BFMTV

Fiscal Kombat: Mélenchon lance son jeu vidéo de campagne

Jean-Luc Mélenchon, héros de jeu video.

Jean-Luc Mélenchon, héros de jeu video. - Capture d'écran Twitter "Fiscal Kombat"

Le candidat de La France insoumise y incarne un héros confisquant de l’argent aux riches pour construire le budget de son quinquennat.

Après Mélenchon l’hologramme, Mélenchon le youtubeur, voilà Mélenchon le héros du "gaming". Le candidat de La France insoumise à la présidentielle sort ce vendredi son propre jeu vidéo de campagne (disponible sur un site dédié en fin d’après-midi). Dans ce jeu inspiré du célèbre Mortal Kombat, le héros incarné par Jean-Luc Mélenchon doit délester un maximum d’oligarques de leur argent.

"On les capture, on les secoue et ça fait tomber des euros. Et les euros, on peut les mettre dans le pot commun", expliquait le député européen dans sa vingt-troisième Revue de la semaine sur sa chaîne Youtube. Objectif: récolter la somme de 279 milliards d’euros, censée figurer le budget du quinquennat version Mélenchon.

"Une métaphore de notre programme"

"Secouez-les tous!", intime le slogan du jeu dans une référence cette fois à Pokémon. "C’est une métaphore de notre programme, qui propose de mieux répartir les richesses", explique à BFMTV.com Antoine Léaument, le responsable de la communication numérique de l’eurodéputé.

Dans son projet, Jean-Luc Mélenchon propose une "révolution fiscale" impliquant une lutte renforcée contre les fraudeurs du fisc et un taux marginal d’imposition de 90% sur les revenus supérieurs à 400.000 euros par an.

Macron, Fillon ou Gattaz comme adversaires

Dans le rôle des riches détroussés par le candidat-justicier, des figures familières de l’univers politique et financier: Pierre Gattaz, le patron du Medef, Jérôme Cahuzac, l’ex-ministre du Budget de François Hollande condamné pour fraude fiscale, la milliardaire Liliane Bettencourt, Nicolas Sarkozy mais aussi les adversaires de Jean-Luc Mélenchon dans la course à l’Elysée. A savoir Emmanuel Macron ou François Fillon. Pas de Marine Le Pen, en revanche, les créateurs du jeu n’ayant pas souhaité représenter la candidate du FN, selon Europe 1.

Quatre mois de travail

Les auteurs de Fiscal Kombat, une dizaine de développeurs, graphistes ou musiciens, sont des "militants numériques auto-organisés", précise Antoine Léaument. Concrètement, il s’agit de sympathisants de La France insoumise qui ne font pas partie de l’équipe de campagne. Ils ont travaillé sur le projet pendant quatre mois de manière autonome.

Ce qui n’a pas empêché Jean-Luc Mélenchon de suivre de près l’opération. Le porte-parole des Insoumis a même testé le jeu dont il est le personnage principal. Dans une vidéo mise en ligne sur sa chaîne Youtube au moment du lancement de Fiscal Kombat, ce vendredi aux alentours de 18h, on pourra voir l’ancien socialiste tenter de marquer des points en manœuvrant son double virtuel, nous confie Antoine Léaument.

"Une porte d'entrée" sur la politique

Au-delà de l’aspect ludique, cette nouvelle forme de communication politique peut-elle avoir un impact auprès de l’électorat? Le militant mélenchonien est en convaincu:

"Les jeunes sont parmi les plus abstentionnistes, donc c’est une bonne manière de toucher ceux qui sont les plus gros utilisateurs de jeux vidéo. C’est une porte d’entrée pour les gens qui ne lisent pas la presse, ne regardent jamais une émission politique. Peut-être qu’après y avoir joué, ils iront s’intéresser à notre programme".

Antoine Léaument vante aussi une "vision positive" du jeu vidéo, loin des discours négatifs "sur le jeu vidéo qui abrutit". Jean-Luc Mélenchon a défendu à plusieurs reprises le jeu vidéo comme produit de loisir mais aussi en tant que secteur économique porteur pour la France.

G. de V.