BFMTV

Emmanuel Macron et Nicolas Hulot, une relation douce-amère

Emmanuel Macron et Nicolas Hulot à Plévenon (Côtes d'Armor), le 20 juin 2018.

Emmanuel Macron et Nicolas Hulot à Plévenon (Côtes d'Armor), le 20 juin 2018. - FRED TANNEAU / AFP

Depuis le départ de Nicolas Hulot, les relations entre le président et son ex-ministre étaient inexistantes publiquement. Ils se rendent ensemble aujourd'hui au Congrès pour la nature à Marseille.

L’image est belle: Nicolas Hulot et Emmanuel Macron sur un bateau, en route pour les calanques de Marseille, à l'occasion du Congrès mondial de la nature.

À la faveur de son déplacement de 3 jours dans la cité phocéenne, le chef de l’État se rend en effet à cet événement de grande ampleur - le plus grand raout pour la biodiversité après les COP - avec, dans ses bagages, son ancien ministre.

Les deux hommes se seraient-ils rabibochés? L'ancien présentateur a en tout cas laissé des souvenirs douloureux dans la macronie.

Après la démission surprise de Nicolas Hulot en direct sur France inter en septembre 2018, la majorité présidentielle a tenu des propos très sévères à son encontre. François de Rugy, son successeur, lâche même en février 2021 dans Paris Match: "Nicolas Hulot, c'est le boulet de notre mandat."

Un dialogue ininterrompu malgré la démission

Les relations n'ont pourtant jamais cessé entre l'Élysée et la star d'Ushuaïa. "Ils ont continué à se parler. Même si c'est plutôt Hulot qui est en demande", raconte à BFMTV.com la journaliste Bérengère Bonte, auteure de Sain Nicolas (Editions aux moments), une biographie de Nicolas Hulot.

Daniel Cohn-Bendit nous le confirme. "Le problème de Nicolas Hulot, c'était plus Edouard Philippe, qui s'opposait à lui, qu'Emmanuel Macron. Les discussions fonctionnaient bien entre eux."

Le président de la République reste d'ailleurs le seul à avoir réussi à convaincre l'écologiste de rentrer dans un gouvernement. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande s'y sont tous cassé les dents.

"La rencontre entre le candidat d'En Marche et le passionné d'environnement, c'est celle de deux personnalités incandescentes qui ont les mêmes ondes et qui ont eu envie de faire du chemin ensemble", avance Thomas Friang, co-fondateur d'En commun, le courant politique de Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique.

Mais rapidement, il y a de la friture sur la ligne. Reculade sur la sortie du glyphosate en France à trois ans, manque d'ambition pour restreindre les perturbateurs endocriniens dans les produits de grande consommation, plainte pour viol qui le vise, finalement classée sans suite... Les difficultés s'enchaînent pour le ministre - jusqu'à sa démission.

Une personnalité inadaptée à la politique

La personnalité de Nicolas Hulot a d'ailleurs contribué à son échec, confie André Gattolin, sénateur LaREM passé par EELV. "L'homme médiatique qu'il est n'a jamais compris que la politique se faisait par les rapports de force. Il n'a jamais réussi à dominer son administration."

Avant d'ajouter: "Emmanuel Macron et lui n'ont pas le même logiciel politique. Le président s'est construit sur une matrice d'administration et de banquier. Hulot, lui, marche à l'intuition et aux débats médiatiques. Cela ne pouvait que ne pas fonctionner et nécessiter une rupture."

Après plus de deux ans de silence sur la scène politique, le dialogue avec la macronie semble pourtant reprendre officiellement en juin 2020 avec la publication d'une tribune de Nicolas Hulot, Le temps est venu.

Pendant la promotion de ce texte qui décline 100 principes et 5 propositions, l'animateur télé tend à nouveau la main à la majorité présidentielle. Dans C Politique, l'écolo défend "un gouvernement d’unité nationale ouvert et fédérateur" - pas si loin de la grande alliance progressiste chère à La République en Marche.

Même les critiques autour de la loi climat, jugée peu ambitieuse, se font mezza voce. "On n'est pas fâchés, on est seulement déçus de ne pas s'être mieux compris", déclare Nicolas Hulot sur le plateau de Quotidien en février dernier.

Des arrières-pensées pour revenir dans le jeu

Puis vient la rencontre de ce jour entre Emmanuel Macron et Nicolas Hulot lors du Congrès pour la nature - leur premier rendez-vous officiel depuis la démission de l'ancien ministre.

Le président d'honneur de la Fondation pour la nature et l'homme serait-il à nouveau à la recherche de lumière médiatique? Non, répond Noël Mamère, ancien candidat des Verts à la présidentielle de 2002. "Il est présent sans calcul politique. Il a beaucoup contribué à l'organisation de cet événement quand il était ministre. C'est logique qu'il y participe."

Un point de vue que nuance la journaliste Bérengère Bonte. "On peut s'interroger sur ce calendrier. Nicolas Hulot essaie-t-il de peser sur la présidence française de l'Union européenne en janvier prochain? Ce n'est pas impossible."

André Gattolin partage l'analyse. "La perspective de la COP 15 en Chine sur la biodiversité est sur son agenda. Ce sera un grand événement autour de la biodiversité en avril 2022 et Nicolas Hulot peut avoir tout intérêt à faire avancer ses préconisations sans prendre de coup."

Le locataire de l'Elysée n'est pas non plus dénué d'intention en se mettant en scène au côté de la star de l'écologie politique. Alors que son bilan en la matière a déçu les ONG et les citoyens de la Convention climat, inviter Nicolas Hulot a le mérite d'un "bon coup de pub", dixit Daniel Cohn-Bendit.

Et de mettre un coup de projecteur sur la principale annonce du jour: la tenue d'un sommet environnemental "One ocean" fin 2021 ou début 2022 autour de la protection des océans.

Marie-Pierre Bourgeois