, qui a fini quatrième au premier tour (avec 19,6% des voix), a d'ailleurs explicité son choix de garder le secret sur son vote et de ne pas donner de consigne à ses électeurs.

Pour l'eurodéputé, il s'agit avant tout de maintenir la cohésion du mouvement de la France insoumise dans la perspective des législatives à venir. Il a développé:

"Pourquoi je ne le dis pas (son vote)? Pour que vous puissiez rester regroupés. Pour que chacun d’entre vous, quelle que soit la décision qu’il va prendre, il puisse rester en cohérence avec le vote qu’il a fait à la présidentielle pour moi. Qu’il puisse continuer à être fier de son vote. Qu’il n’est pas été démenti par son candidat (…). Si je le fais, je vous divise. A quoi ça servira? Vous n’avez pas besoin de moi pour savoir ce que vous avez à faire. Je ne suis pas un gourou, je suis un responsable politique qui essaye d’éclairer le chemin et de porter la parole des autres".

"Vous ne me tordrez pas le bras"

A propos de la consultation en ligne menée en ce moment auprès des "insoumis" sur leur choix concernant le second tour, Jean-Luc Mélenchon a rappelé que l'option du vote Marine Le Pen n'était pas proposé.

A ceux qui l'ont accusé d'aider indirectement la candidate du FN en ne prenant pas parti pour Emmanuel Macron, l'ex-socialiste a répondu:

"Vous ne me tordrez pas les bras. Et vous ne le tordrez pas aux millions de gens qui m’ont fait l’honneur de voter pour moi dans cette élection".

Il mènera la bataille des législatives

Jean-Luc Mélenchon a en outre annoncé qu'il mènerait lui-même la bataille pour les élections législatives. Il a conclu son allocution sur une note d'optimisme:

"Ça va bien, ma santé est bonne, je ne me retire pas de la vie politique, je ne pars pas en retraite, je ne suis pas dépressif, je suis au combat et j’y reste".
G. de V.