BFMTV

Présidentielle 2022: Hélène Thouy, co-présidente du Parti animaliste, annonce sa candidature

Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 1er juillet 2021.

Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, annonce sa candidature à l'élection présidentielle, le 1er juillet 2021. - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Hélène Thouy, co-fondatrice et co-présidente du Parti animaliste, avocate de formation, a déclaré ce jeudi sa candidature à l'élection présidentielle de 2022 au cours d'une conférence de presse.

La présidentielle 2022 n'est que dans un peu plus de dix mois, mais celle-ci voit déjà affluer les prétendants. Il y a les candidats dont le départ en campagne ne fait à peu près aucun doute, comme Emmanuel Macron. Il y a ceux dont on parle et qui en rêvent, au premier rang desquels on trouve des personnalités aussi dissemblables qu'Eric Zemmour et Anne Hidalgo. Et il y a bien sûr les aspirants déclarés, officiels, dont Xavier Bertrand, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

L'avocate Hélène Thouy, co-fondatrice et co-présidente du Parti animaliste vient de rejoindre ce dernier cercle, en annonçant sa candidature à la présidentielle au cours d'une conférence de presse tenue ce jeudi matin.

"Je suis candidate à l’élection présidentielle de 2022. C’est une immense fierté de pouvoir défendre les intérêts des animaux. Ma candidature, clairement ciblée sur la cause animale, a pour but d'imposer cette question dans le débat national", a-t-elle depuis synthétisé sur Twitter.

"Le tournant" des européennes de 2019

Aux européennes de 2019, son parti avait surpris en recueillant un score un peu supérieur à 2% des suffrages exprimés. La candidate est d'ailleurs revenue sur cet événement qu'elle considère comme un "tournant" au cours de son point-presse:

"Le score de 2,17 % obtenu par le Parti animaliste lors des européennes de 2019 a constitué un tournant. Ce score, obtenu sans moyens financiers, sans médiatisation mais avec de nombreux obstacles, a surpris les autres formations politiques."

Après l'évocation de ce succès d'estime, Hélène Thouy a ironisé sur les promesses faites et non tenues selon elle par l'exécutif afin d'améliorer la condition animale. Elle a enchaîné: "Et que dire du privilège inique accordé aux chasseurs en plein confinement: ils étaient les seuls à pouvoir s’adonner à leur loisir mortifère alors que nous, habitants des campagnes, nous étions astreints à ne pas sortir sous peine de sanction!"

Pour un ministère de la Condition animale

Assurant que ce sont les militants du Parti animaliste qui l'ont désignée "il y a quelques semaines", elle a pris appui sur cette saillie anti-chasse pour replacer son mouvement dans le long cours de l'histoire de France: "La France, c’est l’esprit critique, c’est la force de s’élever contre des traditions dépassées, ineptes et injustes, contre l’arbitraire des privilèges ; c’est la lucidité d’abandonner ce qui ne va pas, ce qui ne va plus."

Une généalogie qu'elle a étoffée d'un volet culturel. "La France, c’est l’éthique animale portée par les plus brillants esprits du siècle des Lumières, par les Jean-Jacques Rousseau, par les Condorcet, par les Voltaire, et par tant d’autres qui ont façonné nos institutions et éclairé notre esprit", a-t-elle ainsi repris.

Mais Hélène Thouy voulait aussi son intervention programmatique. Aussi a-t-elle dévoilé les mesures qu'elle souhaite incarner en priorité. "La première est réclamée par une majorité de nos concitoyens depuis longtemps déjà: la création d’un ministère de la Condition animale", a-t-elle attaqué.

Plus profondément, elle milite pour une "remise à plat de notre modèle agricole". "Il faut en particulier réévaluer notre attachement irrationnel aux produits d’origine animale et valoriser les protéines végétales, plus digestes et moins cancérigènes", a-t-elle pointé. "Le Parti animaliste porte également, et logiquement, la fin pure et simple de l’élevage industriel et intensif", a encore plaidé l'avocate.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV