BFMTV

Le service militaire va-t-il s'inviter dans la campagne présidentielle?

Le rétablissement du service militaire obligatoire fait partie du programme de certains candidats à la présidentielle (photo d'illustration)

Le rétablissement du service militaire obligatoire fait partie du programme de certains candidats à la présidentielle (photo d'illustration) - AFP

L'idée de remettre en place le service militaire connaît actuellement un regain de popularité. A l'image de Nicolas Sarkozy, certains politiques, de droite comme de gauche, se sont emparés de l'idée.

Réponse au décrochage scolaire pour les uns, garant de la mixité pour les autres, le rétablissement du service militaire obligatoire fait partie des programmes de certains candidats à la présidentielle. Sur fond de menace terroriste, ils parient sur l'adhésion des Français à un dispositif disparu depuis 20 ans.

Une solution pédagogique pour Sarkozy

Nicolas Sarkozy veut conduire les décrocheurs du système scolaire vers la discipline militaire. Le candidat à la primaire de la droite et du centre a lancé, ce mercredi devant le Medef : 

"Tout jeune de 18 ans qui n’aura pas d’emploi ou qui n’aura pas de formation se verra obligé de participer à un service militaire".

L'ancien chef de l'Etat voit donc dans le service militaire une solution face au décrochage scolaire et au déficit de formation professionnelle.

Obligatoire aussi pour Marine Le Pen, le service militaire serait cette fois destiné à tous les jeunes majeurs. Le 1er mai dernier, elle évoquait un service d'une durée de six mois. 

Depuis les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher en janvier 2015, Marine Le Pen a revu sa proposition à la hausse. A l'époque, elle estimait qu'il était nécessaire de rétablir un service militaire de trois mois. Dans son programme de campagne en 2012, Marine Le Pen proposait un mois de service obligatoire. 

Juppé et Le Maire opposés à la contrainte

Une opinion qui n'est pas partagée par tous à droite. Alain Juppé par exemple, est opposé au rétablissement d'un service militaire, le maire de Bordeaux détaille dans son programme : 

"Il n’est pas concevable d’imposer aux armées d’incorporer chaque année, pour une durée limitée et un emploi étranger au besoin réel des forces, un nombre considérable de nos jeunes au nom d’une mission d’intégration civique et de brassage social qui incombe fondamentalement à l’école de la République.

Même chose pour Bruno Le Maire, qui ne voit pas de solution dans la contrainte de la conscription. Au Figaro, le candidat à la primaire de la droite et du centre proposait un "renforcement des services militaires volontaires ou adaptés, mais toujours sur la base du volontariat". Le député de l'Eure estime que: 

"Rétablir un service militaire obligatoire serait irréaliste et pénalisant pour nos armées professionnelles comme pour nos jeunes". 

Montebourg veut ressouder le pays

La gauche aussi s'empare de l'idée. Arnaud Montebourg a détaillé dans son "projet France", la mise en place d'un service militaire et civil obligatoire de six mois.

Sur RTL, le candidat et ancien ministre en évaluait le coût à 3 milliards d'euros par an. Mais pour lui, c'est :

"L'investissement que le pays peut faire dans ce que j'appelle refaire France, c'est-à-dire se remettre ensemble, que l'on soit fils de riche, fils de pauvre, quelque soit sa religion". 

Les Français sont pour

Les Français semblent, quant à eux, apprécier l'idée. Selon un sondage IFOP pour Le Parisien, 70% des Français souhaitaient un retour du service militaire en février dernier. Après les attaques du 13 novembre, les volontaires étaient nombreux à se présenter aux portes des centres de recrutement. Mais sur une estimation de 160.000 candidatures, seulement 10% des postulants intégraient définitivement l'armée. 
M.L.