BFMTV

L'ombre d'Éric Zemmour plane sur le début de campagne de Marine Le Pen

Pour sa rentrée politique hier à Fréjus, Marine Le Pen a tenu un discours très offensif pour tenter de contrer l'offensive d'Éric Zemmour.

Pour sa rentrée politique hier à Fréjus, Marine Le Pen n'a pas évoqué le nom qui fâche, celui d'Éric Zemmour. A la place, elle a décliné les classiques du parti: défense de "la civilisation française"et des "libertés", "référendum sur l'immigration"... Des accents très droitiers, loin d'un éventuel recentrage de son discours pourtant souvent évoqué.

Et pour cause, le polémiste a beau n'être qu'à 8% dans les sondages et la candidature du RN systématiquement au second tour, sa probable candidature à la présidentielle est un vrai handicap.

Les attaques du polémiste

Le chroniqueur n'a en effet cessé de viser la candidate ces dernières semaines.

"Voter Marine Le Pen, c'est voter Emmanuel Macron", a ainsi estimé Éric Zemmour sur France 2 dimanche. "Tout le monde au RN a compris que Marine Le Pen ne gagnerait jamais", avait-il déjà affirmé fin août lors de l'université d'été du micro-parti Objectif France.

Au RN, les craintes sont claires: celles que leurs électeurs ne glissent finalement un bulletin dans l'urne pour Éric Zemmour.

Empêcher Marine Le Pen d'être au second tour

Les militants, interrogés dans les travées hier, confirment.

"Il peut être un problème pour sauver la France et pour faire élire Marine", estime ainsi une sympathisante au micro de BFMTV.

Officiellement, l'état-major du parti ne s'inquiète pas.

"Je n'ai pas entendu de solutions, je n'ai pas entendu de projet politique. Quand on se présente à l'élection présidentielle, c'est pour mettre en oeuvre un projet", juge Jordan Bardella, qui vient de remplacer Marine Le Pen à la tête du RN, à notre micro.

Pour autant, en coulisses, on s'active. Le vice-président du RN, Louis Aliot a par exemple appelé Eric Zemmour à se retirer au profit de Marine Le Pen sur BFMTV. Robert Ménard, lui, s'est dit prêt à organiser un rendez-vous entre les deux personnalités - sans succès pour l'instant.

Éric Zemmour, en pleine tournée promotionnelle pour son livre, La France n'a pas dit son dernier mot, pourrait annoncer sa candidature dans les jours prochains.

Léopold Audebert, avec Marie-Pierre Bourgeois