BFMTV
Présidentielle
en direct

Présidentielle: Jadot précise sa proposition de réduction des vacances scolaires

Présidentielle: Jadot précise sa proposition de réduction des vacances scolaires

Le candidat écologiste à la présidentielle française Yannick Jadot dans son local de campagne à Paris, le 21 mars 2022

Moins de deux semaines avant le premier tour. Ce lundi, la campagne officielle commence, et Emmanuel Macron se déplace à Dijon.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com.

Valérie Pécresse, testée négative au Covid-19, va reprendre sa campagne ce mardi à Lille

Après plusieurs jours de campagne à distance, à cause d'une contamination au Covid-19, Valérie Pécresse va pouvoir reprendre son programme comme prévu. La candidate a été testée négative ce lundi. Elle est attendue dès mardi dans la métropole lilloise.

Yannick Jadot précise sa proposition de réduire les vacances scolaires

Après sa proposition de réduire les vacances scolaires pour les enfants et les enseignants, Yannick Jadot a précisé son point de vue lors d'une interview sur France 2.

Selon lui, les journées classiques sont trop dures pour les enfants, et les alléger pour les étaler sur une partie des vacances scolaires pourrait être une solution.

"Oui, je veux changer avec les enseignants les temps scolaires. Si, à un moment donné, il faut renier quelques jours sur les vacances scolaires pour aller faire une semaine verte, aller dans la nature, dans les musées, faire du sport, je pense que ce serait de bonne intelligence de réduire des journées dures pour les enfants et qui parfois ne les épanouissent pas totalement", déclare Yannick Jadot.

Jean Lassalle veut "accentuer le statut d'autonomie" en Corse

En campagne en Corse, Jean Lassalle s'est présenté lundi en "homme de paix" en marge d'une signature de livres à Ajaccio, expliquant vouloir pour l'île de Beauté "accentuer le statut d'autonomie" en maîtrisant notamment "le foncier".

"D'abord, je viens respirer en Corse", a déclaré aux médias le candidat du mouvement "Résistons". "Je trouve ici une forme d'authenticité et de vérité et je sais combien vous êtes touchés en ce moment et combien l'accident, je ne sais comment il faut l'appeler (en référence à la mort d'Yvan Colonna: ndlr), fait rejaillir tout ce qu'il y a pu y avoir de difficile et de douloureux sur cette île alors que tant de progrès ont été réalisés par ailleurs".

"Pour la Corse, je pense qu'il faut accentuer le statut d'autonomie, indépendamment de ce qui se passe", a ajouté le député des Pyrénées-Atlantiques qui siège à l'Assemblée nationale avec les députés nationalistes corses au sein du groupe "Libertés et Territoires". Il est l'un des candidats qui a obtenu le plus de parrainages de maires en Corse.

Le Pen réduit son écart avec Macron, toujours en tête au 1er tour selon un sondage

Marine Le Pen ressert l'écart avec le président sortant Emmanuel Macron, toujours en tête des intentions de vote au premier tour de la présidentielle et stable sous la barre des 30%, selon un sondage "rolling" Ifop-Fiducial publié lundi.

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen rassemble désormais 21% des intentions de vote, un progrès de 2,5 point en une semaine, derrière Emmanuel Macron, toujours en tête au premier tour avec une avance confortable (28%), selon cette étude réalisée pour Paris Match, LCI et Sud Radio.

Au second tour, le candidat LREM l'emporterait par 53% des suffrages face à Mme Le Pen (47%). Il y a une semaine, le même institut présentait dans la cette configuration un scénario où le président sortant l'emportait par 56% contre 44%.

Derrière le duo de tête, le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon garde la troisième place avec un score stable (14%). L'érosion du score du candidat Reconquête Éric Zemmour se poursuit (11%, -1,5 point), désormais à égalité avec la candidate LR Valérie Pécresse.

"Macron assassin": Marion Maréchal dénonce une polémique "montée en épingle" après le meeting d'Éric Zemmour

Alors qu'Éric Zemmour fait face à une polémique pour des cris "Macron assassin" scandés lors de son meeting au Trocadéro ce dimanche, Marion Maréchal est montée au créneau pour le défendre.

"Ce qui n'aurait dû être qu'une information accessoire est montée en épingle de toute pièce pour transformer ce sujet en 'polémique' de campagne", dénonce celle qui a décidé de soutenir le candidat à la présidentielle.

Selon elle, les critiques liées à ces chants sont un symbole "de l'inquiétude que suscité Éric Zemmour dans sa capacité à perturber un scénario électoral bien huilé".

"Quand on marche, il faut deux jambes, la droite et la gauche": Macron se défend de mener une politique de droite

Emmanuel Macron s'est défendu lundi de mener une politique de droite, en promouvant "la cohérence" de son "engagement", au cours d'un déplacement de campagne à Dijon, où il a été interpellé sur le pouvoir d'achat et l'Ukraine.

"Quand on marche, il faut deux jambes, la droite et la gauche, et il faut mettre l'une après l'autre pour pouvoir avancer", a expliqué le président candidat, une semaine après avoir présenté un programme qui a été considéré par certains comme penchant à droite.

Selon lui, la France "a besoin" à la fois de "mesures de couleur de droite" et "de gauche". "Ces cinq dernières années l'ont montré. On a fait des réformes que les gens venant de la droite n'avaient jamais voulu, ou pu, ou su faire ; et elles nous ont permis de financer des politiques sociales que les gens de gauche n'avaient jamais faites", a-t-il affirmé.

"Candidat malentendant": Mélenchon tacle Macron qui "insulte à partir d'un handicap"

"Insulter à partir d'un handicap, on en est encore là en 2022?", s'est offusqué Jean-Luc Mélenchon ce lundi sur Twitter.

Le candidat insoumis à la présidentielle réagissait à la passe d'armes entre Emmanuel Macron et Éric Zemmour, après que des partisans de ce dernier ont scandé dimanche en meeting "Macron assassin". Des phrases qu'Éric Zemmour affirme ne pas avoir entendues.

Le président-candidat avait taclé Éric Zemmour ce lundi matin, soulevant "deux hypothèses":

"La première c'est l'indignité, qui me semble la plus crédible. Mais ça n'est pas une surprise. La deuxième c'est la méconnaissance d'une réforme très importante du quinquennat, le 100% santé. Maintenant les prothèses auditives, les lunettes et les prothèses dentaires sont remboursées par la sécurité Sociale. 10 millions de Françaises et de Français ont eu accès à cela, ça fait partie de mon bilan, c'est un bilan social dont je suis fier. Et j'invite le candidat malentendant à pouvoir s'équiper à moindre frais", avait lancé Emmanuel Macron.

"Décidément! Pas un pour rattraper l'autre!", a ajouté Jean-Luc Mélenchon dans son tweet à l'égard d'Emmanuel Macron et d'Éric Zemmour.

"Macron assassin": Zemmour répond à Macron et dénonce un "mauvais procès"

Le candidat de "Reconquête" a réagi auprès de BFMTV aux propos d'Emmanuel Macron, qui a dénoncé "l'indignité" du "candidat malen tendant", après les cris "Macron assassin" au meeting du Trocadéro dimanche. Eric Zemmour a de nouveau assuré ne pas avoir entendu les cris de la foule.

"Je n’ai pas entendu ces propos. Tout simplement. Donc évidemment je ne les cautionne pas", s'est-il défendu, avant de dénoncer "une mauvaise polémique, une polémique minable, parce que les journalistes et les politiques ne veulent pas voir la réalité".

"Il (Emmanuel Macron, NDLR) sait très bien, lui, il a déjà fait des meetings, il sait très bien qu’on entend pas tout ce qui se passe. Il sait bien qu’à la tribune on entend pas tout ce qui se dit. Ce sont des mauvais procès. On parle d’une chose mineure", a-t-il dit en réaction aux propos du président-candidat.

Quant à l'ironie du chef de l'Etat, qui l'a qualifié de "candidat malentendant", Eric Zemmour a dénoncé une "plaisanterie de garçon de bains".

"Macron assassin" pas entendus par Zemmour? Le chef de l'État invite "le candidat malentendant" à s'équiper "à moindre frais"

Interrogé sur les cris de "Macron assassin" entendus par tous au meeting d'Éric Zemmour, sauf par le candidat Reconquête, l'intéressé a manié l'ironie, profitant de l'occasion pour mettre en avant son bilan de président sortant.

"Il y a deux hypothèses. La première c'est l'indignité, qui me semble la plus crédible. Mais ça n'est pas une surprise. La deuxième c'est la méconnaissance d'une réforme très importante du quinquennat, le 100% santé. Maintenant les prothèses auditives, les lunettes et les prothèses dentaires sont remboursées par la sécurité sociale. 10 millions de Françaises et de Français ont eu accès à cela, ça fait partie de mon bilan, c'est un bilan social dont je suis fier", a avancé Emmanuel Macron.

"J'invite le candidat malentendant à pouvoir s'équiper à moindre frais", a-t-il conclu.

Nicolas Dupont-Aignan mène "probablement" sa dernière campagne présidentielle

"C'est probablement la dernière" campagne présidentielle qu'il mènera, a déclaré à France Inter Nicolas Dupont-Aignan ce lundi, dont c'est la troisième campagne.

"Je défends des convictions qui je crois ne sont pas assez représentées dans mon pays", a expliqué le président de Debout la France, crédité entre 1% et 2% des intentions de vote.

"J'ai lutté toujours pour l'indépendance de mon pays, j'ai beaucoup milité pour la liberté pendant la crise du Covid", a rappelé le candidat souverainiste.

"Si les Français ne vont pas voter, c'est clair que Macron sera élu", a aussi averti Nicolas Dupont-Aignan, mettant en garde contre les sondages "faits sur les 50% de votants qui disent être sûrs d'aller voter. Comme il y a de plus en plus d'abstention possible, (les instituts de sondages) sont dans le brouillard."

"La géographie, j'ai toujours eu du mal", admet Jadot après avoir confondu l'Estonie et la Lituanie sur une carte

Interrogé ce lundi sur Europe 1 sur une séquence de l'émission Au Tableau de C8, diffusée dimanche et dans laquelle on le voit, interrogé par des élèves sur les capitales européennes, confondre l'Estonie et la Lituanie, Yannick Jadot a reconnu avoir "du mal" avec la géographie.

Dans la séquence, interrogé sur les capitales de la Bulgarie et de la Roumanie, Yannick Jadot répond alors: "Vous m'avez dit dans l'Union européenne", contredit par les élèves qui lui disent: "C'est dans l'Union européenne."

"J'avoue que notamment les pays baltes, j'ai toujours eu du mal", a admis le candidat écologiste à la présidentielle au sujet de la géographie.
"J'adore l'histoire mais j'avoue que à l'école, sur la géographie, j'ai toujours eu du mal", a-t-il poursuivi. "J'ai un globe chez moi, je le regarde en permanence, mais c'est vrai que sur les pays baltes, sur l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie, j'ai toujours du mal à les placer dans le bon ordre", a continué le député européen.

>> Retrouvez notre article

Marine Le Pen prise à partie en Guadeloupe: Louis Aliot dénonce une "complicité de la part de l'Etat"

Des manifestants ont perturbé samedi soir la visite de Marine Le Pen en Guadeloupe, contraignant la candidate à interrompre l'enregistrement d'une interview. 

"Où étaient les gendarmes pour protéger l'hôtel? On voit bien qu'il y a là une complicité de la part des autorités", a estimé Louis Aliot, maire RN de Perpignan ce matin sur France 2.

Emmanuel Macron a condamné cette prise à partie.

"Macron assassin": "la présidentielle n'est pas un match de boxe", juge Fabien Roussel

Le candidat communiste est revenu sur les propos tenus lors du meeting d'Eric Zemmour ce dimanche au Trocadéro. Des partisans ont crié "Macron assassin" pendant une dizaine de secondes.

"Ce n'est pas comme ça qu'on mène une campagne (...) Ce n'est pas un match de boxe. Moi, je souhaite qu'on mène une campagne projet contre projet", a expliqué Fabien Roussel ce matin sur CNEWS.

Abstention: Philippe Poutou la juge "légitime", dénonçant des élections "pas crédibles"

Alors que l'abstention pourrait battre des records à l'occasion du premier et du second tour de la présidentielle, Philippe Poutou dit la comprendre.

"Il n'y a plus de crédibilité dans les élections ou de moins en moins. Il n'y a plus de vote de confiance, il y a quelque chose de très légitime qui s'explique là", a avancé le candidat du Nouveau parti anticapitaliste ce matin sur France info.

CRS qui auraient chanté la Marseillaise en Corse en même temps que les obsèques d'Yvan Colonna: "Si c'est vrai, c'est une provocation", estime Yannick Jadot

Yannick Jadot a réagi ce lundi matin, interrogé sur Europe 1, à la vidéo non-authentifiée qui circule, qui aurait été tournée le jour des obsèques d'Yvan Colonna au sein du cantonnement de CRS de Furiani, où l'on entend une Marseillaise sans distinguer les personnes présentes. La séquence provoque l'indignation des milieux nationalistes corses depuis samedi.

"Je ne sais pas ce qu'il s'est passé (...), vous ne faites pas ça aux obsèques de Colonna, si c'est vrai c'est une provocation", a estimé ce lundi le candidat écologiste à la présidentielle.

"Vous ne chantez pas (la Marseillaise) quand vous êtes sur la mort de quelqu'un, parce que ça a été construit comme une provocation si c'est vrai. Et je n'ose pas imaginer que ce soit une instruction qu'ils aient reçue. Moi je suis contre toutes les violences, je dis que ça fait des années qu'on doit construire avec la Corse cette relation apaisée", a poursuivi Yannick Jadot.

Valérie Pécresse propose de pousser la remise sur le carburant à 25 cts par litre

Valérie Pécresse propose d'aller plus loin, sur la remise décidée par le gouvernement sur les pris du carburant, en pleine flambée des prix de l'énergie. "Sur l'essence, moi ce que je souhaite, c'est que l'État rendre l'intégralité des hausses de taxes qu'il a percçues grâce à la hausse des prix de l'essence", propose la candidate des Républicains.

"On me dit que c'est 25 centimes, il [l'Etat, NDRL] ne veut rendre que 15 centimes. J'ai été un peu entendue sur ce point, puisqu'il semble qu'on soit en train de passer de 15 à 18 centimes restitués aux Français, moi je restituerais 25 centimes, promet-elle."

Elle poursuit: "Je permettrais aux entreprises qui veulent faire des chèques essences, de défiscaliser ces chèques essences comme on peut défiscaliser les chèques restaurants."

"Total, par ses activités, finance l'effort de guerre de Poutine", estime Yannick Jadot

"Le groupe Total en Russie, ils ont des partenariats avec des entreprises qui sont tres liées aux cercles les plus restreints de Vladimir Poutine, avec des personnes qui sont sous sanctions internationales aujourd'hui, alors oui, Total, par ses activités, finance l'effort de guerre de Poutine", a estimé ce lundi Yannick Jadot sur Europe 1.

La semaine passée, le candidat écologiste avait accusé Total, qui refuse de quitter la Russie malgré la guerre, de complicité de crime de guerre. Patrick Pouyanné, le PDG de TotalÉnergies, a annoncé une plainte en diffamation.

"Quand il plagie mes réformes, c'est du mauvais plagiat": Valérie Pécresse étrille Emmanuel Macron

Valérie Pécresse a accusé à plusieurs reprises Emmanuel Macron d'avoir "plagié" son programme. Elle persiste et signe à nouveau.

"Quand il plagie mes réformes, ce sont des mauvais plagiats. Il a déjà fait une reculade sur les retraites. Il a dit hier (sur France 3 NDLR) que ce ne serait pas la priorité. (...) Emmanuel Macron est un illusionniste", estime la candidate des LR ce matin sur BFMTV.

"Macron assassin!": pour Valérie Pécresse, Éric Zemmour "est totalement discrédité"

Valérie Pécresse, est l'invitée de Questions de confiance, notre nouvelle interview quotidienne jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle.

La candidate des Républicains condamne de nouveau les propos qui ont été scandés, ce dimanche, lors du meeting du Trocadéro d'Éric Zemmour, lieu symbolique de la droite française. "C'est une usurpation totale, et un certain nombre des participants des meetings du Trocadéro [Sarkozy en 2012, Fillon en 2017, NDLR] ont dit qu'ils n'étaient pas de cette droite-là", tient a se démarquer notre invitée.

Quant au message "Macron assassin!" hurlé de longues secondes par certains partisans du candidat de Reconquête!, Valérie Pécresse ne se dit pas surprise: "Ce meeting a été tristement révélateur de ce qu'est Éric Zemmour. Éric Zemmour a un discours qui attise la violence, et il n'est pas capable de la contrôler", commente-t-elle.

"Or", poursuit-elle, "un président de la République doit être capable de maîtriser ses supporters. Éric Zemmour est totalement discrédité pour pouvoir président de la France. On ne laisse pas dire ces choses-là dans un meeting."

"Macron assassin": Yannick Jadot dénonce un "message indigne"

Interrogé ce lundi sur Europe 1 au sujet de la phrase "Macron assassin" scandée dimanche place du Trocadéro par des partisans d'Éric Zemmour lors d'un meeting du candidat d'extrême droite, Yannick Jadot dénonce un "message indigne".

"Le projet d'Emmanuel Macron n'est pas le mien (...) mais nous devons rester dans le cadre de la République", a lancé le candidat écologiste.

"Quand vous parlez dans un meeting, vous entendez très bien la foule", a également déclaré Yannick Jadot, en réaction au fait qu'Éric Zemmour a argué ne pas avoir entendu ses partisans.

"Macron assassin": "Soit Eric Zemmour ne tient pas ses militants, soit il cautionne ces propos", juge Gabriel Attal

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement est revenu sur le meeting du Trocadéro d'Eric Zemmour ce dimanche. "Macron assassin" a été scandé pendant une dizaine de secondes par les sympathisants du candidat.

"Soit il ne tient pas ses militants, soit il cautionne, dans les deux cas, c’est assez inquiétant. (...) Je soutiens un candidat qui a toujours appelé dans ses meetings en 2017 à la bienveillance, qui a refusé qu’on hue ces adversaires", a avancé le secrétaire d'Etat ce matin sur Public Sénat.

"Macron assassin": Nathalie Arthaud dénonce un "raccourci"

Alors que la phrase "Macron assassin" a été scandé lors du meeting d'Eric Zemmour hier au Trocadéro, Nathalie Arthaud le regrette.

"C'est un raccourci que je ne ferai pas, même si je pense que sur le terrorisme, les grandes puissances ont leur part de responsabilité", a jugé la canddiate de Lutte ouvrière ce matin sur RTL.

Emmanuel Macron en visite à Dijon ce lundi

Le président de la République Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle pour un second mandat, sera en déplacement ce lundi 28 mars à Dijon.

Avec le maire de la ville François Rebsamen et le sénateur François Patriat, Emmanuel Macron échangera avec des acteurs associatifs, rencontrera des lycéens, et se rendra dans l'école de cuisine du chef Thierry Marx.

Valérie Pécresse invitée de "Questions de confiance" sur BFMTV-RMC

La candidate LR répondra aux questions d'Apolline de Malherbe à partir de 8h30 sur BFMTV-RMC dans "Questions de confiance", le nouveau rendez-vous quotidien de cette campagne présidentielle.

Dans les autres matinales, les invités politiques seront:

• à partir de 7h19, sur RFI: Jérôme Rivière (R!)
• à partir de 7h40, sur RTL: Nathalie Arthaud (LO)
• à partir de 7h45, sur Radio J: Michèle Alliot-Marie (LR)
• à partir de 8h00, sur Public Sénat: Gabriel Attal (LREM)
• à partir de 8h10, sur France 2: Laurent Berger (CFDT)
• à partir de 8h13, sur Europe 1: Yannick Jadot (EELV)
• à partir de 8h30, sur France Info: Philippe Poutou (NPA)

La campagne officielle commence

C'est la dernière ligne droite avant le premier tour de l'élection: la campagne officielle commence.

Installation des affiches, envoi des professions de foi, mise en place de nouvelles règles de temps de parole... On fait le point sur ce qui change pendant cette période dans cet article.

Bonjour à tous!

Et bienvenue sur ce live consacré à l'actualité de la campagne présidentielle de ce lundi.

Par BFMTV